samedi 31 mars 2012

Les 6 sans papiers arrêtes au local de l’UMP doivent être libérés!


Ce vendredi 30 mars 2012, une soixantaine de Sans Papiers du CSP59 occupaient le siège de campagne de l'UMP rue Solférino à Lille pour demander au Préfet de recevoir une délégation, pour dénoncer la coquille vide de la CODRESSE et exiger le droit à la défense argumentée des dossiers des sans papiers.

Vers 16h les forces de l'ordre ont évacué le local, après avoir fait usage des bombes lacrymogènes sur les personnes en soutien à l'extérieur. 7 camarades Sans Papiers ont été embarqués par les forces de police et un camarade Sans Papiers a été hospitalisé vers les urgences de l'hôpital Salengro au CHR de Lille.
Après une AG Place de la République à Lille, les Sans Papiers déterminés ont acté de se rendre en manifestation devant le Commissariat Central de Lille (Lille SUD) pour exiger la libération immédiate de leurs 7 camarades.

Les sans papiers se sont rassemblés devant l’hôtel de police à Lille Sud de 18H à minuit scandant les slogans exigeant la libération de leurs camarades. Un a été libéré vers 19H30. Les six autres sont maintenus en garde à vue.  Des élues (M.C. Blandin, Sénatrice, et H. Flautre, députée européenne) ont saisi le Préfet de la situation afin d’obtenir leurs libérations. La raison invoquée des  arrestations serait une plainte déposée par l’UMP. Les sans papiers sont formels : aucune dégradation ne peut être constatée dans le local occupé. Il y a donc trois hypothèses possibles sur ces arrestations :

 - la plainte de l’UMP ou/et du propriétaire, auquel cas il s’agit d’une procédure judiciaire qui ne nécessite pas la détention, mais une convocation au tribunal des personnes visées après notification de la plainte ;
- les arrêtés font l’objet d’une garde à vue pour séjour illégal : dans ce cas l’arrestation qui s’est faite après un tri des personnes est marquée d’un vis de procédure ;
- la préfecture et le procureur amalgament procédure judiciaire et administrative pour les maintenir en garde à vue, ce qui est de fait une soumission du pouvoir judiciaire au pouvoir politique.

Dans tous les cas il s’agit là d’une sombre instrumentalisation électoraliste par la criminalisation des sans papiers au profit du candidat-président Sarkozy. Que devient donc la neutralité de l’administration en période électorale ?

Les sans papiers arrêtés sont majoritairement des Algériens. La préfecture du Nord, qui n’hésite pas à expulser sans aucun respect des procédures légales, peut être tentée encore une fois de punir les arrêtés en demandant des laisser passer au consulat d’Algérie pour éviter le juge des libertés. L’état algérien peut il être complice de ces pratiques illicites mais fréquentes ?

Le CSP59 appelle tous les syndicats des aéroports de Lesquin, Roissy et Orly, tous les syndicats des ports de Marseille et Sète, tous les organisations démocratiques a empêcher la punition du ces courageux sans papiers qui ont osé occuper le local de campagne de l’UMP pour dénoncer la honteuse criminalisation dont les sans papiers font l’objet dans cette campagne électorale.

La seule réponse de l’UMP Sarkozy sera-t-il d’éliminer ceux qui ont le courage de montrer par leur action qu’ils n’ont rien à voir avec Merah, l’assassin de Toulouse et Montauban, sur lequel Le Pen a osé déclarer : « les Merah arrivent par bateaux entiers, par avions entiers » ?

Le CSP59 appelle le mouvement démocratique et syndical en Algérie a exiger du gouvernement algérien un acte de dignité face une éventuelle tentative d’expulsion manu militari. Il en est de même pour tout autre état en ce qui concerne les arrêtés de Lille.

Le CSP59 appelle à la mobilisation générale pour une « guérilla pacifique » jusqu’à la libération de tous les arrêtés par l’occupation de tous les bâtiments de l’état à toute heure, à tout moment et la place face à l’hôtel de police de Lille Sud tous les jours à partir de 18h jusqu’à la libération des sans papiers arrêtés.

Le premier rendez vous est ce samedi 31 mars à 17h, au parrainage républicain qui se déroule à la Maison de quartier de Lille Vauban à 17h (métro Port de Lille).

NB : nous venons d’apprendre le transfert des six au centre de rétention de Lesquin à 1H30 du matin, ce fait apparaitre le préfet comme un militant de l’UMP !

RASSEMBLEMENT TOUS LES MERCREDI PLACE DE LA REPUBLIQUE A PARTIR DE 18H : cerassemblement se déplacera de République à l’hôtel de police de Lille Sud.

Comité des Sans Papiers 59 - CSP59 : E-mail : csp59@wanadoo.fr - http://leblogducsp59.over-blog.com



La politique gouvernementale à l'égard des Roms vivement critiquée


La Commission nationale consultative des droits de l'Homme (CNCDH) a critiqué mercredi la politique gouvernementale à l'égard des Roms, déplorant les «discriminations dont souffrent ces personnes». La question des «Roms migrants» et des «gens du voyage» français est évoquée dans un «plan national d'action contre le racisme et l'antisémitisme» présenté mi-février en conseil des ministre, rappelle la commission, institution indépendante de promotion des droits de l'Homme et de conseil auprès du gouvernement.

Par ailleurs, une «stratégie du gouvernement français pour l'inclusion des Roms», auquel se réfère le plan d'action, a été adressée fin 2011 à la Commission européenne, à la demande de cette dernière, ajoute-t-elle dans un «avis» adopté le 22 mars en assemblée plénière. Mais selon elle, ce texte «ne présente pas de réelle stratégie : il ne dégage pas de priorités, ne hiérarchise pas les objectifs, n'établit aucun critère de performance, reste muet sur les crédits nécessaires pour atteindre les objectifs et sur les moyens qui seront mobilisés».

«Les discriminations, les confusions et les amalgames entretenus à l'égard de ces populations (...) doivent être combattus par des mesures concrètes d'accès aux droits et par une volonté politique réelle», estime la CNCDH. Celle-ci regrette notamment que l'élaboration de la «stratégie pour l'inclusion des Roms» n'ait pas été l'occasion «d'annoncer la levée immédiate des mesures transitoires» limitant l'accès des ressortissants roumains et bulgares au marché du travail.

Conformes aux traités d'adhésion à l'Union européenne - permettant ces mesures transitoires pour la Roumanie et la Bulgarie jusqu'au 31 décembre 2013 - ces restrictions n'en sont pas moins «discriminatoires», estime la CNCDH. A défaut de leur levée immédiate, elle recommande plusieurs mesures «afin de favoriser l'intégration» des Roms présents sur le territoire : «traitement accéléré des demandes d'autorisation de travail», «assouplissement des critères de durée de contrat et de niveau de rémunération» ou encore «possibilité d'inscription à Pôle emploi».




Source : Libération

Peut-on vendre aux enchères des objets liés à la torture ?


"Peines et Châtiments d’Autrefois" : c’est ainsi que la maison Cornette de Saint Cyr intitule la vente de 350 objets de torture de la collection de l'ancien bourreau Fernand Meyssonier. Plusieurs associations de défense des droits de l'Homme dénoncent une initiative "choquante et contraire à toute morale".

Un pilori proposé aux enchères  à partir de 400 euros ; des instruments pour la question : 5000 euros; une machine à décapiter reconstituée : 200 euros; un carcan pour deux personnes: 800 euros ; et des poucettes qui servent à comprimer lentement les pouces ou les doigts de la victime, compresse lentement les pouces ou les doigts de la victime: : 50 euros.

Une vente d'objets liés à la torture qui Plusieurs associations de défense des droits de l'Homme. Toutes ces associations ont donc interpellé "le gouvernement pour que le contenu de cette collection rentre dans le patrimoine historique et non privé".

Henri Pouillot, du Mrap, ne décolère pas: «On refuse que des gens puissent escompter faire 200.000 euros de recettes sur des objets aussi morbides. S'ils ont une valeur historique, il faut les mettre dans un musée, mais on ne peut pas laisser se disperser, auprès de particuliers, de tels instruments de torture."

Selon Me Bertrand Cornette de Saint Cyr, cette vente  "ne comprend aucun objet concernant la guerre d'Algérie : "la guillotine est une simple réplique réalisée sur commande bien après, dans le seul but d'enrichir la collection". Elle a d'ailleurs été retirée de cette vente : "Nous avons décidé finalement de ne pas mettre en vente cette réplique de guillotine. Nous estimons qu'il s'agit d'un objet contemporain, trop proche dans l'histoire, avec une base émotionnelle pas suffisamment éloignée. Nous laissons les générations futures décider de sa cession."

Nous condamnons aussi cette vente car la torture est un acte de barbarie dont les outils ne devraient pas se retrouver  là sur le marché. Ce qui prouve encore le peu de moral du capitalisme qui est prêt à tout pour se faire du fric.



Elections étudiantes à Assas, l’une des antennes de l’université Paris-II : le GUD fait son come-back (raté)


Blousons en cuir, crânes rasés ou cheveux ras, et parapluie ou casque de scooter à la main en cas de bagarre... Impossible de manquer les membres de l’Union défense de la jeunesse (UDJ) – vitrine du Groupe union défense (GUD) –, massés sur le trottoir en face du centre Assas, l’une des antennes de l’université Paris-II, mercredi 28 mars.

Ils sont ici pour les élections des représentants étudiants aux conseils centraux, organisées tous les deux ans dans les universités françaises. Pour la première fois depuis cinq ans, l’UDJ présente une liste au Conseil des études et de la vie universitaire (Cevu) d’Assas, avec pour objectif d’avoir au moins un membre élu.

Mais le retour des Gudards dans leur bastion historique n’est pas vu d’un très bon œil. Beaucoup craignent des débordements. En témoignent les deux fourgons de police garés rue d’Assas et le soin méticuleux avec lequel les cartes étudiantes sont vérifiées à l’entrée de l’université.

A midi, en pleine séance de tractage, les étudiants des autres associations en lice pour les élections déplorent la présence de l’UDJ. Enora Hamon, secrétaire générale de la Confédération étudiante (Cé), réfute l’argument démocratique : « La liberté d’expression oui, mais il faut respecter les valeurs de la République, parmi lesquelles l’ouverture. Pour moi ça n’est pas respecté par l’UDJ. »

Pour Victoire Ponsot, membre de l’association Erasmus, présente sur la liste Cap2 : « Le problème c’est que ce sont des étudiants inscrits en capacité, qui ne suivent pas les TD. Ils ne sont pas actifs, et ne peuvent donc pas réellement représenter les étudiants d’Assas. »

L’ambiance est tendue. Les membres de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), groupés devant l’entrée, jettent des regards inquiets vers ceux de l’UDJ. Jonathan Hayoun, président de l’UEJF, explique : « Ils nous prennent en photo. On est sous pression. »

Pour lui, la présence de l’UDJ à ces élections met d’autant plus mal à l’aise qu’elle survient après le drame de Toulouse. « Les juifs se sentent actuellement menacés en France » explique-t-il.

A ses côtés, Sacha Ghozlan, président de l’UEJF à Assas, résume la situation : « Je vois une quarantaine de personnes affiliées au GUD, je vois des CRS. Or, étudier, ça ne se fait pas dans la peur. »

Edouard Klein, président de l’UDJ, nie, lui, toute forme d’intimidation et de violence de la part de son organisation. Mais comment justifie-t-il, alors, la présence des forces de l’ordre devant l’université aujourd’hui ? « Il y a des policiers pour protéger les étudiants parce qu’il y a toujours des violences de la part de l’extrême gauche. »

C’est également pour cette raison que, selon lui, les « rats noirs » ont revêtu leur panoplie : « Le cuir, comme le casque, permettent de se protéger des coups des mecs de l’extrême gauche. C’est ce qu’on vit au quotidien. » Il ajoute : « Nous, on ne provoque jamais. »

Et pourtant, quelques instants plus tard, un homme qui assistait à mon entretien avec Edouard Klein me menace. Me voyant rester devant l’université, un autre homme, crâne rasé, blouson en cuir et lunettes de soleil, me prévient : « Casse-toi tout de suite sinon ça va dégénérer. »

Le retour des « gentlemen fascistes » à Assas se termine sur un échec. Avec 3,4% des voix, il n’a aucun membre élu au Cevu. Le GUD ne fait peut-être plus « partie des murs », comme il le clamait encore haut et fort mercredi.




Source : Rue 89

Billet d'humeur du samedi 31 mars 2012 (La justice doit se prononcer sur la réalité d'un groupe Mulliez)


En ce samedi 31 mars 2012, quoi de neuf en ce monde ??? Un avocat roubaisien a assigné 25 sociétés liées à l’Association Familiale Mulliez pour les faire reconnaître ainsi que leurs filiales en tant que groupe. L’objectif est de renforcer les droits des salariés, notamment en cas de plan social.

Missionné par les comités centraux d’entreprise de 2 sociétés (Pimkie et Saint Maclou) détenues majoritairement par l’Association Familiale Mulliez (AFM), ainsi que par 2 fédérations syndicales, Me Stéphane Ducrocq a assigné mi-mars devant le tribunal de grande instance de Lille 25 sociétés liées à l’AFM pour faire reconnaître le Groupe Mulliez comme une entité juridique. Parmi ces sociétés, 18 sont des holdings ou sous-holdings. Les autres sont le Groupe Auchan, Agapes, Adeo, Saint Maclou, HTM, Happychic et Diramode.

L’avocat roubaisien demande au juge de déclarer que ces « sociétés assignées et les filiales qu’elles contrôlent [...] constituent un groupe au sens des articles L.233l et suivants du Code du travail ». Selon celui-ci, « fait partie d’un groupe [...] une société dont le capital est détenu à plus de 50 % par une autre ». L’avocat, dans son assignation, fait la démonstration que, « dans l’immense majorité des cas 100 % des sociétés commerciales opérationnelles via les holdings et sur-holding sont contrôlées à plus de 50 % par les sociétés du sommet du groupe Mulliez ».

« un modèle qui fonctionne » Pour lui les Mulliez « ont multiplié les sociétés, constituant autant de cloisons », ce que démontre d’ailleurs bien Benoît Boussemart dans ses livres « La Richesse des Mulliez », paru en 2008 suivi en 2011 de « Le groupe Mulliez 2006-2011, pour en finir avec le conte familial ».




Reconnaître l’existence d’un « groupe » Mulliez permettrait tout d’abord à tous les salarié(e)s d’avoir les mêmes avantages sociaux d’une société à une autre. Mais surtout, explique l’avocat « en cas de plan social dans l’une des sociétés cela l’obligerait à proposer un reclassement dans le reste du groupe, ce qui n’a pas été le cas lors du PSE chez Pimkie en 2010, précise l’avocat. Tout PSE (plan de sauvegarde de l'emploi) devrait par ailleurs être fonction des moyens de l’ensemble du groupe », ajoute-t-il.

Ce type d’assignation est une première en France, selon l’avocat. Même s’il se sent dans cette affaire un peu comme David contre Goliath, il a bien sûr espoir de gagner, comme il a gagné en novembre dernier au TGI dans l’affaire des temps de pause à inclure dans le temps de travail des salariés d’Auchan entre 2000 et 2007.

Pour Francis Cordelette, directeur général du groupe HTM, cette reconnaissance officielle serait « socialement une catastrophe. Cela signifierait que dès qu’il y a un PSE, pour la moindre fermeture de magasin ou d’hypermarché, toute embauche est gelée pendant toute la durée du PSE », a déclaré le dg d’HTM aux « Echos ». Or, explique-t-il, un parc de magasins vit, avec des transferts et des fermetures. « J’ai pour Boulanger fermé six ou sept magasins, mais j’en ai aussi ouvert une quarantaine. » Pour lui « la famille Mulliez, qui investit et qui embauche, a construit un modèle original qui fonctionne très bien, cela reviendrait à en casser cette dynamique ».

La procédure peut maintenant prendre entre six et dix-huit mois, le temps des allers et retours entre avocats, avec présentation des pièces. Me Ducrocq craint que ses adversaires prennent d’ailleurs autant d’avocats qu’il n’y a de sociétés. Enfin, quand il n’y aura plus d’échanges, le premier juge du TGI de Lille pourra étudier et trancher cette question sur le fond et l'on espère rendre une décision en faveur des employé(e)s de l'ultra capitaliste Mulliez.

Voilà encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.



vendredi 30 mars 2012

Le CSP59 investit le local de l'UMP à Lille


Une centaine de militants du Comité des sans-papiers 59 ont investi le local UMP de la rue Solférino à Lille. Ils veulent "interpeller Sarkozy". Début mars, ils s'étaient donné rendez-vous au local de l'association Emmaüs.

Ils sont, en ce moment et selon eux, quatre-vingt du comité à être entrés à l'intérieur du local de l'UMP, pendant qu'une quarantaine de leurs camarades sont restés dehors, devant le local. Des militants de la CGT, du Parti communiste et autres libertaires les accompagnent. Les forces de l'ordre viennent d'arriver sur les lieux.

Le Comité des sans-papiers 59 explique vouloir "interpeller Sarkozy" sur leur situation, et demandent un rendez-vous avec le préfet de la région, comme ils l'avaient demandé début mars en investissant les locaux de l’association Emmaüs. Ils en avaient été expulsés.

A 16h, des policiers sont venus en renfort devant le local. La rue Solférino est fermée entre la place Sébastopol et la place Le Bon. Les sans-papiers sont toujours devant le local. Si vous êtes sur Lille vous pouvez toujours allez leur prêter main forte.


Abeilles : on pourrait enfin interdire le pesticide Cruiser OSR


Après la publication dans la revue Science de deux études attestant d'effets nuisibles du thiametoxam sur les abeilles, le ministère de l'Agriculture a décidé d'attendre l'avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire, avant d'interdire ce pesticide. Comme d’habitude des qu’il s’agit du cartel du pesticide, on préfère attendre qu’agir.

Produit par le groupe suisse Syngenta, le Cruiser OSR, largement utilisé depuis les années 1990 est accusé d'être nuisible aux bourdons et aux abeilles. Selon deux études, française et britannique,  il provoquerait des troubles de l'orientation qui les empêchent de retrouver leur ruche ou de se nourrir convenablement.  Les populations d'abeilles et de bourdons ont fortement décliné au cours des dernières années, en Europe et aux Etats-Unis. Elles sont indispensables pour polliniser les plantes à fleurs produisant des fruits ou légumes.

L'étude française conduite par Mickaël Henry, de l'Inra  et Axel Decourtye de l'Acta a été réalisée en marquant des centaines d'abeilles grâce à des puces à radio-identification. Elle a montré que les populations d'abeilles exposées au pesticide chutaient à un niveau ne permettant plus leur rétablissement.

Selon le ministère, "si ces nouvelles données étaient confirmées, l'autorisation de mise sur le marché" du Cruiser OSR, utilisé sur le colza, "serait retirée." Pourquoi attendre et attendre encore. Il est plus que temps de revenir à une agriculture contrôlée  afin que le rendement ne soit plus le but de cette dernière mais le bien être de chacun tant pour le consommateur ayant des produits sains que l’agriculteur plus soumis au lois cannibales du marchés et surtout la nature qui pourrait si il n’est pas trop tard revivre loin de tous ces produits toxiques et qui polluent nos vies.



Compte rendu de la soirée autour du recueil « un troussage de domestique » à Lille le 19 mars 2012


Une couille de plus chez les féministes ou des sexistes misérables en milieu féministe, un pavé de plus dans la femme.Pourquoi ce titre dans un premier temps ? Et bien comme tout anarchiste que nous sommes,  nous avons comme ambition d'instaurer le patriarcat, de continuer à violer des femmes, de les réduire à rien, ces chiennes ! Vous ne comprenez rien et pensez être sur un blog d'extrême droite ? C'est un peu la première sensation que nous (groupe de la fédération anarchiste d'Arras et Béthune) avons eu, quand nous sommes venus assister et (essayer de participer) le lundi 19 mars, dans le cadre de la quinzaine sur le féminisme, à une soirée autour du livre « Un Troussage de domestique » coordonné par Christine Delphy, et que nous avons vu sur la jolie table de presse féministes cette brochure intitulée « De la misère sexiste en milieu anarchiste ou un pavé de plus dans l'anar ».

Commençant à 18h30, tou-te-s étaient invité-e-s à se rencontrer, boire un coup, regarder les tables de presse avec des livres et brochures mixte (pouvant être regardés et pris par tout le monde) et non mixtes (ne pouvant-être regardés et pris que par les femmes...), des ouvrages forcément écris par des femmes ou écris de manière mixte. Le Monde Libertaire gratuit (n'obligeant pas les femmes à participer) n'a pu être déposé pourtant avec un article nommé « anti-sexiste » (titre du N°8), du fait « qu'il est rédigé principalement par des hommes ».

Mis à part ce premier froid, nous allons assister au débat. En passant, nous avons demandé un verre d'eau qui  nous a été donné avec le moins de respect possible. Nous prenons sur nous, remercions pour l'eau et entrons dans la salle vers 19h.

Environ 50 personnes sont présentent avec une composition assez mixte de la salle, car il faut préciser du fait des remarques qui ont fusé comme : « voilà encore le problème des réunions mixtes » (le problème étant les hommes présents) confirmé par « le monde serait meilleur sans les hommes ». Toutes ces interventions étaient suivies d'applaudissement de la part des femmes.

L'ambiance étant faite, il me faut juste ajouter qu'une discrimination avait été mise en place, les femmes avaient priorité de paroles même s'il y avait un blanc pendant 5min, les hommes n'avaient pas non plus le droit de réponses (de manière officielle sûrement que non, par les faits comment parler quand on vous envoie des « ferme ta gueule » à tout va ?), on peut rajouter le droit au respect également pour les interventions des femmes exclusivement... Quoi qu'un homme ait pu dire, la chose aurait été prétexte à une attaque ou à une mauvaise interprétation pour discréditer la personne. A cause de ces attitudes abusives, plusieurs personnes s'en sont allées, même mon camarade a préféré aller fumer une clope dehors au lieu de péter un cable...




Le débat commence par une présentation d'un petit montage sur DSK, qu'on pourrait qualifier de simpliste et caricatural : il n'a eu aucune utilité à part la polémique sur un sujet qui en a déjà assez fait comme ça, et qui ne servira même par pour le débat. (On peut rapprocher cela au film « Indigène » qui ne donne qu'une vision des choses mais ici condensé en 10min, bref imaginez-vous le film « Indigène » condensé en 10min, et bien à la fin vous auriez envie de croire que la France a été pire que l'Allemagne Nazi en Algérie.) Donc un beau petit bourrage de crâne très bien tourné qui montre des comportement tout a fait inacceptables et que nous condamnons également, mais pas au point de faire penser que tous les hommes pensent de la même manière et étaient solidaires des diverses actions de DSK et de beaucoup d'autres hommes. Ainsi des thèses ont été avancées, selon la classe sociale ou le poste des personnes il y aurait plus ou moins de violence envers les femmes, il y aurait une solidarité entre hommes quand à ce type d'action révélé avec DSK et les nombreux soutiens qu'il a reçu d'hommes et de femmes (comme Aubry et Ségolène).

Puis 3 femmes se présentent, elles, leur actions, leur mouvements : Natacha Henry et Sylvie Tissot (contributrices de l'ouvrage) et Anne Turlure (membre de L'Échappé, association lilloise de lutte contre les violences sexistes et sexuelles).

A la suite de ces intervention la parole est enfin donnée, notons que la projection du film « Le Viol » n'a pas été possible laissant place à plus « d'échange » (car échange voulant dire que tou-te-s apportons quelque chose à l'autre, et je ne considère pas les propos racistes à répétition comme cela !) jusqu'à plus de 22h.

Il serait mentir de dire qu'il n'y a rien eu à tirer à part la colère et la déception d'un tel mouvement : des revendications, des analyses, et des interventions ont été des plus éclairantes sur le ressenti des femmes dans notre société.

Mais ceci sera le sujet d'un prochain article analysant tous les propos, idées, et paroles qui ont été proférés, afin de limiter la lecture à la forme qu'a pris la réunion dans un premier temps pour ensuite vous parler du fond que nous avons pu trouver entre les propos discriminants et  ainsi améliorer la qualité d'analyse. Car l'humain a des techniques qui n'ont pas de sexe (historien-ne-s et politiciens par exemple) et considérer qu'une analyse neutre faite par un homme qui cherche à comprendre, poser des questions, et avancer serait moins bien que celle fait par une femme pour les mêmes raisons ne pourrait me pousser qu'à vous traiter de chevaux / juments à œillères  féministes ou, plus court, d'aveugles d'esprit.

Fraternellement mes frères et sœurs, pour l'égalité et non la domination d'un genre sur l'autre, vive l'anarchisme !


Groupes FA Arras / Bethune (Pas De Calais)



Grève générale hier en Espagne


Des violences ont éclaté à Barcelone en marge de la manifestation organisée pour la grève générale. Plusieurs centaines de milliers de personnes ayant défilé hieren Espagne, contre le chômage et la politique d'austérité du gouvernement.

Les incidents de Barcelone sont les plus violents, mais des heurts ont éclaté dans plusieurs villes du pays aujourd'hui, comme à Madrid durant les premières heures de la grève. Au total, 176 personnes ont été interpellées, 58 policiers et 46 manifestants ou grévistes ont été blessés à travers le pays, selon le ministère de l'Intérieur. "La police a dû intervenir et a utilisé des balles en caoutchouc", a indiqué un porte-parole.

Une marée humaine a défilé hier dans les rues espagnoles, pour tenter de freiner les réformes d'austérité du gouvernement, à la veille du vote du budget 2012 qui prévoit une cure de rigueur sans précédent. Ils étaient 100.000 à Madrid, 800.000 à Barcelone, 50.000 à La Corogne ou encore 25.000 à Saint-Jacques de Compostelle, selon les syndicats.

De nombreux espagnols, soucieux d'épargner leur porte-monnaie, ont rejoint les cortèges après leur travail. "On ne peut pas vivre avec l'avenir qu'ils nous préparent, avec des salaires de moins de 1.000 euros", dénonce Antonio Redondo, 57 ans, vendeur dans le secteur de l'alimentation. En Espagne, le chômage frappe 22,85% des actifs.


Billet d'humeur du vendredi 30 mars 2012 (une Rom, sans-papiers, lauréate cette année aussi gagnante du concours des meilleurs apprentis de France)


En ce vendredi 30 mars 2012, quoi de neuf en ce monde ???Pour la deuxième année consécutive le concours des meilleurs apprentis de France a distingué une jeune femme d'origine rom, Cristina Dimitru, qui remporte la médaille d'or un an après Linda Mihai, dont l'histoire emblématique avait été rendue publique en décembre 2011.

Cristina, 18 ans, qui a passé plus de 18 mois dans une caravane sans eau ni électricité après son arrivée à Nantes en 2005 avec sa famille, avant de pouvoir accéder à des conditions de vie moins rudes, a reçu sa médaille jeudi sous les ors du Sénat à Paris, où se déroulait la remise des prix.

Mais comme Linda Mihai, 21 ans qui était lauréate du concours 2010, en catégorie «pressing» également, à l'heure où elle est distinguée parmi les meilleurs apprentis de France, Cristina n'a pas de papiers. «Même si j'ai beaucoup travaillé, je ne peux pas trouver un travail, ou passer mon permis, ou demander une bourse pour m'inscrire en Bac professionnel», a-t-elle regretté.

Les demandes de régularisation de la famille de Cristina, pourtant insérée, les deux parents travaillant comme saisonniers dans des entreprises de maraichage, et aujourd'hui logés dans un appartement, ont toutes été rejetées depuis leur arrivée.




Malgré deux ans d'interruption de scolarité, de 2005 à 2007, le temps d'apprendre la langue et surtout d'être dans des conditions matérielles permettant de suivre une scolarité, Cristina a brûlé les étapes et elle a repris directement en 4ème en 2007.

Au Lycée professionnel Leonard de Vinci de Nantes, où elle a obtenu en juin 2011 son CAP et qui l'a présentée au concours des meilleurs apprentis de France à l'automne 2011, elle impressionne. «C'est une jeune femme extrêmement volontaire, qui a une envie d'insertion très forte», estime la proviseure du Lycée Florine Durand. «A tel point qu'après son CAP de pressing en juin dernier nous l'avons autorisée cette année à poursuivre en validant son CAP de vente.»

Cristina a eu 18 ans en décembre et a refait un dossier de demande de permis de séjour pour elle et sa famille fin janvier 2012. «Depuis, plus aucune nouvelle», a-t-il regretté jeudi. La préfecture de Loire-Atlantique indiquait jeudi matin faire le point sur le dossier. Début décembre, la lauréate du concours des apprentis 2010, Linda Mihai, avait obtenu son titre de séjour à quelques jours de Noël. Cristina voudrait bien, elle aussi, avoir un tel cadeau, pour Pâques.

Voilà encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.



jeudi 29 mars 2012

Le Monde Libertaire n°1666 du 29 Mars au 4 Avril 2012


Sommaire du Monde Libertaire n° 1666 du 29 Mars au 4 Avril 2012

«Nous pouvons [...] nous déterminer à faire [...] une guerre éternelle, irréconciliable, à notre grand ennemi qui triomphe maintenant, et qui, dans l'excès de sa joie, régnant seul, tient la tyrannie du ciel.» - Le Diable (in Le Paradis perdu de John Milton)

Actualité

Droit du travail assiégé, par Kintpuash, page 3
Presse normande en péril, la suite, par S. Bull, page 4
Chronique néphrétique, par Rodkol, page 5
Arbetaren fête son anniv’, par M. Enckell, page 6
Météo syndicale, par S. Bull, page 6
Merah, l’outsider, par Stéphane, page 7
Mélenchon ou le retour du rouge foncé, par David, page 8
Le strip, page 8
Le Monde libertaire dénigré, par M. Silberstein, page 9
Les vieux réflexes xénophobes, par M. Rajsfus, page 11

International

Occupations de terres en Andalousie, par R. Pino, page 13

Arguments

La démocratie industrielle, par G. Goutte, page 15

Histoire

Victor Serge à propos du duel Marx-Bakounine, page 17

Culture

Présence d’Adrien Dax, par G. Bounoure, page 19

Mouvement

La CNT victime de la police, par CNT Moselle, page 21
Radio libertaire, page 22
Agenda, page 23

Editorial du Monde Libertaire  n°1666 du 29 Mars au 4 Avril 2012

« Le western toulousain a pris fin après avoir mobilisé les médias pendant quarante-huit heures. Les foules n’avaient pas besoin de se rendre sur place pour assister au spectacle puisque des chaînes TV diffusaient en direct le siège de ce nouveau Fort Chabrol. Comme toujours dans ce type d’évènements, des zones d’ombre subsistent : suspect pisté, interrogé, relâché et non surveillé, ce qui n’est pas vraiment dans les habitudes de nos services de renseignement (voir l’affaire de Tarnac). Suspect assiégé que l’on dit vouloir capturer vivant (assaut foiré du Raid), mais que l’on abat finalement d’une balle dans la tête mais en déchargeant sur lui 300 cartouches (ils tirent si mal que ça nos cow-boys ?).

Et, bien sûr, le pouvoir qui en profite pour nous concocter de nouvelles lois pour « nous protéger ». Sera désormais passible de sanctions pénales toute personne qui : consultera de manière habituelle des internet appelant à la haine et à la violence ; se rendra à l’étranger pour suivre des travaux d’endoctrinement à des idéologies conduisant au terrorisme ; fera l’apologie d’idéologies extrémistes. Vous le voyez venir le coup de bâton ? Ça ne vous rappelle rien ? Les lois scélérates de 1893-1894 peut-être ?

Eh bien, ça y est, nous y sommes. Si ces nouvelles mesures avaient été en vigueur, elles n’auraient en rien empêché notre djihaiste d’agir comme il l’a fait ; par contre, à l’avenir, elles pourront renforcer la persécution de toute organisation politique ou syndicale déclarant, par exemple, vouloir supprimer le capitalisme (si c’est pas du terrorisme ça...).

Big Brother se renforce chaque jour, alors attention : les régimes autoritaires voire fascistes n’apparaissent jamais d’un coup, mais surviennent par petites touches, et dans l’indifférence d’une majorité de la population qui ne se sent pas concernée. Ne restons pas muets. Ne laissons pas amputer ce qui nous reste de libertés. »

Pour savoir où trouver votre journal cliquer ici.



Fuite de gaz sur la plateforme Total : quels risques pour l’environnement ?


La fuite de gaz sur une plateforme Total en mer du Nord inquiète les écologistes. Si les risques à court terme semblent limités, les organisations écologistes craignent déjà la durée des travaux

Va-t-on vers une nouvelle catastrophe écologique ? Total fait face depuis dimanche au plus gros incident en mer du Nord depuis au moins dix ans. Une fuite de gaz est survenue sur la plateforme d’Elgin, à environ 240 kilomètres des côtes anglaises. Un épais nuage de gaz hautement inflammable entoure la plateforme, rendant le travail de réparation extrêmement difficile.

Pour colmater au plus vite la brèche, un plan d’urgence a été mis en place et des équipes ont été dépêchées sur place. L’objectif : éviter que cet accident ne se transforme en catastrophe environnementale.

les organisations écologistes s’inquiètent déjà de la durée des travaux. Six mois seraient en effet nécessaires pour colmater la brèche. Or, « le gaz qui s’échappe est du méthane, un gaz à effets de serre qui réchauffe l’atmosphère. Pour l’instant, 23 tonnes de gaz se sont échappées de la plate-forme en 48 heures. Dans six mois, cela pourrait atteindre 800 000 tonnes » explique Anne Valette, porte-parole de Greenpeace. A terme, l’organisme craint des conséquences néfastes sur le climat, et remet en cause les déclarations de Total: « le groupe doit encore prouver que ce n’est pas dangereux pour la faune et la flore locale », précise la porte-parole.

L’organisation se veut cependant optimiste : contrairement à l’explosion de la plateforme dans le Golfe du Mexique en 2010, aucune marée noire n’est à craindre puisque le puits n’exploite pas de pétrole. Mais  les écologistes tirent la sonnette d’alarme. Selon Anne Valette, cet accident montre que « malgré les mesures de sécurité qui existent, le risque zéro n’existe pas ».

Nous pensons vraiment qu’il serait plus que souhaitable, de revoir complément la politique énergétique de façon plus globale  afin de la rendre plus humaine et écologique plutôt que soumis au bon vouloir d’un capitalisme carnassier.



Bruxelles (Be) : 75e jour de grève de la faim pour les 23 sans-papiers


Les vingt-trois sans-papiers logés dans un bâtiment de la VUB (Vrije Universiteit Brussel) ont entamé mercredi leur 75e jour de grève de la faim. Ces personnes ont déclaré qu'elles iront jusqu'au bout de leur action qui a débuté le 14 janvier dernier et demandent un titre de séjour d'au moins un an ainsi qu'un permis de travail "C", a-t-on appris mercredi lors d'une conférence de presse.

"Nous sommes de plus en plus faibles et malades mais notre grève de la faim est sans limites. L'état de Jamal qui s'est cousu les lèvres depuis deux semaines se détériore de jour en jour. Il a perdu 21 kilos et peut mourir à tout instant", a déclaré Mohammed, porte-parole des grévistes.

Celui-ci a également lu une lettre ouverte écrite par Jamal au nom de tous les grévistes dans laquelle il y dénonce les conditions de travail auxquelles ils étaient confrontés avant le début de la grève. Dans ce message destiné avant tout à Maggie De Block, la secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, Jamal affirme qu'après 75 jours de grève, ce n'est plus du chantage mais bien une protestation. Il termine en disant que s'il y avait eu un autre moyen, ils l'auraient fait.

Juste avant la venue des journalistes, une personne de l'Office des étrangers accompagnée de deux médecins s'est rendue sur place afin de constater les conditions sanitaires et l'état de santé des grévistes.

D'après les sans-papiers, la secrétaire d'Etat Maggie De Block refuse toujours la négociation.




Source : Le Vif.be, avec Belga

La marche des Arcelor Mittal vers Paris


L’intersyndicale d'Arcelor Mittal Florange se bat toujours pour le rallumage des hauts fourneaux (à l'arrêt depuis juillet pour l'un, octobre pour l'autre). Des salariés vont marcher de la Lorraine à Paris, pour se rappeler au bon souvenir des candidats à l'élection présidentielle.

Pour se faire entendre, les ouvriers d’Arcelor Mittal se lance dans une action inédite : une marche à pied de 10 jours, jusqu'à Paris. Un noyau dur d'une vingtaine de personnes va parcourir les 330 km qui séparent Florange, en Moselle, de Paris. Une moyen de rappeler aux candidats à la présidentielle qu'il ne faut pas oublier les ouvriers.

Cette marche symbolique s'achèvera par un grand concert dans les jardins du Trocadéro, le 6 avril, avec la participation de Bernard Lavilliers et du groupe Zebda.

Hier la première étape de 31 km les a menées de  Florange à Landres, en Meurthe-et-Moselle. La deuxième étape les mènera à  Belleville, près de Verdun ou vous pouvez leurs apporter votre soutient.



Grève illimitée du service de la collecte des déchets sur le secteur Béthune-Bruay-La Buissière


Depuis hier matin 4 h , des agents du service collecte des déchets de la communauté de communes de Béthune-Bruay-La Buissière (Artois Comm) sont en grève illimitée.Vers 11 h, ils étaient une quarantaine à tenir le piquet de grève devant le dépôt de camions installé sur la ZI de Ruitz, près de Bruay. Ce service chargé à la fois des collectes des ordures ménagères, du recyclable et des déchets verts comprend aussi les gardiens de déchetterie et les agents de nettoyage des égouts.

Conséquence de cette grève: les poubelles n’ont pas été ramassées aujourd’hui dans les communes de Marles-les-Mines, Maisnil-les-Ruitz, Houdain, La Comté, Bajus, Vieille-Chapelle, Hennequin, Locon, Vermelles et une partie de Bruay.

Cet après-midi, il devrait en être de même à Verquin et Labeuvrière. Quatre déchetteries sur six sont égalements fermées à Calonne-Ricouart, Ruitz, Marles-les-Mines, Béthune ainsi que la plateforme de compostage de Béthune. Les revandications des grèvistes, portées par le syndicat CGT, portent sur le pouvoir d’achat et l’organisation du travail.



Billet d'humeur du jeudi 29 mars 2012 (Affaire Bettencourt: L’étau se resserre sur Zebulon 1er)


En ce jeudi 29 mars 2012, quoi de neuf en ce monde ??? L'étau se resserre autour de Zebulon 1er. Tandis que les mises en examen et les interrogatoires pleuvent dans la tentaculaire affaire Bettencourt, Le Monde daté de mercredi nous apprend que le juge Jean-Michel Gentil, en charge de cet encombrant dossier au tribunal de grande instance de Bordeaux, s'intéresse désormais de très près au cas du chef de l'Etat, et du financement présumé occulte de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007, s'appuyant sur des documents consultés par des journalistes du quotidien.

Tout part en fait du témoignage, recueilli le 26 janvier, de François-Marie Banier, photographe et ami de Liliane Bettencourt, mis en examen pour "abus de faiblesse, abus de confiance et escroquerie aggravés, et blanchiment". Lequel avait noté sur son journal intime, à la mi-avril 2007, des propos qu'aurait tenus la milliardaire en sa présence : "De Maistre m'a dit que Zebulon 1er avait encore demandé de l'argent. J'ai dit oui."

"Je suis écrivain et je trouve intéressant de montrer les rapports d'une femme face à son trouble vis-à-vis des gens en qui elle doit avoir confiance. Cette demande d'argent, c'était une demande officielle car il y a toujours des demandes officielles pendant les campagnes. Il y a une somme officielle que l'on peut donner et il y a toujours des gens de tous bords qui viennent demander de l'argent à Liliane Bettencourt", a alors répondu le photographe, un brin embarrassé, au juge qui l'interrogeait. Puis d'affirmer que cet argent n'a sans doute pas été remis. Avant de se faire plus évasif encore : "Je ne suis pas sûr qu'elle ait mentionné le nom d Zebulon 1er e Sarkozy, mais c'était quelqu'un d'important.».  Aurait il reçut des menaces pour devenir aussi évasif d’un coup ????




Il n'en fallait évidemment pas plus pour éveiller les soupçons du magistrat. Qui n'a pas manqué de constater qu'au moment des faits, l'entre-deux tours de l'élection présidentielle battait son plein. "En conséquence, si une personnalité s'est présentée pour demander de l'argent à Liliane Bettencourt, ce ne peut être que l'une des deux personnalités concernées par le second tour de l'élection présidentielle, dont Zebulon 1er ", écrit alors le juge. Or, plusieurs témoignages de proches de la famille Bettencourt ont assuré au magistrat que Zebulon 1er s'était rendu plusieurs fois au domicile de la milliardaire durant la campagne, "pour chercher de l'argent", dixit le chauffeur Dominique Gautier...

Mais ce qui intéresse plus particulièrement Jean-Michel Gentil, sont les découvertes récemment faites en Suisse. En s'intéressant à un compte helvète de Liliane Bettencourt, il a en effet mis à jour un système de sorties de fonds en espèces organisé par son gestionnaire de fortune Patrice de Maistre, mis en examen pour abus de faiblesse et abus de biens sociaux le 15 décembre, et placé en détention provisoire vendredi dernier. Sept retraits, d'une valeur totale de 4 millions d'euros, auraient ainsi été effectués, via un mécanisme de compensation passant par des établissements financiers français et suisses, pour être remis à la société Clymène, à la charge de M. De Maistre, pour valoriser les actifs de l'héritière de L'Oréal.
Dont deux, de 400 000 euros chacun, attirent un peu plus l'attention que les autres, l'un datant du 5 février 2007, soit deux jours avant un rendez-vous entre M. de Maistre et Eric Woerth, et l'autre du 26 avril 2007, soit quatre jours avant le premier tour de la présidentielle. Ce qui rappelle forcément les déclarations, à l'origine de toute l'affaire, de la comptable Claire Thibout, qui affirmait dès mai 2010 qu'on lui avait demandé de sortir 150 000 euros en liquide pour les remettre à M. Woerth au début de l'annnée 2007... Faut-il vraiment vous faire un dessin ?

Voilà encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.



mercredi 28 mars 2012

La moitié nord de la France suffoque sous la pollution aux poussières


Saint-Lô n'a pas l'habitude de ce genre de situation. La qualité de l'air dans la préfecture de la Manche atteint aujourd'hui l'indice maximum, 10, pour la pollution aux particules fines. Air-COM juge aussi l'air de Caen "très mauvais" en raison de la présence massive de ces poussières de moins de 10 microns, capables de pénétrer profondément dans les bronches et d'y provoquer une inflammation.

Tout le tiers nord de la France, de l'estuaire de la Loire jusqu'à la frontière belge, est concerné par cet épisode de pollution. Dans le Nord - Pas-de-Calais, voilà une semaine que cela dure : le seuil de 50µg/m³ est franchi depuis le 21 mars à 16h. Les normes européennes préconisent de ne pas dépasser plus de 35 jours par an ce niveau de concentration, calculé sur les dernières 24 heures.

Le franchissement de ce seuil entraîne des mesures automatiques, comme la réduction des limitations de vitesse, rarement respectée. En Normandie, les enfants des écoles sont priés de ne pas courir pendant la récréation (en bas de cette page, écoutez un reportage dans une maternelle près de Caen).


Les enfants, dont le système respiratoire n'est pas complètement formé, sont particulièrement sensibles aux conséquences de ces poussières. Elles risquent notamment de provoquer de l'asthme dans les jours et les semaines qui suivent l'exposition. Depuis lundi, interdiction de courir à l'école de Verson, près de Caen. Reportage d'Aurélien Accart

Ces particules sont produites par la circulation automobile, en particulier les moteurs diesels, et l'industrie. C'est pourquoi les villes sont le plus souvent touchées. Marseille et Toulon sont aujourd'hui au niveau 8. Lyon est à peine mieux loti, avec un indice de 7 selon Air Rhône-Alpes.

Mais l'épandage agricole participe aussi au phénomène, dans une moindre mesure. A la campagne aussi, le fond de l'air est mauvais : dans toute la moitié nord de la France, les concentrations de particules correspondent au niveau 6, qualifié de "médiocre" dans l'échelle de qualité de l'air.

Le début de printemps chaud expliquerai  en grande partie cet épisode de pollution.car les masses d'air bougent très peu à l'échelle de l'Europe, donc les poussières en suspension s'accumulent.  Cela promet s’il fait chaud cet été. Il est vraiment temps de revoir notre politique envers les pollueurs si on ne veut pas finir sur la plage en maillot de bain mais avec un masque à gaz.



Réaction de la mairie de Lomme face à l'invasion " fachos" de la maison folie


Suite à l’invasion de la maison folie de Lomme, vendredi dernier par des membres de nos fachos locaux de la Vlaams Huis , qui  étaient  venus afin de perturber  une œuvre culturelle intitulé « Naz » qui les dérangé car elles a pour but  de montrer la montée des mouvements identitaires extrémistes (voir ici).

Le maire de Lomme, Yves Durand, a décidé d’en aviser le procureur de la république en déclarant qu’ il s'agit là d'« une violence morale. Entrer sans payer, troubler le metteur en scène, c'est inadmissible et intolérable ! D'ailleurs, dès demain matin (lundi) j'en avise le procureur de la République. Et si cela devait recommencer, je porterais plainte ». 


Compte rendu de l'assemblée citoyenne sur le thème de l’éducation du 21 mars à Arras


Vous trouverez  ci-dessous le compte rendu de T qui a assisté à l’assemblée citoyenne sur le thème de l'éducation organisé par le Front de Gauche le 21 mars à Arras au non des groupe de Béthune et Arras de la fédération anarchiste

« J'ai assister à une assemblée citoyen de la secte mélenchonite (comme toute maladie qui se respecte) sur l'éducation à Arras, mercredi dernier (le 21 mars au soir)

Si nous passons la moyenne d'âge de 60ans, les affiches du tyran, et les messages de propagandes sur tous les murs, jusqu'à l'entrée, qui font mentir l'idée « d'assemblée citoyenne » (peut-être aurais-je du entendre à assemblée citoyenne de la VI è rep donc exclusivement pour le Front de Gauche...). A cela on peut rajouter, une table de presse, une présentation des raisons pour lesquels les orateurs ont adhéré à ce partie (avec une oratrice anciennement LCR), autrement des choses qui n'ont rien à voir avec ce qu'on vient chercher dans ces « assemblées » ou plus exactement de ces conférences au vu de la répartition du temps de parole entre celles et ceux qui viennent expliquer et les autres qui subissent un discours...

2h, prônant un système dès plus étatiste, 2h, considérant l'enfant comme une matière à malaxer (que les autres feraient mal), 2h, où l'enfant n'est jamais intégrer ou d'une manière si futile qu'il faudrait mieux que ceux-ci n'y ailles pas..., 2h, où la phrase "former des citoyen-ne-s" (même si aucun-e dès intervenant n'use du vocabulaire égalitaire) est constamment répéter pour faire comprendre qu'on fait rentrer une sorte de chose dans une machine pour en faire ressortir quelque chose mieux formater pour le système.





L'absolutisme des gens qui ont le "savoir" et l'autoritarisme d'un système "commun" sont pour moi pire qu'un système qui va exclure, car, au moins, quand le système nous rejète nous pouvons enfin récupérer notre vie en main et se former soit même.

En aucun cas, à part un bref instant, on parle d'inclure les élèves dans le système de décision, mais à quel mesure !! Une miette de représentation, dans un conseil, qui ne doit pas se réunir plus de 5 fois dans l'année pour ne pas dire 3 ou moins ! Un système qui n'intègres pas les élèves, dans tous les organes, dans toutes les décisions, dans tous les choix, est un système qui va fonctionner sur la domination, la soumission à « hussard noir » (Charles Péguy, parlant des instituteur-trice-s ayant pour but de faire des élèves ce que la III è république avait besoin, triste ressemblance...), et qui va limiter l'expression et l'envie de tou-te-s celles et ceux qui vont fréquenter ces établissements..

Cette un couteau dans le coeur de la jeunesse que vous donnez militant-e-s du front de gauche, c'est un rabaissement de l'individu au profit d'une masse informe que vous souhaitez créer, vos vieux idéaux ne doivent pas gâcher la source de volonté nouvelles !

POUR UNE EDUCATION LIBERTAIRE, VISANT L'AUTOGESTION, LA CO-GESTION, L'EMANCIPATION, L'AUTONOMIE ET LE RESPECT DE LA VIE DE CHACUN-E NE VOTEZ PAS, NE, VOTEZ, PAS !!!


FA ARRAS / BETHUNE (PAS DE CALAIS) »



Billet d'humeur du mercredi 28 mars 2012 (Mesdames et messieurs les fachos, vous nous faites chier avec votre halal)


En ce mercredi 28 mars 2012, quoi de neuf en ce monde ???  Nous savons que ce billet surprendra certainement nos ami(e)s  végan(e)s, Végétarien(ne)s, végétalien(ne)s et protecteur (rice)s des animaux. Mais nous savons, par avance, que leurs intelligences et leurs ouvertures d’esprits permettront de comprendre  ce billet concernant notre raz le bol de l’instrumentalisation du halal.

Certes le halal est un abatage rituel religieux, qu’en aucun cas nous ne pouvons cautionner  du a notre aversion des religions, comme nous l’avons maintes fois expliqué. Mais la mise au pilori que l’on fait subir à des gens à cause de leurs manières de se nourrir,  nous révulsent tout autant.

Nous savons aussi que ce mode d’abattage sans étourdissement et l’égorgement qui en suit fait subir aux bêtes d’horribles souffrances. D ailleurs cette méthode est la même pour le casher des Israelites donc  tout aussi condamnable. Alors, pourquoi parle t on toujours que du Halal ?????

Mesdames et  messieurs  les combattant(te)s du « non au Halal » ayez au moins les couilles (ou les ovaires) d’être honnête et  que ce n’est pas le hallal que vous combattez mais l’«ARABE », « LES MUSULMAN(NE)S ». Vous êtes des FACHOS, un point c’est tout … Reconnaissait le enfin !!! Car en aucun cas, vous êtes crédibles dans la défense des animaux et de leurs souffrances. D’ailleurs nous avons une question à vous poser. Quand vous faites vos camps de survie nommé  « Ares » ou autres et que vous apprenez à chasser à vos jeunes loup (ve) s. Etourdissez vous les bêtes avant de les tuer ?????




Mais ou vous êtes encore plus grotesques, c’est quand vous comparez le Halal à un impôt religieux musulman. Alors, si nous extrapolons votre théorie quand vous mangez une cote de porc ou une tranche de jambon c’est un impôt pour les chrétiens,  dont vous vous réclamez les héritiers ???  Tiens histoire  de … Jésus, qui pour vous est le fils de dieu,  était juif et donc manger casher. Donc de la viande non étourdies et égorgées…. Cela doit être un peu gênant pour vous non ????? Ce qui prouve une fois de plus  que  vos résonnement sont plus à caractère raciste que philosophique ou théologique.

Allons finissons en,  mais la encore mesdames et messieurs les « fachos » vous risquer d’être un peu bas du plafond et ne pas comprendre. Car à vous regarder et voir les différentes soirées que vous organisez,  ce n’est pas la faim qui vous tiraille et que vous êtes plus soucieux  de votre taux de cholestérol que de votre rachitisme. Mais nous allons quand même essayer  de vous expliquer. Il y a en France 8,2 millions de pauvres pour qui se nourrir est un combat journalier, qui sont inscrit aux restos du cœur ou autre secours populaire enfin d’avoir un peu de nourriture et qui en on RIEN A FOUTRE de savoir si la viande  qu’ils servent à leurs enfants  soit hallal ou pas, ce qu’ils savent,  c’est que leurs  minots n’auront pas faim et cela nous le disons car nous nous somme avec eux tous les jours. Et non refaisant le monde comme vous mesdames et messieurs les « fachos » choppe à la main dans vos cercles prives. Certains d’entre vous  nous rétorquerons  qu’ils  ont (une fois dans l’année) distribués de la soupe au SDF mais vous oublier de dire que cela c’est fait camera au poing a des fins de propagandes…. Vous êtes vraiment des minables.

Enfin pour conclure sachez que nous serons toujours là pour combattre les intolérances  peut importe d’où elles viennent car nos idéaux sont humanistes à l’inverse  de vous mesdames et messieurs « les fachos ».

Voilà encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.



mardi 27 mars 2012

De bonne nouvelle de l’ étudiant de Lille1 au cra de Lesquin expulsable et empêché de passer ses examens.


Hier, nous vous parlions de Jean Parfait M. étudiant en licence informatique à Lille 1 a été contrôlé la semaine dernière à la gare Lille Flandre. Il s'est vu notifié une obligation de quitter le territoire et la mise en rétention à Lesquin (voir article à cet endroit).

Nous avons joie de vous annoncer que ce dernier est désormais libre. Bien entendu  le rassemblement et les appels à apostropher la préfecture sont donc suspendus.

Jean Parfait soit le bienvenu en souhaitant  que tu réussisses  tes examens avec des faire fermer le claque merde à tous ces fachos qui voulaientt t’expulser.



Nouvelle augmentation du chomage


Ce pourrait être dans un sketch de Coluche, mais c'est du Zebulon 1er dans le texte. Le président candidat a affirmé que les chiffres du chômage, communiqués ce lundi soir par l'INSEE, montreraient "une baisse tendancielle de l'augmentation du nombre de chômeurs" pour février, sur France Info.

Après "la lessive qui lave plus blanc que blanc" de Coluche, voici donc la "baisse de la hausse". Et encore, "tendancielle". Lors de son intervention, le candidat UMP a tenté de donner le change sur la question de l'emploi, alors que le chômage est en constante hausse depuis un an, touchant désormais 10% de la population active, soit 2,8 millions de personnes.

Zebulon 1er a de même affirmé sans honte, sur France Info, que cela "témoigne d'une reprise économique sensible depuis que nous avons essayé de résoudre la crise financière de la Grèce, cette crise financière qui créait une crise de confiance, qui créait elle-même une crise économique". Zebulon 1er bfait là mention aux prévisions de croissance publiées par l'INSEE jeudi dernier. Ces dernières, peu glorieuses, anticipent une croissance nulle au premier trimestre, de 0,2% au deuxième. Zebulon 1er  est le seul à voir dans le fait que la France échappe de peu à la récession une preuve de "reprise économique sensible".



Ares ou la nouvelle offensive de big brother


Une nouvelle offensive de Big brother avec  l’apparition prochaine du fichier Ares, créé par le ministère de l’Intérieur. Celui-ci prévoit «de recenser automatiquement les données personnelles des automobilistes contestant leurs contraventions», rapporte Le Parisien ce lundi.

Le fichier, autorisé par la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés), donnera au fonctionnaire chargé de valider les contestations des PV «tous les détails personnels des contestataires et l’historique, sur cinq ans, de leurs réclamations», explique le quotidien.

«Ce traitement automatisé va très loin, identifiant le nom, l’adresse, la date et le lieu de naissance de l’auteur des faits, mais aussi du propriétaire du véhicule, jusqu’à sa profession», a réagi auprès du Parisien Rémy Josseaume, président de l’Automobile club des avocats (ACA), qui prévoit d’ores et déjà d’engager «tous les recours nécessaires, y compris judiciaires, pour obtenir l’annulation de cet arrêté dont la légalité est éminemment contestable.»

Du côté des autorités, on se défend de vouloir «ficher» les automobilistes contestataires en mettant en avant un outil administratif destiné à «produire des statistiques» et «faciliter le travail de gestion des contraventions». «Il sera par exemple utile pour mieux respecter le suivi des demandes dans le respect des délais légaux», précise au quotidien la préfecture de police de Paris. Et ils pensent qu’on va la croire ???? Ares sera expérimenté dans un premier temps à Paris et trois départements d’Ile-de-France (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) avant son application dans tout le pays.



Billet d'humeur du mardi 27 mars 2012 (Quand les phrases racistes se réinvitent dans le cirque électoral)


En ce mardi 27 mars 2012, quoi de neuf en ce monde ??? Les deux candidats de droite font assaut de petits mots racistes pour tirer profit électoralement des tueries de Montauban et Toulouse et de la mort de leur auteur, Mohamed Merah.

Le dernier dérapage en date est l’œuvre de Zebulon 1er. Hier matin, sur France Info, il a tenté de souligner que « les amalgames (faits par Marine Le Pen entre Merah et les musulmans de France) n’ont aucun sens. » Mais la, soi-disant, bonne intention du candidat UMP s’est vite transformée en glissement qui nous a montré les véritables pensées de celui-ci. « Je rappelle que deux de nos soldats étaient… comment dire… musulmans, en tout cas d’apparence, puisque l’un était catholique, mais d’apparence. Comme l’on dit : la diversité visible ». C’est ce qu’on appelle chez nous, le délit de sale gueule, non ????

Déjà, dimanche, la candidate du Front national avait fait preuve d’une virulence extrême à l’égard des immigrés, lors de son meeting à Nantes où fusaient des « La France est chrétienne » ou « peine de mort » et « guillotine ». « Combien de Mohamed Merah dans les bateaux, les avions, qui chaque jour arrivent en France remplis d’immigrés? », « Combien de Mohamed Merah parmi les enfants de ces immigrés non assimilés ? », a-t-elle lancé notamment.





« Mohamed Merah n’est peut-être que la partie émergée de l’iceberg », a poursuivi Marine Le Pen, agitant le spectre de quartiers entiers soumis aux lois de la « drogue » et de « l’islam radical », « conséquence de l’immigration de masse ». Des quartiers où l’on aurait « acheté la paix sociale à coups de milliards d’euros de politique de la ville (…) pris dans la poche du contribuable honnête ». Comme quoi la tentative d’adoucir le ton du FHaine ne fut bien qu’un leurre, que nous avons dénoncé dès le début. En 1 mot comme en 100, chassons le naturel, il revient au galop.

Vraiment ce cirque électoral sent la m….. et en appelle au plus bas instincts de l’être humain que sont le rejet de l’autre, le racisme etc… à des fins de pouvoir. Ami-e-s comme nous le préconisons depuis toujours, soyons plus intelligent-e-s qu’eux en ne participant pas a ce cirque  et ensemble levons nous pour leur montrer que leur système est mort, reprenons la rue et  nous pourrons enfin créer une société libertaire et anarchiste qui sera synonyme de liberté, de solidarité, de proximité, de respect, de consensus, d’égalité, d’entraide et de culture.

Voilà encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir.



lundi 26 mars 2012

Un étudiant de Lille1 au cra de Lesquin expulsable et empêché de passer ses examens.


Jean Parfait M. étudiant en licence informatique à Lille 1 a été contrôlé la semaine dernière à la gare Lille Flandre. Il s'est vu notifié une obligation de quitter le territoire et la mise en rétention à Lesquin.

Le juge des libertés, le tribunal administratif, la cour d'appel ont validé la décision. Jean Parfait est expulsable à tout moment.  Son maintien en rétention va l'empêcher de se présenter à des examens dans la semaine qui vient alors qu'une assignation à résidence lui aurait permis d'y participer.

Dans l'extrême urgence, RESF Lille demande dans un premier temps la suspension de la rétention pour lui permettre de présenter ses examens. La préfecture lui reproche le manque de sérieux dans ses études et en même temps lui interdit de fait de les faire sérieusement. Tout tourne carré au pays des droits de l’homme.