jeudi 31 mai 2012

Maintenir la pression pour Florange‎


Les annonces ? « Elles seront mauvaises », anticipent les syndicats CGT-FO-CFDT. Probable maintien de l’arrêt des hauts-fourneaux et d’une partie du packaging jusqu’à la fin de l’année. Une non-annonce depuis ces sept mois de sidérurgie lorraine amputée de sa filière liquide. Une catastrophe annoncée si les choses restent en l’état. « Derrière la politique de Mittal, c’est la politique sociale qu’il va nous falloir gérer, » prévient Yves Fabbri (CGT).

Cahin-caha, en intersyndicale, les militants continuent leur action. Ils ne seront sans doute pas plus d’une centaine, demain, aux portes du siège social d’ArcelorMittal à Saint-Denis où se tiendra le Comité central extraordinaire, « mais on fera du bruit pour trois cents, » assure Walter Broccoli (FO). « On n’attend rien de spécial, convient Jacques Minet (CFDT). On sait que ce n’est pas la direction France qui décide, ni même la direction Europe. Mais on veut montrer notre détermination, soutenir nos délégués. »

A Florange pourtant, malgré cette énième mauvaise nouvelle qui semble tout droit annoncer la mort du site si l’Europe venait à ne pas soutenir le projet de haut-fourneau écologique (Ulcos), les salariés sont résignés. « Ils nous disent qu’on peut faire ce qu’on veut, que ça ne changera rien, » admet Walter Broccoli. « Ils voient ce qui se passe depuis des années, décrit Yves Fabbri. Ils sont devant un mur. Fatalistes. » Ne reste plus, aux yeux des syndicats, que la politique : « On critiquait Sarko, alors si Hollande poursuit la même politique… », craint Yves Fabbri. « A lui de demander à Mittal ce qu’il veut faire de la sidérurgie. S’il n’en veut pas, qu’il la laisse à un repreneur ou à l’Etat. C’est un intérêt national qui est en jeu. » L’exact credo de la CFDT.

Et dans l’enjeu national, il y a celui de l’emploi, « on ne peut pas exclure un plan social l’an prochain. Ce sera catastrophique pour les personnes d’un certain âge. C’est déjà catastrophique pour les sous-traitants », souligne Jacques Minet.

Et demain, c’est la demande d’ALPD – chômage partiel – qui va tomber sur le bureau du préfet. Aujourd’hui, les jours chômés sont payés à 93 % du salaire initial. Sans cette convention d’Etat, la rémunération tombera à 60 %. Et la colère – la vraie – risque de gronde.



Nouvelle hausse du chômage en avril


Et rebelote. Pour le douzième mois consécutif, le nombre de demandeurs d’emploi est à la hausse. Après un bond de 0,6% en mars, soit 16.600 individus supplémentaires, le nombre de personnes sans emploi (caégorie A) a progressé de 0,1% soit 4.300 personnes de plus.

Mais le pire pourrait être à venir. «Cette hausse intervient dans un contexte de recours intensif, au cours de ces derniers mois de campagne électorale, aux contrats aidés, ainsi qu’à une évidente «rétention» d’un certain nombre de plans sociaux», selon un communiqué des services de Michel Sapin. Après les législatives, les chiffres risquent d‘être bien plus élevés.

En incluant les demandeurs d’emploi qui ont exercé une activité réduite (catégorie B et C), le nombre de chômeurs a progressé, en avril, de 0,2% soit un bond de 6,5% au cours des douze derniers mois. Selon les catégories, il y a donc entre 2.814 900 et 4.592 000 chômeurs en France (DOM inclus).

Encore une fois, ce sont les chômeurs de longue durée qui sont les plus touchés avec une hausse de 1,2% pour ceux inscrits depuis plus d’un an contre un repli de 0,3% pour les autres.

Les travailleurs les plus âgés sont également les plus pénalisés avec une progression du chômage de 1% pour les plus de 50 ans (+14,5% sur un an) contre une baisse de 0,1% pour les - de 25 ans (+4,3% sur un an) et une stabilité pour la tranche 25-49 ans (+4,7% sur un an).



Meryl Fiber en liquidation, 343 salariés au chômage


L'entreprise textile Meryl Fiber de Saint-Laurent-Blangy (Pas-de-Calais) a été placée mercredi matin en liquidation judiciaire avec cessation d'activité par le tribunal de commerce d'Arras. Des salariés se réunissaient mercredi pour déterminer des actions de protestations.

"On vient de l'annoncer aux salariés, il y a un énorme sentiment de gâchis", a déclaré à Reuters Gilbert Oboeuf, délégué syndical CFTC. "Quand après une longue histoire de 50 ans de production on vous annonce la fin, c'est dur. On avait l'outil pour produire et on le laisse disparaître, alors qu'il y avait encore beaucoup à faire, c'est une technicité qui s'en va", a-t-il ajouté.

Le fabricant de fibres synthétiques polyamides utilisées dans la fabrication de tapis et de vêtements de sport employait 343 salariés. Un repreneur suisse qui s'était dans un premier temps manifesté avait renoncé, laissant la liquidation judiciaire comme seule issue possible. L'entreprise avait été placée en liquidation judiciaire en janvier dernier avec poursuite de l'activité pendant trois mois. Elle avait déjà été placée en redressement judiciaire en 2007 et reprise par deux de ses cadres.



Le CSP 59 occupe la direction du travail


Hier et durant toute la journée, des sans-papiers ont occupé la direction régionale du travail, rue Gambetta à Lille. C'est leur sixième occupation de locaux en quatre mois. Cette fois, ils sont parvenus à un « accord » avec la préfecture.

Il est 11 h hier rue Gambetta quand une cinquantaine de militants sans-papiers investissent le premier étage de la direction du travail, à Lille. Ils connaissent les lieux pour les avoir déjà « envahis » en février dernier. L'occupation de locaux est d'ailleurs devenue leur moyen de pression face à la préfecture. En quatre mois, à l'appel du CSP 59 (le comité des sans-papiers de Lille), ils ont investi Emmaüs, la Direccte (Inspection du travail) et, à deux reprises, les locaux de l'UMP.

La revendication du CSP 59 est toujours la même : faire partie des associations qui siègent à la Codrese, cette commission préfectorale qui examine les demandes de régularisations. Le comité en a fait partie jusqu'à l'arrivée du président Sarkozy en 2007 et la nomination du préfet Canepa dans le Nord.

Depuis, il ne cesse de demander à réintégrer la commission, jugeant que les autres associations qui y siègent sont trop passives face à la préfecture. Dans une lettre du 22 mai, le préfet Dominique Bura refusé à nouveau cette demande. D'où l'action d'hier. Après toute une journée d'occupation, soutenue d'ailleurs par des syndicalistes de la Directe, le CSP 59 a fini par obtenir un rendez-vous en préfecture, la semaine du lundi 4 juin au vendredi 8 juin. Le CSP  59 attend donc que la parole préfectorale soit respectée et surtout que leurs revendications soient prises en compte :

- Droit à la défense argumentée tous les mois des dossiers par le CSP59
- Sur la base de l’accord Delarue (accord obtenu en 2004 sous le gouvernement RAFARIN qui permettait à chaque sans papiers de « construire son dossier » dans le cadre d’un Etat de droit)
- Libération de Challal Sofiane qui a été arrêté en venant rejoindre ses camarades occupants.

Par ailleurs. Le CSP59 appelle à la mobilisation au bus de 61 places plus co-voiturage ce dimanche 3 juin à 13h Place Deygeter à Fives (métro fives) pour participer à la manifestation antiraciste et antifasciste de Hénin Beaumont.


Billet d'humeur du jeudi 31 mai 2012 (et encore une peste brune au front de gauche)


En ce jeudi 31 mai 2012, quoi de neuf en ce monde ??? René Balme, investi dans le Rhône par le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, anime le site Oulala.net, à la ligne complotiste et aux contenus nauséabonds.

Dans la onzième circonscription du Rhône, le Front de Gauche présente aux législatives René Balme, maire de Grigny, très implanté localement. Pourtant, l’examen attentif d’un des sites web qu’il anime (et qui est très fréquenté) pose question quant à certaines de ses orientations politiques : on y trouve en effet des textes dont le contenu paraît pour le moins très éloigné des valeurs qu’entend défendre le Front de Jean-Luc Mélenchon.

Côté pile, René Balme est maire de Grigny dans le Rhône. Ancien militant CGT et PCF (qu’il a quitté en 1997), il a rallié le Parti de Gauche en 2009.

Côté face, René Balme est le fondateur et l’animateur depuis 2001 de Oulala.net (à l’origine sous le pseudonyme de Gilles Lestrade), un site marqué par sa ligne éditoriale complotiste, sur lequel on retrouve nombre d’écrits dignes de l’extrême droite la plus crasse et pour lequel Balme revendique de 8 000 à 10 000 visiteurs par jour.

On y trouve par exemple des textes comme « Dire aux juifs leurs quatre vérités » écrit par l’auteur britannique Paul Eisen qui s’est illustré par des propos à connotation négationniste.

Dans la même veine, on peut aussi y lire des interviews ou des renvois vers des textes d’autres auteurs antisionistes, comme Israel Shamir ou Gilad Atzmon, qui sont considérés par la plupart des défenseurs sincères de la cause palestinienne comme des imposteurs qui salissent cette cause avec leur obsession confinant à l’antisémitisme.

En France, l’Union juive française pour la paix (UJFP) a également condamné à plusieurs reprises les écrits de Atzmon, de même que récemment le journaliste du Monde diplomatique Dominique Vidal qui les a qualifiés de « prose digne du Völkischer Beobachter » (le journal officiel du parti nazi). Nombre de ces écrits sont traduits par Marcel Charbonnier, relais habituel de ces auteurs en langue française.

On peut également y lire un texte à relents homophobes, « L’homosexualisme, cette idéologisation de l’intimité… », qui a pour auteur un certain Camille Loty de Malebranche, qui se présente comme un philosophe et est un habitué des colonnes de Oulala.net. Le terme « homosexualisme » n’apparaît ailleurs sur le Net que dans des publications relevant du traditionalisme chrétien et de l’extrême droite.

Mieux : un autre des habitués du site de René Balme, Serge Uleski, a publié le 12 février 2011 un article faisant la promotion d’un livre d’Alain Soral, puis le 28 avril 2012 du dernier film de Dieudonné, « L’Antisémite », réalisé avec des fonds iraniens. Rappelons que suite aux révélations du site Opération Poulpe, le Front de Gauche a désinvesti il y a quelques mois Philippe Marx, qui était candidat dans la région de Villerupt (Meurthe-et-Moselle), pour des faits similaires.

Les thèses conspirationnistes sont également à leurs aises sur Oulala.net. Les exemples sont légion. On y trouve :

-des textes faisant la promotion du mouvement techno-scientiste new age Zeitgeist ;
-des théories du complot sur le 11 Septembre diffusées par l’association ReOpen911, Thierry Meyssan ou le polémiste américain et ex-proche de Lyndon LaRouche Webster G. Tarpley ;
-des écrits dénonçant le prétendu complot du Club Bilderberg ;
-des articles de la blogueuse conspirationniste Chantal Dupille dite Eva R-sistons dont les sympathies pour le négationniste Roger Garaudy – ce « grand penseur » – sont affirmées ;
-un texte repris du complotiste d’extrême droite américain Alex Jones suggérant que l’épouse de Barack Obama serait une « illuminati » (un délire pointé par Conspiracy Watch) ;
-des articles plus que complaisants avec des dictateurs (Milosevic, Gbagbo, Kadhafi, Ahmadinejad, El-Assad), quand ils n’en font pas tout simplement la promotion sous couvert d’anti-impérialisme, et même une retranscription d’un discours d’Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah, repris d’Al-Manar en 2006.



René Balme


Par ailleurs. Les médias et télévisions de régimes dictatoriaux ou ayant des dérives autoritaires sont chez eux sur Oulala.net, qui relaie Russia Today, l’Irib (Iran), etc.

René Balme s’est inspiré de la télévision vénézuélienne Vive TV pour créer Vivé (pour « vidéo-vérité »), « école internationale de vidéo et de TV participative » après un voyage en 2006 au pays d’Hugo Chavez.

Parmi les défenseurs des dictatures, on trouve l’Algérien Chems Eddine Chitour, professeur à l’école polytechnique d’Alger et auteur notamment d’un article intitulé « Le développement technologique de l’Iran, un résistant contre le nouvel ordre mondial ». Ailleurs, le même dénonce « les puissants lobbies juifs dont le pouvoir repose sur l’argent, les médias et l’intelligence » sur le site « national-révolutionnaire » VoxNR de Christian Bouchet (FN).

 Une visite sur le blog personnel du maire de Grigny nous apprend en outre qu’en 2007 il a longuement interviewé Thierry Meyssan pour sa webTV Vivé, tandis que que le 30 mai 2011, sous couvert d’anti-impérialisme, il nous conseillait la lecture d’un « excellent article » de Thierry Meyssan paru sur le site du Réseau Voltaire expliquant que l’affaire du Sofitel de New York est un complot américain contre DSK.

Le même jour dans le même article, M. Balme invite à approfondir le sujet de la main-mise américaine sur l’économie mondiale au travers d’un article issu du site Mecanopolis, une officine suisse liée au Réseau Voltaire et classée à l’extrême droite du champ politique.

Bien entendu, Mecanopolis est également relayé sur Oulala.net, notamment au travers du « rapport sur le mondialisme » de Pierre Hillard, un catholique intégriste et théoricien français du « nouvel ordre mondial ».

Dans ces conditions, comment s’étonner de ce que René Balme ait invité, à la dernière édition du salon du livre alternatif qu’il a organisé dans sa commune, un des animateurs du site rouge-brun LeGrandSoir.info, Maxime Vivas ?

Interrogé par rue 89, René Balme indique que Oulala.net est géré par « un collectif très ouvert » et que les gens qui le composent « peuvent donner leur sentiment, des conseils de lecture » sur le site, dont tous les articles sont relus.

« Tout peut être publié à condition que ça puisse être débattu, les forums sont là pour ça. » Avec une limite : « La règle, c’est pas de propos racistes, antisémites ni d’injures. »

A propos de la présence sur ce site d’articles invitant à la lecture du dernier Soral ou au visionnage du dernier Dieudonné, il esquive : « Ce sont les contributeurs qui doivent assumer leurs écrits. C’est comme sur les blogs de Rue89 : tous les blogs de Rue89 ne respectent pas forcément la ligne éditoriale du site. Ça fait partie de la liberté d’expression, ça ne veut pas dire qu’on cautionne. On a pour politique de ne retirer aucun article publié. » Et René Balme précise : « Oulala.net est un site qui n’a rien à voir avec le candidat René Balme, je n’en suis que l’administrateur. »

Quid alors de la présence sur son blog personnel d’une interview de Thierry Meyssan et d’un texte citant complaisamment Mecanopolis ? « Thierry Meyssan a le droit de s’exprimer. Ses analyses permettent de comprendre des choses et de comprendre le monde et il est le seul à les dire. Je vais chercher des infos chez lui, ça ne veut pas dire que je partage ses idées. Je ne connais pas très bien Mecanopolis, mais ça, c’est le microcosme médiatique français qui a décidé de donner des étiquettes à tout le monde. Quand j’y trouve une analyse que je veux partager, ça ne veut pas dire que j’y souscris entièrement. Je ne veux pas rester dans une tour d’ivoire, je suis ouvert sur le monde. Je ne veux pas être enfermé dans telle ou telle catégorie. Parfois, il y a des choses très intéressantes qui doivent être mises sur le devant de la scène. » Et de conclure : « J’ai pour habitude d’assumer tout ce que j’ai écrit et fait et je suis un homme de gauche. » comme Mussolini ou comme Hitler ????

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.




Source : Rue 89

mercredi 30 mai 2012

CSP 59 : concert manif à Lille mercredi 13/06


Programme du concert manifestation  antiraciste et antifasciste
du mercredi 13 juin 2012
Parvis des droits de l’Homme-Place de la République à Lille
De 14h à 22h

Journée de Mobilisation & de solidarité avec les Sans Papiers !

LA RÉGULARISATION….C’EST MAINTENANT

Au programme :

-Stands associatifs
-Animations (Salm, Chants Sans Papiers, top théâtre)
-Manifestation hebdomadaire du CSP59
- Concerts (ALEE – ZEP)
- boissons et petite restauration sur place.

Organisée par le CSP59 et IDM.           

La Fin des amalgames, de l’hypocrisie, de l’immigration bouc émissaires….c’est MAINTENANT !

Depuis 1996, les sans papiers s’organisent au sein du CSP59, faisant de la visibilité collective et du refus de la clandestinité l’arme de leur lutte pour la REGULARISATION !

Depuis 1996, le CSP 59 a été l’initiateur du dialogue et de la défense argumentée des dossiers de sans papiers avec les autorités préfectorales du Nord.

En 2004, M. DELARUE sous l’autorité  du gouvernement RAFFARIN signait avec le CSP59 et ses partenaires le cadre juste, pragmatique et humain permettant un examen attentif et respectueux des droits des personnes sans papiers ! Depuis 2007, unilatéralement, le préfet CANEPA instigateur de la grève de la faim de juin 2007 à août 2007, mettait fin à ces accords et excluait le CSP59 des rencontres mensuelles se voulant ainsi le fossoyeur annoncé du CSP59, mouvement pacifique faisant de la solidarité, du vivre ensemble  et de l’égalité les clefs de voûte de son action militante et citoyenne.

Le courage, la détermination et la justesse du combat des Sans Papiers ont eu raison de l’acharnement et de l’arbitraire préfectoral, et le CSP59 poursuit dignement sa lutte  pour la régularisation des Sans papiers !
Malgré, l’arbitraire des décisions, l’hypocrisie de la CODRESE (lieu d’enregistrement des procédures d’éloignement), les expulsions, les SANS PAPIERS restent convaincus que seule la lutte paie ! Ils et elles refusent la clandestinité imposée, armée de réserve d’une main d’œuvre corvéable et de toutes les exploitations négrières.

Le CSP59 réitère ses revendications :

- le droits à la défense argumentée des dossiers des sans papiers
- l’arrêt des expulsions
- l’abrogation des lois racistes et xénophobes
- une politique d’immigration juste et respectueuse des droits des personnes

Restons mobilisé-e-s et soyons nombreu-se-s

Deux elues UMP dans une "expedition" contre des roms


La fédération des Bouches du Rhône de la Ligue des droits de l’Homme relate un incident particulièrement grave, qui s’est déroulé près de Marseille, jeudi 24 mai. 

« Vers 20 heures, ce jeudi 24 mai, les familles Roms installées à la Technopole de Château-Gombert ont eu la visite d’une cinquante d’habitants du quartier, accompagnés de deux élues UMP en campagne et de journalistes, les invectivant au départ, en proférant des injures et des menaces. 

Des militants des Droits de l’Homme arrivés sur place ont essayé d’engager un dialogue pour tenter d’apaiser les esprits, mais la seule réponse fut des coups, des insultes et des menaces. 

Cette échauffourée prend un caractère singulier dès lors qu’elle est accompagnée par des élues de la République, les mêmes qui, siégeant au conseil municipal, refusent obstinément tout dialogue pour apporter des réponses pertinentes à la situation humainement dramatique que subissent ces familles. 

Fuyant la misère, les violences et les discriminations, ces familles se heurtent dans notre ville à la même violence institutionnelle et manifestation haineuse. 

Nous ne pouvons que condamner cette politique, l’absence de réponse de la ville de Marseille et de la préfecture des Bouches-du-Rhône, ce refus systématique de construire et de rechercher des réponses adaptées et pérennes. 

Cette politique qui consiste à « laisser pourrir » les situations, ne peut qu’engendrer incompréhension, expression haineuse et passage à l’acte. 

Le courage en politique, ce n’est pas d’aller dans le sens de la vindicte populaire. Ces familles roumaines, citoyennes européennes font l’objet d’une discrimination, d’un régime et d’une réglementation à part, force est de constater que l’égalité, que la liberté ne s’adressent pas à eux. 

Le monde a déjà connu la barbarie et les Roms ont payé un lourd tribut de la folie des homme 


Et ça continue ! ? "

On peut noter qu’une des élues présentes, et qui a pris fait et cause pour les riverains qui ont attaqué le campement, est adjointe au maire de Marseille, conseillère régionale, et… membre du haut conseil à l’immigration et administratrice de l’Office français de l’immigration et de l’intégration, tous un programme…


Une Saoudienne recherchée pour port de vernis à ongle


Une Saoudienne risque d’être poursuivie par la justice de son pays pour s’être opposée à des membres de la police religieuse, qui lui demandaient de quitter un centre commercial de Ryad parce qu'elle avait les ongles manucurés. Et pour les avoir filmé.

La vidéo (voir ci-dessous), mise en ligne sur You Tube, montre des membres de la Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice, la police religieuse reconnaissable aux barbes et aux robes qui s'arrêtent au-dessus de la cheville, prenant à partie la femme et lui demandant de sortir du centre commercial en raison de son vernis à ongle.

"Je ne partirai pas. Je veux savoir ce que tu peux me faire (...) le gouvernement a interdit vos patrouilles et votre rôle est uniquement de conseiller les gens", hurle la femme à l'adresse du chef de la patrouille.

"Vous n'êtes pas responsables de moi, et le fait que je mette du vernis à ongle ne vous concerne pas", crie-t-elle dans la vidéo de trois minutes et demie alors qu'habituellement les gens ne discutent pas avec les membres de cette police qui est crainte par la population.





Au bout d’un certain temps, trois personnes en uniformes interviennent pour tenter de calmer la situation. La femme leur explique qu’elle craint pour sa sécurité. A plusieurs reprises, elle prévient également les personnes présentes qu’elle est en train de filmer et qu’elle compte poster la séquence sur internet.

Mais selon le site Saudi Gazette, l’altercation aurait bien eu lieu au centre commercial Hayat, à Ryad. De son côté, le quotidien saoudien Sabq affirme avoir eu confirmation de l’incident qui s’est déroulé mardi dernier. Selon le journal, la Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice aurait même décidé de transférer le dossier à de "plus hautes autorités" afin que la coupable soit identifiée à l’aide des caméras de vidéosurveillance.

En effet, le simple de fait de filmer, et de diffuser sur internet, des images de la police religieuse constitue une infraction. Celle-ci compte "demander que soient prises des actions nécessaires contre la femme, en accord avec les règles et régulations relatives à son enregistrement et dissémination sur internet de vidéos de membres de la commission pendant leur travail officiel".

La Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice demande par ailleurs l’installation de "plus de caméras" dans les centres commerciaux afin d’y renforcer la "sécurité". La vidéo, de son côté, a été vu plus d’un million de fois sur les différentes plateformes de vidéos et sous ses différentes versions.




NB : Nous tenons toutefois a préciser que nous ne condamnons pas ni n'approuvons telle ou telle religions, car cela reste un appareil de domination et de servitudes qui masques la nécessaire luttes des classes. Toutefois nous n’accepterons jamais qu’un courant religieux soit instrumentalisé par le pouvoir de l’état ou autres pour diviser la population no non plus limité les libertés individuelles. Car ce phénomène ressemble trop à ce que nous avons déjà connu avec le judaïsme lors de l’avènement du 3eme Reich.

Billet d'humeur du mercredi 30 mai 2012 (30 millions d'enfants pauvres dans les pays riches)


En ce mercredi 30 mai 2012, quoi de neuf en ce monde ??? L'Unicef révèle l'ampleur de la pauvreté des enfants des pays dits "riches". Ils sont 13 millions en Europe. Paradoxe : la France est le pays qui dépense le plus pour la famille mais figure au milieu de l'étude, en 14e position sur 35 pays.

Le rapport, accablant pour les pays dits "économiquement avancés" dénombre 30 millions d'enfants pauvres sur les 200 millions d'enfants des pays étudiés par l'association humanitaire. Il s'agit de l'Europe des 27 plus la Norvège, l'Islande, l'Australie, le Canada, les Etats-Unis, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Suisse.

La pauvreté est malheureusement inhérente à chaque société capitaliste. Le rapport s'attache donc à mesurer la pauvreté relative à chaque pays. Ainsi, plus d'un enfant roumain sur quatre vit dans un foyer en dessous du seuil de pauvreté national, presqu'autant qu'aux Etats-Unis (23,1%). A l'opposé, l'Islande compte 4,7% d'enfants pauvres. En France, ce taux atteint 8,8%, soit 1.300.000 enfants, dont la moitié sont mal logés, et 20.000 sans domicile fixe.

Le rapport pointe les carences de certains Etats, dont la France, dans la prise en charge de ce problème. Avec 3,7% du PIB affecté aux allocations familiales, services et allègements d'impôts, la France est  en tête des dépenses en faveur de la famille, suivie de la Suède et du Royaume-Uni. Si la politique familiale française permet de diminuer de moitié la pauvreté des enfants, la Belgique et le Danemark sont nettement plus performants avec des dépenses moindres.



Cliquer sur l'image pour l'agrandir


L'association humanitaire mesure également les privations subies par les enfants. Trois repas par jour, des fruits et légumes frais, des livres adaptés, un endroit calme pour les devoirs et une connexion internet, voire... des chaussures : 14 critères ont été retenus. Parmi les pays les plus riches, la France (10,1%) est la seule, avec l'Italie (13,3%), à dépasser le seuil de 10% d'enfants en situation de privation. Les démocraties scandinaves et nordiques sont les plus préservées (3%), à l'opposé de la Roumanie (70%) et de la Bulgarie (50%).

D'un point de vue social, la pauvreté touche davantage les enfants dont les parents ont des problèmes d'emploi (47% en France contre 43% en moyenne), ou de familles migrantes (20,5% contre 16%), que les familles monoparentales ou dont le niveau d'instruction est faible.


Personne en devenir et en situation de dépendance, l'enfant subit les conséquences d'une pauvreté sur laquelle il n'a pas de prise. Avec le risque de la connaître à l'âge adulte.

Plus encore par temps de crise, l'UNICEF plaide pour la création d'un observatoire national et d'un droit à la compensation de la pauvreté. François le second  qui avait  fait de la jeunesse l'une des priorités de son quinquennat, l'UNICEF entend le rappeler à ses engagements. Mais bon comme on connait la chanson, on sait que les promesses électorales sont faites pour être oubliées

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.



mardi 29 mai 2012

Plans sociaux : jusqu’à 90 000 postes en sursis


C’est la liste noire qui donne des sueurs froides au nouveau gouvernement. Cet après-midi, la délégation de la CGT va remettre au Premier Sinistre et à Arnaud Montebourg, le Sinistre du Redressement productif, un document répertoriant 46 grands groupes et PME menacés, ou sous le coup d’un redressement ou d’une liquidation. A en croire le syndicat, entre 44000 et 46000 emplois sont en jeu.

Une liste non exhaustive. Jusqu’à 90000 postes seraient en effet en sursis sur tout le territoire, comme le montre le document ci-contre et la carte interactive mise en ligne sur le site de notre journal.

« Nous avons réuni nos fédérations la semaine dernière pour pointer tous les dossiers en cours dans toutes les régions de France », explique Mohamed Oussédik, le monsieur Industrie de la CGT. De l’agroalimentaire, en passant par le textile ou l’automobile, des multinationales aux PME… Personne n’échappe à la purge. Pas même les entreprises publiques. Comme de nombreux observateurs le craignaient, le mouvement se serait même amplifié depuis la fin de la campagne présidentielle, selon le syndicat.

Une situation alarmante qui a d’ailleurs poussé François le second la semaine dernière à convier Arnaud Montebourg à la conférence sociale programmée en juillet avec tous les partenaires sociaux. Le signal est clair : le sauvetage du secteur industriel français figure parmi les priorités de la nouvelle équipe au pouvoir. Enfin c’est ce qu’ils disent

Crise économique oblige, le sinistre du Redressement productif planche sur un « plan de reconquête industrielle » qu’il doit remettre à Jean-Marc Ayrault, dans les semaines qui viennent. La CGT, elle, réclame des mesures sur le chômage partiel, le renforcement du rôle des syndicats au sein des entreprises, ou encore un droit suspensif sur les licenciements, afin de vérifier s’il existe un repreneur pour une des nombreuses entreprises en difficulté. Les idées ne manquent pas, donc. Mais, a priori, les mesures concrètes ne sont pas pour tout de suite. Sur le terrain, les salariés concernés risquent de trouver le temps long.



La carte des plans sociaux en France. (Cliquez dans la carte ou utilisez la fonction zoom)



1er, 8 et 9 juin à Lille : festival de soutien à l’Anarchist Black Cross





Cliquer sur les images pour les agrandir

Christine Lagarde non plus ne paie pas d'impôt sur les revenus


Voilà qui ne devrait pas arranger les affaires de Christine Lagarde. Quelques jours après qu'elle a provoqué un véritable tollé en conseillant aux Grecs, dans un entretien au quotidien britannique The Guardian, vendredi 25 mai, de "s'entraider mutuellement" en "payant tous leurs impôts" , l'obligeant à s'expliquer sur sa page Facebook , plusieurs internautes ont rappelé, lundi 28 mai, que la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) ne paie elle-même pas d'impôt sur le revenu, malgré un salaire annuel de 380 939 euros.

Comme l'indiquait le site Tout sur les impôts en juillet 2011, la directrice générale du FMI bénéficie en effet d'un statut fiscal spécifique en qualité de fonctionnaire internationale. Tous ses revenus et traitements issus du Fonds ne sont pas imposables.

Cette situation est définie par les articles 34 et 38 de la convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques (voir le traité en PDF), qui affirment que "l'agent diplomatique est exempt de tous impôts et taxes, personnels ou réels nationaux, régionaux ou communaux".

Il est toutefois redevable de certains impôts sur "les biens immeubles privés situés sur le territoire de l'Etat accréditaire" ou encore sur les "services particuliers" (la liste complète est disponible sur le site de France diplomatie).

Mais bon nous tenons bien à pensé qu’elle nous a trouvé un autre moyen de s’exonérer notre brave Christine….


Billet d'humeur du mardi 29 mai 2012 (Banque du Vatican : scandales en série)


En ce mardi 29 mai 2012, quoi de neuf en ce monde ???  L'Institut pour les œuvres de religion (IOR), plus connu sous le nom de "Banque du Vatican", dont le président a été contraint jeudi 24 mai au soir à la démission pour une gestion jugée déficiente et de blanchiment divers, a connu au cours de son histoire plusieurs scandales retentissants.

Le rôle de l'IOR, fondé le 27 juin 1942 par le pape Pie XII, est officiellement de gérer les comptes des ordres religieux et des associations catholiques. Son patrimoine est évalué à environ 5 milliards d'euros et ses clients sont les prêtres, religieuses, conférences épiscopales, fondations et ministères répartis dans le monde entier. Ses activités sont entourées du plus grand secret.

Le plus important scandale remonte à 1982, avec la faillite de la banque Ambrosiano. Cet établissement, dont l'IOR était l'actionnaire majoritaire, avait déposé son bilan en laissant un trou de 1,4 milliard de dollars.

L'enquête a montré que la banque Ambrosiano recyclait l'argent de la mafia sicilienne, en relation avec une loge maçonnique illégale (appelée "P2") travaillant pour la CIA, l'agence américaine de renseignement.

Roberto Calvi, surnommé le "Banquier de Dieu", directeur de l'Ambrosiano au moment de la faillite et membre de la loge P2, fut retrouvé pendu sous le pont Blackfriars, à Londres, le 18 juin 1982.

Quelques années plus tard, éclate l'"affaire Sindona". Une enquête judiciaire révèle alors que l'IOR a collaboré avec Michele Sindona, "banquier" de Cosa Nostra, la mafia sicilienne, dès 1957. Emprisonné en 1986, Sindona meurt empoisonné dans sa cellule après avoir bu un café contenant du cyanure.




Soupçonné d'être directement impliqué dans ces différents scandales, l'archevêque américain Paul Marcinkus est néanmoins resté directeur de la Banque du Vatican pendant dix-huit ans, entre 1971 et 1989, grâce aux soutiens successifs des papes Paul VI et Jean Paul II.

Ce dernier s'est systématiquement opposé aux requêtes des magistrats italiens qui souhaitaient interroger Marcinkus, mort en 2006.

En 2009, l'IOR nommait président Ettore Gotti Tedeschi, représentant en Italie du groupe espagnol Santander, en remplacement d'Angelo Caloia. M. Gotti Tedeschi, spécialiste de l'éthique de la finance, avait été choisi pour remettre en ordre les comptes de l’IOR.

Mais en septembre 2010, M. Gotti Tedeschi et son directeur général, Paolo Cipriani, étaient placés sous enquête pour violation d'une loi italienne antiblanchiment. S'ils n'étaient pas soupçonnés de blanchiment d'argent sale, il leur était reproché des omissions entourant des mouvements de fonds d'un total de 23 millions d'euros. Le parquet italien, en juin suivant, avait levé tous les soupçons.

Le 30 décembre 2010, le pape Benoît XVI a créé une Autorité financière pour lutter contre le blanchiment d'argent sale et le financement du terrorisme, et afin de se mettre en conformité avec les normes internationales.

Bon allez on arrête de tirer sur les ambulances le calice est plein… Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.



lundi 28 mai 2012

Espagne : la banque Bankia demande 19 milliards d'euros d'aide à l'Etat


La situation est pire que prévue chez Bankia, la quatrième banque espagnole qui croule sous les actifs immobiliers risqués: elle a demandé vendredi soir une aide à l'Etat de 19 milliards d'euros, un montant record dans l'histoire du pays. Son nouveau président tente pourtant de rassurer.
 
Le nouveau président du groupe espagnol Bankia, Jose Ignacio Goirigolzarri, s'est dit certain que la banque sera "solide" après son assainissement. Pourtant la situation de la banque est pourtant préoccupante. Après une première aide publique de 4,5 milliards le 9 mai, sous forme de prêt transformé en participation, la facture s'est peu à peu alourdie. Jusqu'à ce que le président de la banque, à l'issue d'un conseil d'administration, demande 19 milliards d'euros,
 
En ajoutant l'aide du 9 mai, le sauvetage public atteint 23,5 milliards d'euros, un record historique pour le secteur financier espagnol. Par précaution, le titre Bankia a été suspendu vendredi, dix mois presque jour pour jour après son entrée à la Bourse de Madrid, le 20 juillet 2011.
 
A l'époque, son président, Rodrigo Rato, ansien ministre de l'Economie et directeur général du FMI, se félicitait que cette introduction représente "un point de référence pour le secteur bancaire espagnol". Moins d'un an plus tard, Rodrigo Rato a dû démissionner, la cotation du titre s'est écroulée, valant désormais 40% du prix de départ (3,75 euros), et avec l'aide que devrait apporter l'Etat, ce dernier prend "une participation de contrôle", a reconnu Bankia, qui sera donc nationalisée.
 
L'Etat s'est engagé à apporter tous les fonds nécessaires à Bankia, qui représente 10% du système financier espagnol et est donc considérée comme une banque "systémique", ne pouvant pas faire faillite sous peine de contaminer tout le secteur.
 
"Bankia a trois problèmes: c'est la banque la plus exposée au secteur immobilier, c'est une banque qui est exposée à 100% à l'économie espagnole", empêtrée dans la crise, et "il y a un manque de transparence", qui a créé "des doutes sur les bilans présentés par Bankia", souligne l'analyste Daniel Pingarron. Bankia compte en effet un portefeuille immobilier de 37,5 milliards d'euros, dont la très grande majorité (31,8 milliards) est problématique, car à la valeur incertaine (crédits risquant de ne pas être remboursés, logements saisis...).
 
Et qui c’est qui va payé tous cela… bin biensur le peuple espagnol qui subis déjà de plein fouet les divers plans de rigueur qui saignent le pays. Tout va bien au pays du capitalisme non ???




Le Défenseur des droits condamne des pratiques discriminatoires à l'égard de l'Outre-mer


Le Défenseur des droits, Dominique Baudis, a exigé jeudi que soit mis fin à un certain nombre de pratiques discriminantes à l'égard des habitants des départements d'Outre-mer.

Dans une recommandation en ligne sur son site (www.defenseurdesdroits.fr), le Défenseur des droits dit avoir été alerté à plusieurs reprises au cours des derniers mois sur des cas de refus de prêts bancaires ou de refus de cautions immobilières en raison de la domiciliation ultra-marine des intéressés.

Après enquête, il a conclu à une discrimination en raison de l'origine et à une atteinte au principe d'égalité de traitement entre résidents métropolitains et résidents ultra-marins.

Aux termes de l'article 73 de la Constitution, les lois et règlements sont applicables de plein droit dans les départements et régions d'Outre-mer, rappelle-t-il, en observant par ailleurs que les moyens de communication actuels garantissent la bonne exécution des contrats de crédits, quelle que soit la domiciliation.

Par conséquent, le Défenseur des droits recommande que les dispositions utiles soient prises immédiatement et assure qu'il saisira le cas échéant les juridictions compétentes s'il constate tout manquement à ses recommandations.

Le texte cite notamment le cas d'une étudiante à Paris qui souhaitait louer un studio mais dont la caution solidaire, fournie par ses parents, n'a pas été acceptée parce qu'ils étaient ultra-marins.

Il évoque également la situation d'une femme, ayant quitté la métropole pour la Guyane, qui s'est vu refuser un prêt réclamé à sa banque, au motif que cette dernière n'avait pas d'agence en Guyane. Pour le Défenseur des droits, il s'agit d'une discrimination fondée sur le lieu de résidence.



Syrie : Le Conseil de sécurité condamne Damas pour le massacre de Houla

Au terme d'une réunion de trois heures, le Conseil de sécurité de l'Onu indique qu'il condamne "dans les termes les plus fermes possibles" le gouvernement syrien pour le massacre de Houla, dans lequel 108 personnes ont été tuées.

"Le Conseil de sécurité a condamné dans les termes les plus fermes possibles la tuerie, confirmée par des observateurs des Nations unies, de dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants(...) à Houla près de Homs, dans une attaque qui a comporté une série de pilonnages effectués par l'artillerie et les blindés contre un quartier d'habitation", a déclaré le président du Conseil de sécurité, le diplomate azerbaïdjanais Tofig Moussaïev, à l'issue d'une réunion de trois heures dimanche soir. 

Dans une déclaration commune, les 15 pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies, dont la Russie alliée de la Syrie, demandent au président Bachar al-Assad de retirer les armes lourdes de toutes les villes syriennes. 

Dans cette déclaration, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon ajoute que les observateurs de l'Onu ont également observé des blessures par balles sur certains corps. Ce qui pourrait aller dans le sens de combats à l'arme à feu mentionnés par Alexandre Pankine, numéro deux de l'ambassade de Russie à l'Onu, qui avait laissé entendre que les insurgés pourraient être à l'origine de la tuerie. 

D'après les Nations unies, au moins 108 personnes ont été tuées dans le massacre de Houla survenu vendredi. L'émissaire international Kofi Annan doit se rendre en Syrie lundi. Mais honnêtement, nous ne croyons plus depuis bien longtemps que l’Onu est vraiment les motivations de faire changer quoi de ce soit. Leur but est de faire beaucoup de vent mais peu de mouvements. En tout cas nous sommes solidaires du peuple syrien face à la dictature de Bacha el Assad.


Billet d'humeur du lundi 28 mai 2012 (L’ignominie grecque de Lagarde)


En ce lundi 28 mai 2012, quoi de neuf en ce monde ??? Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a déclenché la fureur du peuple grec. Elle a appelé les Grecs à se prendre en main, à payer leurs impôts, car des petits enfants du Niger ont d'avantage besoin d'aide.

Ces propos d'une rare condescendance ont été tenus ce week-end par l'ancienne ministre dans le Guardian. "Je pense que les Grecs devraient s'aider mutuellement en payant tous leurs impôts", a-t-elle assuré en pointant "tous ces gens qui tentent en permanence d'échapper à l'impôt".

"Je pense davantage à ces petits enfants d'une école d'un petit village du Niger qui n'ont que deux heures de cours par jour, qui partagent une chaise pour trois et qui cherchent passionnément à avoir accès à l'éducation", poursuit-elle. "Je pense à eux en permanence, parce que je pense qu'ils ont davantage besoin d'aide que la population d'Athènes."

Les propos de la directrice française du FMI lui ont valu des milliers de réactions indignées, notamment sur sa page Facebook, où elle a tenté d'atténuer ses propos. 




Un internaute grec l'interpelle ainsi: "Avez-vous simplement songé que nous étions à court d'argent ?". Un autre rappelle qu'il y a 2 suicides par jour en Grèce et que ce sont les financiers qui ont leur sang sur les mains. D'autres encore demandent à voir la déclaration d'impôt de Christine Lagarde, afin de savoir si elle paye des impôts.

En Grèce, où les partis politiques sont de nouveau en campagne, avec le cirque qui va avec,  en vue des élections législatives du 17 juin, le chef de file du Parti socialiste (Pasok), Evangelos Venizelos, l'a accusée samedi soir d'avoir "humilié" le peuple.

"Personne ne peut humilier le peuple grec en cette période de crise et je dis ça tout particulièrement à l'adresse de Mme Lagarde", a-t-il dit dans un discours. "Je l'appelle à reconsidérer ses déclarations." Mais nous nous savons que Christine Lagarde,  n’est que le porte voix d’un capitalisme carnassier qui n’a aucune moralité, ni aucun scrupule vu que la ou normalement un cœur bat, lui possède un porte monnaie.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.



dimanche 27 mai 2012

The last border sound (31 mai,1 et 2 juin) à Hazebrouck (59)


Toujours à la rencontre de la population, le festival The Last Border Sound prend cette année ses quartiers dans la ville d’Hazebrouck. Durant trois jours, ils tenterons de sensibiliser un public toujours plus large.

Cette année encore, ils ont fait appel à des troupes de théâtre, des artistes, des expositions…

En plus de tout cela, le cinéma de la ville leur ouvre ses portes pour cette édition puisqu’ils y organiseront la soirée d’ouverture. La projection d’un film dans des conditions idéales fera le bonheur des novices et des spécialistes du sujet. Le tout sera suivi d’un riche débat(en présence du réalisateur).

Toujours dans un esprit d’innovation, la littérature sera mise à l’honneur avec la venue d’ écrivains spécialement pour le festival. Ils présenteront leurs livres en phase avec l’actualité.

Pour les amateurs de musique,l’affiche du concert (Los Tres Puntos, La Division Nada,Arsene Lupunk Trio,Larcin) du vendredi 1er Juin devrait en réjouir plus d’un !

La cuvée 2012 de The Last Border Festival s’annonce plus que jamais riche et éclectique ! Rendez-vous les 31 mai, 01 et 02 juin prochain à Hazebrouck !

Retrouvez la programmation complète à cet endroit.



Arras : les salariés de Meryl Fiber manifestent


Quelque 150 salariés de l’usine Meryl-Fiber (spécialisée par la fibre textile synthétique), basée à Saint-Laurent-Blangy, manifestaient hier matin dans les rues d’Arras. Ils avaient notamment prévu de faire un sitting au rond-point des Abattoirs, rond-point stratégique de l’entrée nord d’Arras.

A quelques jours de la décision cruciale pour l’avenir du site et pour les 353 emplois qui sera rendue mercredi par le tribunal de commerce, les salariés voulaient donner de la voix.

De la même manière les salariés envisagent  de monter à Paris pour manifester sous les fenêtres du ministère. Affaire à suivre donc…


De très grosses primes patronales créent à nouveau le scandale


Chez Carrefour d'abord : un patron chasse l'autre sur fond de mauvais résultats... Sous la direction du sortant, Lars Olofsson, l'action a perdu 40 pour cent, il va pourtant toucher une retraite chapeau qui pourrait atteindre jusqu'à 500 000 euros, à laquelle s'ajoute 1 million et demi d'euros au titre de la clause de non-concurrence, et pourtant selon les spécialistes, au vu de son bilan chez Carrefour, difficile d'imaginer qu'on va s'arracher ses services. Selon les Echos qui évoquent ces chiffres, c'est une situation qui pourrait d'ailleurs provoquer un tollé...

Deuxième grand patron sur la sellette, Pierre-Henri Gourgeon, le Parisien et Aujourd'hui en France parlent du jackpot de l'ex-patron d'Air France... Alors que les salariés connaissent depuis janvier une cure d'austérité et qu'on craint jusqu'à 5000 suppressions de postes, la prochaine assemblée générale du groupe devrait voter l'attribution de 400 000 euros à l'ancien directeur général au titre là aussi d'une prime de non-concurrence. Pour les syndicats, on achète son silence, et selon le Parisien la nouvelle fait en tout cas l'effet d'une bombe chez les salariés au régime sec.



Billet d'humeur du dimanche 27 mai 2012 ( Les mésaventures d'un Japonais à un meeting du FHaine)


En ce dimanche 27 mai 2012, quoi de neuf en ce monde ??? Au mois de février, Etsuyoshi Nomura, journaliste au quotidien japonais Tokyo Shimbun, c’est rendu à un meeting de la candidate du FHaine à l’élection présidentielle qui se tenait dans une petite ville du centre de la France : Châteauroux. Au bout d'un certain temps, il c’est rendu compte que des gens dans l’assistance le dévisageaient littéralement. Il a alors soudainement pris conscience de la situation dans laquelle il était.

Sur la scène, Marine Le Pen dénonçait violemment les effets néfastes de l’implantation des entreprises chinoises dans la région [une ancienne base aérienne de l’Otan est en travaux pour accueillir des entreprises et industries chinoises ; celles-ci devraient embaucher une main-d'œuvre essentiellement française] en disant qu’elles ne cherchaient qu’à obtenir l’étiquette made in France et qu’elles ne pensaient absolument pas à l’emploi des Français.

Même si il ne connaissait pas tous les détails de cette histoire, ce discours n’avait rien d’étonnant pour un parti xénophobe. Le problème, c’est qu’il n’y avait qu’un seul Asiatique dans la salle – et que les Français ont du mal à faire la différence entre un Chinois et un Japonais. Il est  donc injustement devenu le point de mire de l’assemblée.




A la fin du meeting, un homme d’un certain âge s’est approché de lui. "Etes-vous chinois ?” lui a-t-il demandé d’un air accusateur. Il avait manifestement envie de toucher deux mots à la République populaire de Chine et à ses entreprises. Quand le journaliste lui a répondu qu’il était  japonais, il s’est éloigné d’un air quelque peu sceptique.

Le FHaine séduit les jeunes, les ouvriers et les populations rurales en surfant sur leur mécontentement et en imputant tous les torts aux immigrés musulmans et à la gauche. Il n’est pas impossible que, à l’avenir, ce parti s’en prenne au Japon et aux Japonais. Même si, cette fois-ci, l'homme s’est trompé de cible en accusant à tort, le journaliste, c’est là une expérience qui ne devrait pas être prise à la légère ni faire sourire. Car la peste noire envahie nos rues et les mentalités de nos concitoyens.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.




samedi 26 mai 2012

Agression fasciste sur un camarade en fauteuil roulant !!!


Voici le récit d'un camarade membre d'ACF Ain Haute Savoie suite à son agression lundi 21 mai...

Vous constaterez que la vermine n'a aucun scrupule et que même se mettre à 3 sur le dos d'un handicapé n'est en rien génant pour eux !

Tout tes potes de luttes sont avec toi et te souhaite un bon rétablissement !

Au travers  de cet article nous dénonçons encore et encore la violence dont font preuve les identitaires , racistes , nationalistes et autres extrémistes fascistes .

Les agresseurs c'est EUX et encore EUX n'en déplaise aux fafs qui nous lisent !!!!!

«Petite soirée avec un pote, où il faut bien l'avouer on a picolé un peu .....
Puis on décide de sortir voir ce qu'il se passe en ville et saluer quelques potes en Ville.
Lui, commençant à s'endormir sur le bar, je le raccompagne jusqu'à chez lui mais je décide de retourner sur place papoter un peu avec d'autres copains.
Fin de soirée très bon esprit. A la fermeture certains clients du bar me proposent de finir la soirée chez l'un d'entres eux. Je refuse dans un 1er temps et devant l'insistance des gars, je décide d'y aller.
Une fois presque arrivé chez eux, je parle un peu avec un en particulier parce que j'avais certains doutes sur ses opinions politiques...
Malheeeeeeeeur un gabberskin ^^ enfin des bonehead quoi ... Je pensais que ça existait que dans les reportages sur M6...
Je décide donc de rentrer chez moi en leur disant calmement que je ne partage pas les même idées et que je préfère partir.
Ceci étant avant de me rentrer moi et mon fauteuil, je passe voir chez mon pote du début si tout va bien, vu qu'il dormait comme un bébé je décide de rentrer chez moi.
Une voiture passe à coté de moi, s'arrête, 3 mecs en descendent me foutent par terre, et me rouent de coups.
Je n'ai pas eu le temps de répondre, je me suis réveillé à l'hôpital avec un mec qui s'éclatait à faire de la couture sur mon front et mon oreille ; il me dit que j'ai eu un trauma crânien et des contusions un peu partout ils me gardent 24h pour être sûr que tout aille bien.
Je n'ai pas eu d'ITT, par contre je vais porter plainte cet après midi...
Je ne suis pas pour des représailles violente , le but est de dénoncer pas de lancer un appel à contre-attaque..
Ne soyons pas eux , ne soyons pas comme nos ennemis !!!
Mais soyez prudents camarades ils sont parmis nous  plus gerbant de jours en jours !! »

Voilà encore un fait divers à ajouter à la liste des agressions de Fachos , pour le coup là c'était des Nationalistes Autonomes ...

Ne laissons pas faire ..Barrons leur la route !
No PASARAN !!!



Azerbaïdjan : concours de l'eurovision et droit de l'homme



Les militants des droits de l'Homme en Azerbaïdjan espèrent bien profiter de l'Eurovision, dont la finale se tient samedi, pour attirer l'attention de la communauté internationale sur le problème des droits de l'Homme dans cette ex-république soviétique.

L'opposition azerbaïdjanaise accuse la dynastie des Aliev, au pouvoir dans le pays quasiment depuis la chute de l'URSS en 1991, de réprimer la liberté d'expression et d'emprisonner des opposants sur de fausses accusations.

Face à l'afflux sans précédent de journalistes étrangers à Bakou, la capitale, qui accueille pour la première fois du 22 au 26 mai ce très populaire concours de la chanson, l'opposition s'est mobilisée pour se faire entendre.

«C'est la première fois en Europe que les gens utilisent l'Eurovision pour essayer de résoudre les problèmes liés aux droits de l'Homme», a déclaré à l'AFP le militant pour les droits de l'Homme Rasul Jafarov. Cet homme de 27 ans dirige le mouvement «Sing for Democracy» («Chante pour la Démocratie»), lancé par des militants et des journalistes afin de faire connaître à la communauté internationale la situation dans ce domaine en Azerbaïdjan.

M. Jafarov a notamment demandé à la chanteuse suédoise Loreen, qui figure parmi les favoris de l'Eurovision, de parler des droits de l'Homme quand elle montera sur scène avec sa chanson «Euphoria».

Les autorités minimisent pour leur part la portée de l'opposition, affirmant qu'elle manque de soutien dans le pays. «Nous avons une opposition, elle est petite et faible. Mais qu'est-ce que nous pouvons faire avec ça?», lance Hadi Rajabli, chef du comité pour la politique sociale au parlement d'Azerbaïdjan.

Ces propos sont cependant loin de décourager les militants du mouvement «Sing for Democracy» qui envisagent d'organiser plusieurs «promenades» de protestation à Bakou pendant l'Eurovision, comme celle qui a déjà eu lieu mercredi dans la capitale, sans que la police n'intervienne.

Plusieurs dizaines d'opposants ont été interpellés par la police jeudi à Bakou lors d'une nouvelle manifestation. «C'est bien que des journalistes étrangers viennent ici et qu'ils soient intéressés», se félicite l'un des militants de l'opposition, Oktay Lygenderei, lors d'une réunion avec ses partisans dans un appartement de la banlieue délabrée de Bakou.

M. Lygenderei raconte avoir observé une grève de la faim pendant trois jours pour soutenir son frère qui avait été condamné le printemps dernier à trois ans de prison pour avoir protesté contre le régime du président Ilham Aliev.

Cinq autres participants à cette réunion disent eux aussi avoir observé une grève de la faim pour exiger la libération des prisonniers politiques et l'adoption des réformes démocratiques. Optimiste sur à la mobilisation des militants des droits de l'Homme, M. Lygenderei craint cependant que des «arrestations de masse commencent après l'Eurovision».

Préoccupation partagée par l'ONG Amnesty International, qui considère que 17 personnes actuellement détenues en Azerbaïdjan sont des prisonniers de conscience. «Les militants qui ont parlé des violations des droits de l'Homme seront considérés par les autorités comme ceux qui ont essayé de gâcher la fête. Les autorités vont se venger après le départ des journalistes étrangers», estime Max Tucker d'Amnesty International.

«Quand l'Eurovision sera finie, le gouvernement va s'occuper de tous ceux qui ont émis des critiques. J'en suis absolument sûre», lui fait écho Khadija Ismayilova, journaliste à Radio Liberty, une radio américaine basée à Prague qui émet en langues locales dans une bonne partie du territoire de l'ex-URSS.


Billet d'humeur du samedi 26 mai 2012 (Paris : Une policière-espionne traque les anarchistes au palais de justice)


En ce samedi 26 mai 2012, quoi de neuf en ce monde ??? De la salle des pas perdus, ça n'est qu'un vaste miroir, qui reflète les passages, agrandit artificiellement la perspective de cet espace qui dessert quatre chambres correctionnelles. Une décoration en plus dans ce palais de justice de Paris qui n'en manque pas, entre les rampes ouvragées des escaliers, le marbre et les moulures. Sauf que cette glace n'en est pas une, pas tout à fait.

Derrière cette glace, une pièce, réservée aux témoins convoqués pour les procès de la 17e chambre, celle dite « de la presse ». On y parle de diffamation, de calomnie, d'atteintes à la vie privée. Mardi après-midi, c'est un policier qu'on y jugeait. Philippe Pichon, commandant de police, est poursuivi pour « violation du secret professionnel ». Pour prouver les faiblesses du fichier STIC (système de traitement des infractions constatées, qui rassemble pèle-mêle des informations sur les personnes impliquées, comme auteur présumé ou comme victime, dans des infractions, même si ces mises en causes ne débouchent pas sur une condamnation), il avait donné à la presse les fiches STIC de Jamel Debbouzze et Johnny Halliday, erreurs comprises.

Donc, ce policier était jugé, et cinq témoins étaient invités à patienter, en attendant leur passage à la barre, dans la salle réservée aux témoins. Parmi eux, un journaliste, Jean-Marc Manach, spécialisé dans les questions de surveillance (qui raconte ici la scène). 






Et en entrant dans la salle, surprise, celle-ci n'est pas vide. Une femme d'une trentaine d'années est très occupée à prendre des photos au téléobjectif des personnes situées de l'autre côté de cette vitre sans tain. Des personnes pour beaucoup venues assister au procès de six « anarcho-autonomes » soupçonnés d'avoir préparé des engins incendiaires visant une armoire électrique de la SNCF, un camion-grue de la préfecture de police de Paris et le centre de rétention administrative de Vincennes, qui se déroule dans une salle voisine.

Celle-ci se serait présentée comme « photographe », avant de filer à la demande de l'huissier. Une photographe qui s’avérera faire partie des RGPP (renseignements généraux de la préfecture de police), le service de renseignement qui traite, entre autres, des mouvements politiques extrêmes. « Les policiers du renseignement effectuent régulièrement des missions de surveillance de la mouvance radicale autonome. Mais là, c'est clairement une erreur de positionnement, une erreur regrettable », explique ainsi un responsable policier interrogé par l'AFP. Une « erreur de positionnement », car non seulement cette fonctionnaire de police se trouvait dans un local de la justice, mais dans une pièce strictement fermée au public, la salle des témoins. Elle y était entrée , selon cette source, « sans savoir qu'elle n'en n'avait pas le droit ». bin voyons!

Du côté des chefs de juridiction du TGI de Paris, ceux-ci ont indiqué mardi à l'AFP « qu'ils ignoraient totalement la présence de cette femme munie d'un appareil photo dans la salle des témoins ». « Ils souhaitent que toute la lumière soit faite sur cette affaire », avait-on précisé au TGI. Et il faut y croire ?????

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.


Solidarité avec la lutte du mouvement étudiant québécois contre la hausse des frais de scolarité et contre la loi spéciale restreignant la liberté de manifester


Le 18 mai 2012, le gouvernement québécois (tenu par le PLQ - Parti Libéral du Québec) a adopté une loi spéciale visant à casser le mouvement étudiant québécois contre la hausse des frais de scolarité universitaires (5000 $ par année, soit une augmentation de 250 %), un mouvement d'ampleur qui depuis le 13 février met des centaines de milliers de personnes dans la rue (toutes générations confondues).

Ce texte (dit « Loi 78 ») oblige notamment les organisateurs de manifestations de plus de 50 personnes à soumettre à la police, au moins huit heures à l'avance, la trajectoire du rassemblement, au risque de lourdes amendes pour les contrevenants. Suite à la publication de cette loi, la CLASSE (Coalition Large de l'Association pour une Solidarité Syndicale Etudiante), organisation québecoise temporaire de type syndical, a appelé à désobéir à la loi et a invité les objecteurs à se porter volontaires pour des interpellations (voir le site Arrêtez-moi quelqu'un ! ).

Dans la nuit du 23 au 24 mai, 700 personnes ont été arrêtées à Québec et Montréal à l'issue de deux manifestations jugées illégales par la police en vertu de cette loi spéciale !

Vous trouverez ci dessous des extrait du discours de Gabriel Nadeau-Dubois et Jeanne Reynolds de la CLASSE lors de la manifestation organisée à Québec le 16 mai suite à l'annonce du projet de loi.






Source : CNT