mercredi 30 novembre 2011

Lundi 12 décembre : manifestation du collectif « Fraternité Migrants – Bassin minier 62 »


Le 22 novembre à Angres (62), des migrants vietnamiens ont été interpellés par la police dans le camp où ils s’étaient installés. Une infirmière, membre du collectif « Fraternité Migrants » du bassin minier du Pas-de-Calais qui passait régulièrement sur le camp pour apporter de l’eau et prodiguer des soins aux migrants, a également été interpelée dans le cadre de l’article L622-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers qui stipule que « toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30 000 euros ».

Lundi 12 décembre, le collectif « Fraternité Migrants – Bassin minier 62 » organise une manifestation pour dénoncer les conditions des migrants dans la région.
(rendez-vous à 18h30 face aux locaux de la CALL, rue Marcel Sembat à Lens)




La police interpellée par Amnesty


Pour parler des violences policières en France, Amnesty International a choisi la voie des études de cas. Dans un rapport intitulé “Notre vie est en suspens : les familles des personnes mortes aux mains de la police attendent que justice soit faite”, l’association retrace le parcours de cinq personnes décédées après leur arrestation.

«On s'est rendu compte que plusieurs années après, la lumière n'avait toujours pas été faite sur ces affaires et que les familles ne pouvaient pas faire leur deuil,» rapporte Izza Leghtas, chercheuse à Amnesty. Selon l'ONG, «une famille n'a même pas pu récupérer le corps de son enfant.». Parmi les cas évoqués, celui d'Ali Ziri, ouvrier à la retraite de 69 ans, mort en juin2009 à Argenteuil (Val-d'Oise) après un simple contrôle d'alcoolémie. Un rapport d'autopsie relève des signes d'«asphyxie de type mécanique» sur ses poumons. «On a retrouvé 27 hématomes sur son corps, dont certains de 10cm», témoigne Mohamed Nemri, membre du collectif Ali Ziri. «A ce jour, les agents sont toujours en fonction et c'est l'ami qui l'accompagnait qui est appelé à comparaître pour outrage», s'insurge-t-il. 

Interrogé sur ces affaires, le porte-parole de la police nationale, Pascal Garibian, rappelle que cinq millions d'interventions ont eu lieu en 2010. «Il s'agit de cas exceptionnels. Chaque intervention s'inscrit dans une confrontation de plus en plus délicate, et la police réfléchit constamment à son usage de la force ».et mon c… c’est du poulet ??? Tous le monde connait le délit de faciès où les charges brutales sur des opposants politiques ou syndicalistes. Amnesty appelle néanmoins à des enquêtes impartiales, c’est  un minimum non ? mais comme disait Coluche " le problème c'est que quand tu a été victime d'une bavure , tu peux déposer plainte.... mais c'est au commissariat qu'il faut aller.....". En bon entendeur.....





Billet d'humeur du mercredi 30 novembre 2011 (Chômage, l'horizon est bouché sauf pour les marchés)



En ce mercredi 30 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Croissance en berne, chômage en hausse. On se demande bien ce qui dans ce lundi gris a pu rassurer les « investisseurs » pour qu'ils fassent rebondir le CAC 40 de plus de 5 % ! Dans ces temps très incertains, il a suffi semble-t-il de vagues rumeurs sur un assouplissement des positions allemandes sur la Banque centrale européenne et sur les euro-obligations pour doper le moral des marchés en Europe.

À Paris, pourtant, les mauvaises nouvelles se sont succédé, avec le matin les nouvelles prévisions de croissance de l'OCDE révisées à la baisse pour la France et l'ensemble de la zone euro, et en fin d'après-midi, les chiffres du chômage d'octobre, en hausse de 1,2 % par rapport au mois de septembre... Selon l'OCDE, la croissance l'année prochaine ne sera pas de 1 % comme l'a retenu le gouvernement pour bâtir son budget 2012, mais de seulement 0,3 %.




La France devrait même connaître deux trimestres de récession avant une légère reprise à partir du deuxième trimestre 2012... Pour l'OCDE, la France ne pourra donc pas faire l'économie d'un troisième plan de rigueur si elle veut tenir son objectif de retour du déficit public à 4,5 % du PIB en 2012. Le Sinistre de l'Économie François Baroin affirme qu'il n'est pas question d'un nouveau plan de rigueur, soulignant à juste titre la grande incertitude pesant sur les prévisions de croissance de la zone euro. Après tout, le pire n'est jamais sûr et il n'est pas interdit de penser que d'ici à 2012, les dirigeants européens vont enfin trouver la porte de sortie de crise.

En revanche, il est un objectif que la France n'atteindra certainement pas cette année : celui d'un chômage contenu à 9 % de la population active.




Xavier Bertrand l'a reconnu, d'autant que les mois de novembre et décembre ne devraient pas être meilleurs. Face à cet horizon bouché, l'objectif du gouvernement d'ici à la prochaine élection présidentielle ne sera pas de passer sous la barre des 9 %, mais plutôt de ne pas trop s'approcher du seuil des 10 %... Tant que l'activité reste atone, Xavier Bertrand ne pourra jouer que sur deux leviers : d'une part les contrats aidés, d'autre part, comme en 2008, les dispositifs de chômage partiel pour éviter les plans de licenciements dans les entreprises en panne de commandes. « Tant que la situation économique ne s'améliorera pas, je ne vois pas comment les chiffres de l'emploi pourront réellement s'améliorer », disait Xavier Bertrand dimanche soir. Une façon de reconnaître que le véritable « frein à l'emploi » aujourd'hui est moins le trop-plein de charges sociales que le trop faible plan de charge des entreprises...

Ce qui prouve une fois de plus que les marchés financiers vivent et croissent  sur la misère des peuples  et vivent que pour engranger tant et plus de dividendes. Nous simples gueux que sommes-nous dans le cyclone de la finance ? Rien. Alors devenons quelque chose en nous levant et en reprenant les rennes des finances vers une redistribution du capital et une autogestion des moyens de production et là nous verrons, de nouveau, les sourires revenir sur les visages des peuples et les grimaces aux capitalistes mais honnêtement pour eux on s’en fout….

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!


mardi 29 novembre 2011

Eh mec !!! t'as pas une ptite pièce jaune



Billet d'humeur du mardi 29 novembre 2011 (Une puce RFID dans vos bouches)


En ce mardi 29 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Le dentier  qui décline son identité. Ce système relève de la technologie RFID (terme venant de l'anglais «radio frequency identification»). François Clerc insère dans la prothèse un petit tube qui comprend une antenne en cuivre associée à une puce en silicium servant de mémoire. Dans cette puce, on inscrit les informations nécessaires à l'identification de la prothèse, comme le nom, prénom et date de naissance de son propriétaire. Ensuite, grâce à un lecteur, on peut, à quelques centimètres de distance, lire ces données essentielles. «Plus l'antenne est petite, plus la distance de lecture est réduite, précise François Clerc. Dans ce cas précis, il faut vraiment que le lecteur frôle la prothèse dentaire pour qu'on puisse lire les informations. Pas de danger que la puce soit lue par n'importe qui, n'importe où.»

Les recherches du François Clerc ont résonné jusqu'en Belgique. A L'Université catholique de Louvain (la version flamande, pas wallonne), Patrick Thevissen, médecin dentiste, s'est inspiré du travail sur les prothèses pour franchir un pas supplémentaire. Partant du principe que les dents sont l'organe du corps humain le plus résistant, il a cherché à implanter une puce RFID dans une dent. Cette puce peut contenir, comme pour les dentier, une sorte de fiche d'identité de la personne.




Le plus difficile a été de réduire la taille de l'étiquette RFID. Utilisée par les vétérinaires pour les placer sous la peau des chiens ou des chats, elle est trop grande pour entrer dans une molaire. Patrick Thevissen a donc dû patiemment enlever des couches de protection pas nécessaires pour l'usage dentaire. La suite n'est plus très compliquée: l'implantation de la puce dans la dent s'apparente à une simple opération de plombage.

Lors d'incendies, de catastrophes naturelles ou d'accidents d'avion, les corps retrouvés sont souvent méconnaissables. Lors du Tsunami qui a ravagé l'Asie fin 2004, la majeure partie des victimes identifiées l'ont été grâce aux dents. La procédure est minutieuse : la police recherche les dossiers médicaux des personnes présumées mortes. Puis, s’il existe des radiographies de leurs dents réalisées avant leur décès, on les compare sur le terrain aux radiographies post mortem. «Avec une puce dans les dents, explique le Professeur Willems, professeur à l'Université catholique de Louvain, le travail des médecins légistes lors de catastrophes serait nettement facilité. Cela leurs éviterait une tâche longue et difficile, et cela coûterait moins cher.»




A Lausanne, à L'Institut médico-légal, le Dr Michel Perrier reste sceptique. A la lumière de son expérience sur le terrain, il doute que cette application puisse un jour se généraliser: «Il me semble qu'il est beaucoup plus facile de falsifier une puce qu'une denture avec toutes les caractéristiques qu'elle possède. Sans compter la réticence des gens à se faire implanter une puce dans la bouche.»

Aujourd'hui, les puces RFID sont bientôt partout. Elles s'utilisent pour tracer les matières premières ou les produits finis, pour le suivi des bagages ou de stocks, ou en encore pour le marquage d'animaux domestiques. Certains vont même jusqu'à s'en implanter sous la peau, comme ces clients d'une discothèque de Barcelone. Aux Etats-Unis, on équipe également les patients atteints d'Alzeimer. Bref, la technologie RFID a de beaux jours devant soi. Reste à voir si Monsieur Tout le monde accepte de porter en bouche sa carte d'identité et accepter d’être le bienvenu au monde de big brother car a partir de la rien n’empêchera l’état  ou autres cinglés de suivre à la trace tel ou tel personne qu’il a  mit dans sa ligne de mire politique ou autres.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!



lundi 28 novembre 2011

Une enquête pour Trafic d'influence et détournement est ouverte à Auchel (62)


Une enquête a été ouverte par le parquet de Béthune (62) pour trafic d'influence et détournement de biens publics à Auchel (62).

Selon des sources proches de l'enquête, le parquet aurait réagi suite à l'un des nombreux courriers adressés à la Cour des comptes depuis des années par des élus d'opposition, notamment du groupe Agir pour Auchel de Jean-Luc Lambert et Didier Rolin.

La Cour des comptes aurait entre autres retenu un courrier reçu l'été dernier apportant « quelques informations concernant les agissements du maire et de ses proches collaborateurs », selon les termes de ce courrier.

Concernant le détournement de biens publics, plusieurs sources confirment qu'il s'agirait de l'emploi d'agents municipaux à des fins privées, notamment pour l'entretien et l'aménagement d'un étang de pêche à Condé-Folie, dans la Somme. Cet étang est géré par l'Association cynégétique et pratique de la pêche à le Long Pré, dont le siège social est situé chez Richard Jarrett à Allouagne.

Quant au trafic d'influence, il se rapporterait à l'embauche de personnes ayant des liens de parenté avec des élus de la majorité ou des membres des services. Les groupes Agir pour Auchel et LEA (L'Avenir ensemble autrement) ont notamment dressé une liste détaillée comptant plus de cinquante employés municipaux qui seraient des enfants, conjoints ou parents de membres de l'équipe municipale. Cette liste a été adressée à la Cour des comptes qui cherche donc à en savoir plus.




Source : L'Avenir de l'Artois

Billet d'humeur du lundi 28 novembre 2011 (Que les gros salaires lèvent l’index et les smicards le majeur)


En ce lundi 28 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Le smic va être automatiquement augmenté de 2,1 % au 1er décembre, a annoncé la direction générale du Travail, afin de suivre l'inflation qui est elle aussi de 2,1 % sur un an. En janvier dernier, il avait été revalorisé de 1,6 % pour le même motif, vu qu'il n'y a eu aucun « coup de pouce » depuis quatre ans.

Derrière ces pourcentages se cache la réalité des chiffres : les smicards toucheront 19 centimes d'euro en plus par heure de travail, 33 centimes en tout sur l'année. Et il s'agit du salaire brut ! Si on ramène au salaire net, il faut diminuer cette somme d'environ un quart... et prendre une calculette pour savoir quelles folies un smicard pourra s'offrir avec cette poussière d'euro.

Un travailleur sur dix est payé au niveau du smic, ce qui est insuffisant pour vivre, même si l'emploi est à temps plein. Et quand on vient nous dire que les smicards voient leurs revenus suivre le rythme de l'inflation, c'est les prendre pour des imbéciles, et avec eux l'ensemble des travailleurs qui ne vivent que de leur salaire. Si le prix de quelques produits électroniques a baissé ces dernières années, on n'achète pas un téléviseur neuf tous les mois. En revanche, quand on va faire ses courses au supermarché, on constate chaque mois que le chariot est de moins en moins plein pour la même somme déboursée.Le maigre pouvoir d'achat des smicards diminue avec le temps. C'est voulu et organisé par les patrons et par ceux qui nous gouvernent.




Mais cela contraste avec les salaires de certains comme Zebulon 1er qui à  fait augmenter son salaire de 100 000 euros annuels à 240 000 euros annuels  soit une augmentation de 140% ou les salaires des joueurs de football révéler cette semaine par France Football. Lionel Messi est le footballeur le mieux payé cette année 2011 avec 31 millions d’euros (10 millions de salaire à Barcelone et le reste en contrat publicitaire, notamment adidas). L’argentin est suivi de Cristiano Ronaldo avec 27,5 millions d’euros (salaire de 13 millions au Real Madrid) et de Wayne Rooney avec 20,7 millions. Dans les 20 mieux payés, 7 joueurs jouent en Angleterre qui est le championnat qui paye le mieux ses stars. En Ligue 1 (donc en France), le footballeur le mieux payé est Gabi Heinze suivi de Yoann Gourcuff (4,4 millions d’euros) et Lucho Gonzalez (4,3 millions d’euros).

Amis il est temps de leurs montrer que nous ne sommes pas des pantins en leurs mains, il est temps de relever la tête et les regarder droit dans les yeux pour leur dire « NON » en créant un monde radicalement différent , c'est-à-dire un monde libertaire où la liberté, la solidarité, la proximité, le respect, le consensus, l’égalité, l’entraide et la culture sont de mises.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!



dimanche 27 novembre 2011

Un antifasciste assassiné à Dnepropetrovsk


Le 18 novembre, Mikhail Norokha, antifasciste âgé de 17 ans, a été assassiné à Dnepropetrovsk en Ukraine. Son corps a été retrouvé à 8 mètres d’un immeuble abandonné de 16 étages. Sa mort est dûe à de nombreuses fractures et à une hémorragie interne qui ont résulté de sa chute. Bien qu’il soit tombé sur le dos, son nez était cassé et de plus, il portait aussi des marques au visage. On a aussi retrouvé des traces de gaz lacrymo dans ses vêtements et son manteau était déchiré, ce qui est une preuve supplémentaire que ce n’était pas un suicide. De plus, Mikhail avait encore sur lui son téléphone mobile, ses papiers et de l’argent – les assassins ne les lui ont pas pris.

Mikhail avait plusieurs fois été agressé par des nazis dans le passé. Il a été poignardé deux fois ces dernières années. Cependant, il n’a jamais eu peur de personne et a toujours défendu ses opinions, lorsque quelqu’un avait des désaccords. Bien qu’il ait souvent eu des ennuis au voisinage du stade de football local, il a continué à supporter son club favori.

Mikhail a travaillé comme assistant d’un prêtre. Actuellement la police enquête sur l’affaire. Il n’y a aucune preuve au sujet des assassins, mais les antifascistes de Dnepropetrovsk sont certains que cette tragédie a été causée par les nazis et font  tout leur possible, afin de découvrir la vérité, et punir les assassins.




Source : Groupe Pavillon Noir, FA 86


Billet d'humeur du dimanche 27 novembre 2011 (SeaFrance le blocus du capital pour l’autogestion)


En ce dimanche 27 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ???  Au ministère des Transports à Paris, les porteurs et partisans du projet de reprise de SeaFrance par les salariés ont rencontré des responsables de la SNCF, unique actionnaire de la compagnie maritime calaisienne.

« La SNCF refuse de faire quoi que ce soit, on peut dire que cette réunion est un échec », résumait hier soir Didier Capelle, secrétaire du syndicat Maritime Nord, porteur avec ses camarades de la CFDT du projet de SCOP. Il accuse la maison mère de SeaFrance de tout faire pour ne pas mettre la main au porte-monnaie, se servant d'un « faux prétexte »  comme celui d'un refus de Bruxelles en cas de participation de la SNCF, c'est-à-dire l'État, au capital de la coopérative (pour non-respect des règles de concurrence). « La SNCF veut bien mettre 53 millions pour un plan de licenciements, mais rien pour la SCOP. Tout est dit », continue Didier Capelle.

Cette réaction de la part de la SNCF n’est pas surprenante  vu que Le Sinistre des Transports Thierry Mariani  a dit vendredi  qu'il n'était "pas persuadé" de l'aboutissement du projet de reprise par une société coopérative, la Scop, pour permettre la survie de la compagnie maritime en difficultés SeaFrance. 





Pour l'instant, aucun partenaire privé ne s'est manifesté pour participer au capital de la SCOP, ce que regrette le syndicaliste, qui se félicite quand même d'avoir trouvé en la personne de Jean-Michel Giguet, ancien directeur général de la Brittany Ferries, un futur membre du directoire de la coopérative. Prochaine échéance pour SeaFrance lundi, avec la signature d'un accord de médiation qui pourrait voir la reprise du trafic des quatre ferrys pour l'heure restés à quai.

Le capitalisme a-t-il peur de l’autogestion ???? A croire que oui car dès que des travailleurs se retrouvent au pied du mur face à un patronat prés à fermer pour des raisons non avouable une activité pourtant en état de fonctionnement et que ces mêmes travailleurs cherchent à reprendre en mains leurs moyens de production via dans le cas d’espèces une SCOP, alors les pouvoirs financiers publics ou privés voir même l’état bloques l’initiative louable des travailleurs qui ne souhaitent que reprendre leurs activités. Mais ce coup ci en leur nom et non plus au nom d’un patron exploiteur.

Nous en sommes persuader l’autogestion des moyens de productions  est le seul moyen de sortir de ce système pour aller vers un monde plus juste. De même, nous savons que dés que l’autogestion est en route cela fonctionne. Par conséquent, nous savons aussi que cela fait peur au capital qui voit ces dogmes de profiteurs partir en fumé. Par conséquent, soyons solidaires des ouvriers de SeaFrance pour qu’ils puissent ouvrir la porte d’un début d’autogestion dans leur activités.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!



samedi 26 novembre 2011

Le Monde Libertaire n° 1652 du 24 au 30 Novembre 2011


Sommaire du Monde Libertaire n° 1652 du 24 au 30 Novembre 2011.

« Il n'y a pas longtemps, c'était les mauvaises actions qui demandaient à être justifiées, aujourd'hui ce sont les bonnes. »- Albert Camus

Actualité

Pâle emploi, J.-P. Germain, page 3
Hélio Corbeil, acte II, Jean-Louis, page 4
Météo syndicale, T. Impétueux, page 4
Chronique néphrétique, page 5
Des brèves, un strip, page 6
Du nouveau dans les prisons, Stéphane, page 7
Douze ans de Pacs, P. Schindler, page 8
De l’austérité… et du reste, E. Vilain, page 9

Entretien

Rencontre avec l’indignation américaine, page 12

International

L’austère santé des Grecs, Moriel, page 14
Football et anarchisme, Wally, page 15

Histoire

Il y a 75 ans... Durruti passait l’arme à gauche, F. Aisa, page 16

Culture

Brassens, hors du temps, L. Gharibian, page 17
Films iraniens, H. Hurst, page 18
Des news de Munch, P. Salcedo, page 19
Un nouveau polar exquis, Paco, page 20

Mouvement

Louise Michel à l’honneur, page 21
Radio libertaire, page 22
Agenda, page 23

Editorial du Monde Libertaire n° 1652 du 24 au 30 Novembre 2011

« Les prochains mois nous montreront à nouveau que les gouvernements, quels qu’ils soient, ne portent en eux aucune possibilité de sortie de crise. Après la fuite lâche et hypocrite de l’ignoble Berlusconi, l’Italie s’est doté d’un nouveau chef, un certain Mario Monti, économiste de profession. Après avoir enivré le populo avec des promesses de politicards, voilà qu’on essaie de l’endormir avec celles d’experts, de spécialistes, de docteur ès trucmuche. Une sorte de technocratie, tout aussi infantilisante, si ce n’est plus.

Le pire, c’est que spécialiste ou pas, grand économiste ou pauvre plouc autoritaire, ils n’y pourront rien. Pieds et poings liés aux marchés qu’ils protègent et qui les portent au pouvoir, ils n’ont aucun intérêt à ce que la donne économique et sociale évolue vers davantage de justice et de dignité. Le « grand » Monti n’a d’ailleurs pas «délivré » son pays du plan d’austérité qui va le faire sombrer de plus en plus dans la misère sociale.

Nous parions également sur un scénario similaire en Espagne. À l’heure où l’on écrit ces quelques lignes, les élections législatives sont pour bientôt. La droite sera sûrement triomphante et, là encore, peu de chances que les choses bougent et que la porte de sortie se dessine à l’horizon. On pourrait même parier pour que ce soit pire, les élus de droite n’ayant jamais été connus pour leurs bienfaits à l’égard des travailleurs.

Idem pour la France et ses proches échéances électorales qui, contrairement à l’Espagne, verront sans doute la gauche monter sur le trône. En revanche, comme chez notre voisin ibérique, on parie qu’on s’en prendra encore plein le buffet ! Alors, on vote, ou on ne vote pas ? On s’en fout, on se met en grève »

Pour savoir où trouver votre journal cliquez ici.



Un tribunal polonais a autorisé le parti de la renaissance polonaise à afficher son homophobie par un symbole plutôt explicite


Un parti d'extrême droite polonais vient de se voir accorder le droit d'utiliser un symbole homophobe comme logo. La justice a donné son accord fin octobre pour enregistrer cet emblème, mais la nouvelle n'a fait du bruit que ces jours-ci.

Le nouveau logo du Parti de la renaissance polonaise (en polonais: Narodowe Odrodzenie Polski, ou NOP) condamne l'homosexualité sans faire dans la dentelle: en forme de panneau de signalisation routière, un trait barre le dessin évoquant un acte sexuel entre hommes.

Cette semaine, les associations LGBT polonaises sont montées au créneau et ont condamné la décision du tribunal. Robert Biedron, l'un des seuls députés ouvertement homosexuel du pays, a appelé le Ministre de la justice à intervenir. Le parlementaire d'opposition et fondateur de l'ONG «Campagne contre l'homophobie» a estimé hier que «ces symboles se réfèrent directement à la tradition d'intolérance fasciste, néonazie et xénophobe». Il faut dire que la justice polonaise a aussi permis au NOP d'utiliser une croix celtique, affectionnée par de nombreux groupes néo-nazis, comme autre logo.

Grzegorz Schetyna, membre du parti au pouvoir, Plateforme civique, a estimé que «ces symboles sont inacceptables». Il a accusé le juge qui a pris cette décision d'avoir manqué à ses devoirs.

Sur son site internet, le NOP s'est dit satisfait. Il salue la victoire qui couronne une «bataille de deux ans» pour imposer son signe et le slogan associé «Zaka Pedalowani» (qu'on pourrait traduire par «tarlouzerie interdite»). Le NOP est un parti ouvertement homophobe qui placarde depuis longtemps des affiches avec ce logo dans les rues. Il s'insère aussi régulièrement, de manière plus ou moins violente, dans les manifestations de promotion des droits LGBT.

A cause de ces actions, et de l'identité profondément conservatrice de la Pologne, la communauté LGBT dit «vivre dans un climat de peur». Deux Polonais sur trois sont contre les manifestations pour les droits LGBT, 80% sont opposés au mariage gay, et 90% à l'adoption par des couples de même sexe.




Source : Tetu

Billet d'humeur du samedi 26 novembre 2011 (Les hypermarchés Auchan condamnés et le système Mulliez)


En ce samedi 26 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Le tribunal de grande instance de Lille a estimé qu'Auchan n'avait pas respecté la loi sur le Smic et les temps de pause, condamnant le groupe à régulariser la situation pour l'ensemble des salariés concernés. "Le TGI de Lille a reconnu que la loi sur le temps de pause et sur le Smic n'avait pas été respectée par Auchan entre 2000 et 2007, c'est une grande victoire pour nous", a déclaré Me Stéphane Ducrocq, avocat des salariés et de la CFDT. Joint par l'AFP, le groupe de distribution a d'ores et déjà indiqué qu'il avait décidé de faire appel de cette décision.

Les salariés, soutenus par la CFDT et la CGT, reprochaient à Auchan d'avoir violé les conventions collectives en retranchant de leur rémunération deux heures de temps de pause entre 2000 et 2007. Alors que les conventions garantissaient jusqu'en 1999 une rémunération au Smic pour 37 heures travaillées plus deux heures de pause, Auchan a "digéré" ces deux heures dans le temps de travail effectif en profitant de la complexité des dispositions liées au passage aux 35 heures, selon la CFDT.

Cela se traduit par un manque à gagner de 3.000 à 4.000 euros pour chaque salarié concerné, soit un préjudice global de près de 240 millions d'euros, estime la CFDT, même si Auchan a rectifié le tir (en même temps il n’avait pas le choix) depuis janvier 2008 en payant ses employés 36 heures 45. En novembre 2010, le tribunal des prud'hommes de Lannoy (Nord) avait débouté 885 salariés d'Auchan qui avaient assigné la direction du groupe de grande distribution pour non-respect du paiement du Smic. Leur appel doit être examiné en avril 2012, a indiqué Me Ducrocq.




Nous avons encore la preuve par cette  décision de justice du coté antisociale des Mulliez qui pense qu’a s’enrichir sur le dos des ces employé(e)s. Pourtant Mulliez et consort ne sont pas démunis étant la neuvième fortune mondiale avec 25 milliards d’euros en poche et possédant entre autres Phildar, Auchan, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Norauto, Midas, Leroy Merlin, Tapis Saint-Maclou, Picwic, Brice, Pimkie ou encore Camaieu devenu Jules, vous parleront sûrement plus. Ajoutons à cette liste : Maco pharma, Kiloutou, Top office, Electro dépôt, Atac, Bricoman, Bricocenter, Déco services, Cosily, 1000 tissus papiers peints, Cultura, Pic pain... N’oublions pas le groupe Agapes (numéro deux de la restauration spécialisée en France, regroupant Flunch, Pizza Paï, Amarine, Les Trois Brasseurs, et So good), la banque Accor, les maisons de retraites « Les Orchidées », la presse catholique qui survit grâce à eux (La Croix du Nord, du Midi, et du Jura, La Voix du Cantal, La Vie Quercynoise, Le Rouergat, etc.). Et ajoutons leurs 43% de participation dans le capital des 3 Suisses, et les quelques Quick et Mac Do franchisés, et la liste et encore bien longue…

Mais bien sur ces braves capitalistes ont préféré passer la frontière pour ne pas laisser une miette au fisc. Comme des dizaines de sociétés établies en Suisse, au Luxembourg, aux Pays Bas, et surtout en Belgique. Car d’après l’économiste, « le meilleur paradis fiscal, c’est la Belgique. Pas d’impôt sur les plus values, ni en termes de propriété ou de succession : c’est génial ! » Récemment, le mouvement s’accélère : «  Ils sont en train de transférer vers la Belgique tous les fonds, malgré le bouclier fiscal ! Sur les cinq derniers mois 2008-2009, ils ont transféré 2,5 milliards de titres des SCA. » À ce jour, plus de trois milliards d’euros sont officiellement placés au Bénélux. Et pourtant l’état français avait tous fait pour les favoriser avec un régime d’imposition avantageux lors des fusions entre sociétés, diminution de l’impôt sur les plus-values, et pour chacun des Mulliez, forte réduction de l’impôt sur la fortune (ISF) : étant gestionnaires de leurs sociétés, leurs capitaux sont considérés comme un outil de travail et ne sont pas soumis à l’ISF ! Que pensez de tous cela ???? Tout comme vous nous pensons qui est temps que tout cela cesse et que par un changement radical de société arrive une société  libertaire et d’autogestion.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!




Source de certaines infos : La Brique.

vendredi 25 novembre 2011

This is England

Pour ceux qui n'ont pas pus le voir hier soir. voici le film "This is England" en complet et en visionnage légal qui raconte l'histoire de Shaun, 12 ans, un garçon solitaire, victime des railleries de ses camarades. Qui au début de l'été 1983, rencontre une bande de skinheads qui l'adopte immédiatement. Mais lorsque Combo refait surface après trois années passées en prison, la tension s'installe au sein du groupe. Converti aux idées du National Front, Combo veut partir en guerre contre les étrangers, malgré les protestations de Woody. Shaun, tout comme les autres, devra alors choisir son camp. Vraiment la crise sociale peut conduire à tous meme aux pires donc il faut combattre ce système et aller vers un système libertaire dés maintenant.


Contrôle de Police aux faciès, des rappeurs se mobilisent sur le Net


"Ils m'ont fouillé. Le dos, les jambes, les hanches, l'entrejambe... (...) Ils m'ont parlé comme une caillera... (...) C'est pour ça que maintenant quand on voit la police, on court...." Depuis lundi, sur le Net, plusieurs rappeurs de la scène française racontent les contrôles d'identité dont ils ont été la cible. Avec leurs mots, leur humour parfois aussi... Chaque témoignage fait l'objet d'une vidéo de 5 minutes. Deux 'clip' par semaine seront mis en ligne, le lundi et le jeudi, sur le site www.stoplecontroleaufacies. Une dizaine sont prévus. A l'origine de cette web-série appelée "Mon premier contrôle d'identité", le Collectif contre le contrôle au faciès.

Ce collectif francilien a été créé en 2010 suite à la publication d'une étude du CNRS. Intitulée "Police et Minorités Visibles : les contrôles d'identités à Paris", elle révélait qu'un Noir a six fois plus de chances d'être contrôlé par la police qu'un Blanc. Un Arabe (ou perçu comme tel), 8 fois plus. "Le contrôle au faciès, contrôle d'identité motivé par l'apparence d'une personne plutôt que par ses actes, est une pratique abusive, inefficace et discriminatoire. Il est donc illégal en droit français, comme en droit international", rappelle le Collectif sur son site.

Avec les histoires vécues par des rappeurs, tels La Fouine, Oxmo Puccino ou encore Soprano, le Collectif cherche à toucher le plus de monde possible sur cette question de société. Il lance une action nationale "contre les contrôles abusifs" en prônant notamment la mise en place du contrôle du reçu du contrôle d'identité, mesure déjà en place en Espagne : "à chaque contrôle de police hors véhicule et sans motif, retenez la date, l'heure, le lieu, le contexte du contrôle, le motif annoncé, le déroulement et le comportement du policier", est-il expliqué sur le site. Et de conseiller d'envoyer ces informations par SMS au 07.60.19.33.81. "Le Collectif vous rappellera en 24 heures pour faire valoir vos droits", est-il promis.


Billet d'humeur du vendredi 25 novembre 2011 (Les projets antisociaux de l’UMP)


En ce vendredi 25 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? L'UMP a dévoilé mardi le volet économique et social de son programme pour 2012, destiné à alimenter le projet du futur candidat Zebulon 1er. Après un an de conventions thématiques, le parti majoritaire met la dernière main à son projet avant de le soumettre au vote des militants UMP et de le faire ratifier le 22 janvier par ses instances.

A cinq mois du scrutin, "nous donnons ici le coup d'envoi de notre campagne présidentielle", a lancé le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé. Pour ce "rendez-vous du courage(ne  rigolons pas maintenant  de ce courage inhumain attendons un peu) " auquel participaient quelques centaines de militants, l'UMP a proposé de "sortir des 35 heures" en confiant aux partenaires sociaux le soin de négocier, dès 2012, la durée du travail branche par branche. Sans toutefois remettre en cause la durée légale du travail, comme le réclamaient certains. "Nous ne voulons pas agir avec la brutalité des socialistes" lors de la mise en place des 35 heures, a argué Bruno Le Maire, en charge de l'élaboration du projet.

Face aux critiques émises jusqu'au sein de l'UMP, l'idée d'une TVA sociale, chère aux libéraux et à M. Copé, a elle été remisée, après arbitrage du chef de l'Etat. Si l'optique reste la même -ne pas faire peser le coût de la protection sociale sur le seul travail- place désormais à la "fiscalité anti-délocalisation". Ses contours sont encore flous mais elle pourrait se traduire par une hausse de la TVA à taux réduit et de la CSG contre une baisse des charges.




L'UMP envisage d'abord "un transfert sur cinq ans des 30 milliards de cotisations de la branche famille". M. Copé dit avoir "évolué" et préfère désormais ce "bouquet fiscal". Mais cela cache bien mal le retour de l'injuste TVA sociale de 3-4 points de TVA en plus. Le projet UMP est une déclaration de guerre sociale contre les travailleurs et le peuple.

"Nous voulons faire de la réindustrialisation de la France la clef de la croissance de demain. Il faut faire du +made in France+ le point à atteindre comme il y a un +made in Germany+", a fait valoir M. Copé.L'UMP veut donc développer, comme outre-Rhin, les entreprises de taille intermédiaire en faisant du prochain quinquennat "le quinquennat des PME conquérantes" (suppression des seuils sociaux...) et promouvoir quatre "filières d'excellence" (agroalimentaire, filière verte, médical et numérique).

Le "parti des droits et des devoirs" veut par ailleurs passer "d'une logique d'assistance à une logique de responsabilité" (tout revenu d'assistance avec aides ne peut excéder 75% du revenu du travail, dégressivité des allocations chômage) et engager "une lutte déterminée contre la fraude", avec notamment la création d'un "FBI" de la lutte contre les fraudes fiscales et sociales. "Nous demandons des efforts, pas des sacrifices", a insisté Nathalie Kosciusko-Morizet. "Nous acceptons le risque de l'impopularité (...) si c'est le prix à payer pour réformer la France, alors il faut le payer", a-t-elle lancé.




Quid du chiffrage de ce projet ? "Nous ferons une réunion de chiffrage de l'ensemble du projet vers le 15 décembre", a indiqué M. Copé, pourtant prompt à dénoncer le "coût exorbitant" du projet PS.

Tout un programme non ???? Au moins nous sommes au courant qu’en revotant Zebulon 1er, nous continuerons dans la chasse aux plus démunis et l’injustice sociale  continuera son action destructrice. Ce qui nous prouve encore et encore l’impasse de cette élection  et le bon choix que nous faisons en appelant à l’abstention militante. Mais surtout et toujours se battre pour l’avènement de la société de nos rêves qui verra l’avènement de la  liberté, de la solidarité, de la proximité, du respect, du  consensus, de l’égalité, de l’entraide et de la culture. En un mot comme en cent elle sera libertaire ou ne sera pas.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!



jeudi 24 novembre 2011

Un militant FHaine arrêté pour profanation de tombes musulmanes avec du porc


Un ex-militaire de 48 ans et militant du Front national est convoqué prochainement devant le juge pour avoir profané des tombes musulmanes à Castres (Tarn) en y disposant des couennes de porc, acte qu'il assume complètement.  C'est grâce à son empreinte ADN relevée sur les couennes que les policiers l'ont identifié, presque un an après les faits.

Il a été interpellé chez lui lundi, et présenté mardi au parquet après une nuit de garde à vue. Il a été relâché muni d'une convocation devant le tribunal correctionnel de Castres pour le 7 décembre.

Cet ancien du 8e Régiment de parachutistes d'infanterie de marine (RPIMA) de Castres a reconnu avoir déposé des morceaux de couenne sur trois tombes du carré musulman du cimetière de la ville le 7 janvier. Une personne qui se rendait sur la tombe d'un proche a porté plainte.




Il ne regrette pas son acte et, au contraire, le revendique. Il "persiste et signe", c'est un personnage "un peu fruste", qui affiche une attitude "butée et revendicative", selon un policier.

Les enquêteurs ont pu remonter jusqu'à lui grâce à son empreinte ADN car il apparaissait sur la base de données nationale pour des faits de vol avec effraction et dégradation de véhicule datant de 2006.

Cette affaire était passée plutôt inaperçue. Mais Castres avait été le théâtre d'une profanation retentissante de la mosquée Bilal en décembre 2009, quand des pieds de cochon avaient été suspendus à la poignée du portail et des oreilles de porc agrafées sur la porte. Des inscriptions xénophobes et des croix gammées avaient également été retrouvées sur les murs du lieu de culte.

Pour la profanation des tombes, le militant frontiste encourt un an de prison et 15.000 euros d'amende.



Billet d'humeur du jeudi 24 novembre 2011 (Stop castor)


En ce jeudi 24 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Le convoi de déchets nucléaires à destination de l'Allemagne a entamé mercredi son périple de plus de 1.500 km après avoir quitté vers 16H00 le terminal ferroviaire du groupe Areva à Valognes, malgré de violents affrontements entre les forces de l'ordre et les militants antinucléaires mobilisés pour bloquer le train.

Au milieu de la nuit, le convoi roulait vers Reims et devait rejoindre ensuite Rémilly près de Metz, où Areva et la SNCF ont prévu trois trajets différents à destination de l'Allemagne pour tenter d'éviter les actions des manifestants, a indiqué le Réseau Sortir du nucléaire dans un communiqué.

Au départ de Valognes, des heurts survenus le long de la voie ferrée, à quelques kilomètres du terminal, ont fait au moins trois blessés légers  et entraîné seize arrestations, selon la préfecture.

Des dégâts ont été commis sur les voies ferrées, avec un rail soulevé et des boîtiers électriques incendiés, selon les informations recueillies par l'AFP. "Mais la voie a été réparée en temps voulu", a précisé le préfet de la Manche Adolphe Colrat, au cours d'un point de presse.




Seize militants, dont six femmes, ont été interpellés au cours de la journée et placés en garde à vue, a déclaré le procureur de la République de Cherbourg, Eric Bouillard.

Un fourgon de CRS a brûlé, non loin des voies, près de Valognes, après avoir été "a priori" incendié par des manifestants munis de cocktails molotov, selon la préfecture.

Areva a dénoncé les démonstrations de violences "inacceptables" qui "ont perturbé le fonctionnement de toute une région" et le transport de matière capable de détruire la planète, c’est pas « inacceptable » ???? "C'est incompréhensible puisque ces déchets qui sont issus des combustibles usés doivent retourner dans leur pays d'origine", a déclaré à l'AFP Christophe Neugnot, porte-parole d'Areva. Incompréhensible !!! Comme votre tous au nucléaire qui nous conduit droit dans le mur.

En début de matinée, les forces de l'ordre ont fait abondamment usage de gaz lacrymogènes et parfois employé leurs matraques pour déloger les militants qui essayaient de dégrader la voie ferrée. Pour le préfet, il a été fait un "usage strictement proportionné de la force". Oui on connait c’est toujours la même chanson. Nous c’est une émeute, eux  un usage proportionné de la force.

Plus de 3.000 gendarmes sont mobilisés pour assurer la sécurité de convoi sur la partie française. Après avoir quitté la Manche, le convoi a passé sans encombre le Calvados, la Seine-Maritime et la Somme avant de continuer son parcours vers le nord-est de la France. De petits rassemblements avaient été organisés à Montérolier-Buchy (Seine-Maritime, une cinquantaine de manifestants) et à Amiens (une douzaine), selon le Réseau.




En Allemagne, plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont attendus contre ces convois appelés, outre-Rhin, "Castors" - du sigle qui désigne ces conteneurs en anglais: Cask for Storage and Transportation of Radioactive Material.

Rappelons que ce train de la honte passera dans notre région au niveau d’Arras avant de continuer son chemin vers l’Allemagne.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!





mercredi 23 novembre 2011

La Ravachole (1893) où la petite chanson bien sympathique.


Chanson anarchiste publiée pour la première fois dans l'Almanach du Père Peinard en 1894. Son nom fait référence à l’anarchiste François Ravachol qui avait réalisé des attentats à la bombe aux domiciles de magistrats responsables de la condamnation d'anarchistes (d’où les références à la dynamite et à l’explosion dans la chanson).

Musicalement La Ravachole se chante sur l’air de La Carmagnole et du Ah! Ça ira, deux chants de la Révolution française. Le refrain de La Ravachole reprend d’ailleurs quasiment le même refrain que ces 2 chants en y modifiant certains éléments afin de donner un aspect « anarchiste » aux paroles.

La Ravachole (Paroles: Sébastien Faure) :

Dans la grande ville de Paris
Dans la grande ville de Paris
Il y a des bourgeois bien nourris
Il y a des bourgeois bien nourris
Il y a des miséreux
Qui ont le ventre creux
Dansons la Ravachole
Vive le son, vive le son
Dansons la Ravachole
Vive le son de l'explosion!

REFRAIN:
Ah, ça ira, ça ira, ça ira
Tous les bourgeois goûteront de la bombe
Ah, ça ira, ça ira, ça ira
Tous les bourgeois on les sautera!

Il y a des magistrats vendus
Il y a des magistrats vendus
Il y a des financiers ventrus
Il y a les argousins
Mais pour tous ces coquins
Il y de la dynamite
Vive le son, vive le son
Il y a de la dynamite
Vive le son de l'explosion!

REFRAIN

Il y a les sénateurs gâteux
Il y a les sénateurs gâteux
Il y a les députés véreux
Il y a les députés véreux
Il y a les généraux,
Assassins et bourreaux
Bouchers en uniformes
Vive le son, vive le son
Bouchers en uniformes
Vive le son de l'explosion!

REFRAIN

Il y a des hôtels des richards
Il y a des hôtels des richards
Tandis que les pauvres clochards
Tandis que les pauvres clochards
À demi morts de froids
Et soufflant dans leurs doigts
Refilent la comète
Vive le son, vive le son
Refilent la comète
Vive le son de l'explosion!

REFRAIN

Ah nom de Dieu, faut en finir
Ah nom de Dieu, faut en finir
Assez longtemps geindre et souffrir
Assez longtemps geindre et souffrir
Pas de guerre à moitié,
Plus de lâche pitié!
Mort à la bourgeoisie
Vive le son, vive le son
Mort à la bourgeoisie
Vive le son de l'explosion!


Billet d'humeur du mercredi 23 novembre 2011 (Mouvement catholique ou comment être victime d'attouchements et obligée de se taire)


En ce mercredi 23 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Au tribunal correctionnel de Rodez (Aveyron), le 30 novembre, la Bretonne Solweig Ély, 31 ans, ne baissera pas les yeux face à celui qui, pendant des mois, a souillé son enfance.

Pierre-Étienne Albert est apparu au journal télévisé de France 2, un soir de février 2008. Devant ce visage, Solweig Ély est saisie de nausée. Le religieux, membre estimé de la communauté des Béatitudes, mouvement charismatique catholique, y fait des aveux complets. Il vient de remettre aux gendarmes une liste de 57 noms d'enfants victimes de ses attouchements.




Solweig en fait partie. « Alors que bon nombre d'entre nous se battaient depuis si longtemps pour parvenir à l'oublier, il s'imposait une fois de plus, brutalement, dans notre intimité, témoigne-t-elle dans un livre qui paraît aujourd'hui. Cela me fit l'effet d'une nouvelle agression. »

Chaque soir, entre octobre 1989 et Pâques 1990, le religieux a rendu visite dans sa chambre à l'enfant terrorisée. Elle a 9 ans et vit avec ses parents et ses soeurs, à l'Abbaye blanche, à Mortain (Manche), une des maisons de la communauté des Béatitudes.

Des familles habitent là aux côtés des religieux. Le père de Solweig, percepteur dans les Côtes-d'Armor, et sa femme, ont vendu leurs biens au profit des Béatitudes et se consacrent à une vie de prière. « L'autorité du chef de famille était transférée au responsable de la communauté. Malgré mon amour pour eux, je n'admettais pas que mes parents l'acceptent. »

Dans le contexte strict et isolé de la vie communautaire, l'enfant ne peut se confier. Un soir, son père surprend Pierre-Étienne dans la chambre. Il referme la porte sans plus en parler. « Mes parents me demandèrent d'étouffer ma douleur. Plus encore que les traumatismes infligés par mon agresseur, leur rejet constitua la plus douloureuse épreuve par la suite. »




Pendant plus de vingt ans, la jeune fille est forcée à se taire. Traitée de menteuse, envoyée d'internat en familles d'accueil. « Tu es le fruit pourri, la porte par laquelle le diable menace d'entrer dans notre famille ! », lui assène un jour son père. Commence alors une longue errance, émaillée d'idées noires, pour la jeune femme.

Les aveux médiatisés de Pierre-Étienne Albert ne lui ont pas apporté la paix. Entre temps, elle a fondé une famille qui l'aide à se reconstruire. Du procès du 30 novembre, elle attend deux choses : « Entendre qu'on n'est pas coupables, mais victimes. Et que cet homme soit mis hors d'état de nuire. »

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!



mardi 22 novembre 2011

Rassemblement antifasciste a Lille le 29 novembre pour la liberté de création


Depuis le 20 octobre, de nombreux incidents perturbent les représentations de la pièce « Sur le concept du visage du fils de Dieu » de Romeo Castellucci. Les catholiques traditionalistes de l’Institut Civitas, alliés à d’autres mouvements d’extrême droite, manifestent souvent de manière violente contre le prétendu caractère blasphématoire de cette pièce.

Les jets d’huile de vidange côtoient les tentatives d’infiltration et de perturbation de la pièce, couteaux et autres lacrymogènes en poche. Le mardi 29 novembre, ils se mobilisent à nouveau contre la programmation de la pièce au Théâtre de la Rose des Vents à Villeneuve d’Ascq. Ce n’est qu’un prétexte pour mener une offensive nationale et déverser sur la place publique leur idéologie religieuse fanatique et fasciste.

Ceux qui hurlent au blasphème en se revendiquant porte-parole des chrétiens de France sont en réalité, et avant même d’être des intégristes, des membres d’organisations fascisantes. Depuis quelques années, l’extrême droite connaît un regain d’activisme sous des formes de plus en plus provocatrices et violentes : marche des cochons à Lyon, saccages de kebabs, attaques et intimidations de militants antifascistes, manifestation d?extrême droite radicale à Lille, campagnes anti-IVG, croisade intégriste contre des oeuvres d’art jugées « blasphématoires », etc. C’est intolérable. L’extrême droite et les intégrismes religieux constituent une menace à la liberté de création et d’expression.

A chaque fois qu’elle a dirigé une ville ou un état, l’extrême droite s’est employée à interdire des spectacles et à retirer des bibliothèques des ouvrages contraires à son idéologie, voire à les brûler. En 1989, des catholiques intégristes n’hésitaient pas à incendier un cinéma parisien qui projetait La Dernière Tentation du Christ de Scorsese. Il nous semble urgent d’agir pour ne pas en arriver là.

Pour ne pas laisser s’instaurer un climat d’intimidation et de pression préjudiciable à la liberté de création, et ne pas laisser les fascistes occuper l’espace public sans réaction, nous appelons à un Rassemblement antifasciste le mardi 29 novembre Rendez-vous à 19 h au Métro Pont de Bois Collectif Antifasciste de Lille



Un an de prison ferme pour des bonbons à 2 euros


La loi sur la récidive de 2007 et l’application de la peine plancher ont été instaurées pour décourager la délinquance. Mais parfois, elle conduit à des situations aberrantes. Exemple à Périgueux, Un Périgourdin a été condamné a été condamné hier à un an de prison ferme pour avoir tenté de voler un paquet de bonbons à 2 euros dans une supérette

La loi sur la récidive de 2007 et l’application de la peine plancher ont été instaurées pour décourager la délinquance. Mais parfois, elle conduit à des situations aberrantes comme celle qui s’est déroulée hier devant le tribunal correctionnel de Périgueux.




Ainsi, un Périgourdin âgé de 39 ans, récemment sorti de détention, a été condamné hier à un an de prison ferme pour avoir tenté de voler un paquet de bonbons à 2 euros dans une supérette le 16 juin 2010.

Absent à l’audience, l’homme qui présente une quinzaine de condamnations sur son casier judiciaire, devra en outre payer 750 euros de dommages et intérêts au policier qui l’avait interpellé ce jour-là puisqu’il a été également reconnu coupable d’outrage et de rébellion.

Source : Groupe Pavillon Noir

Billet d'humeur du lundi 21 novembre 2011 (Solidarité avec le peuple egyptien)


En ce mardi 22 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Au lendemain de violents affrontements entre des manifestants et la police au Caire mais aussi dans d'autres villes d'Egypte, le gouvernement égyptien fait le bilan : 22 morts et 1.700 blessés. De sources hospitalières, ce sont 33 morts qui ont été dénombrés  lundi rien qu'à la morgue de l'hôpital de Zaïnhoum du Caire. Lundi, ils étaient  encore près de 3.000 à s'opposer aux forces anti-émeutes à coups de pierres, tandis que les militaires rétorquent en utilisant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, même si parmi les victimes des derniers jours plusieurs ont succombé à des tirs de balles réelles.

« Il y avait beaucoup de jeunes et l'on ne peut pas dire, à première vue, s'ils étaient majoritairement islamistes ou non islamistes. (D’ailleurs aux dernières nouvelles,  les frères musulmans se désolidarisent  des événements donc ….)  Beaucoup de gens sont venus équipés pour la bataille, avec des masques et du vinaigre (pour se protéger des lacrymogènes)... », Selon le journaliste égyptien Issandr al Amrani, auteur du blog The Arabist, qui revenait dimanche soir de la place Tahrir après les affrontements (voir sa vidéo).

Le haut lieu de la révolution égyptienne a donc un goût de déjà vu neuf mois après les émeutes qui y ont pris place et qui avaient fait tomber l'ancien dirigeant Hosni Moubarak. À une semaine d'un nouveau scrutin sensé se tenir le 28 novembre, Les jeunes égyptiens crient désormais au vol de leur révolution. « Tant que l'armée sera encore au pouvoir, la révolution ne sera pas terminée », scande l'un des protestants. « Nous n'aurions pas dû quitter les rues. Nous avons servi le pouvoir aux militaires sur un plateau d'argent », déclare encore un autre protestant avant d'ajouter : « Les révolutionnaires sont partis trop tôt ».



Vidéo amateur des affrontements au Caire



Issandr al Amrani déclare au sujet des manifestants : « Ils pensent qu'il n'ont eu qu'une demi-révolution et qu'elle s'est terminée par un coup d'Etat. Ils sont venus pour manifester pour terminer le boulot ». Le prochain scrutin doit élire une nouvelle assemblée pour rédiger une nouvelle constitution. Ces élections législatives doivent se terminer au mois de mars puis aboutir sur une élection présidentielle qui ne devait pas avoir lieu avant fin 2012. Mais les manifestants ne veulent plus attendre. Ils réclament la transition du pouvoir aux civils, scandent à l'éviction du Maréchal Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées qui a autorisé dernièrement des anciens membres du parti de Hosni Moubarak à se présenter aux élections.

Le peuple Égyptien  s’est rendu compte que leur révolution leur  avait été volé par les mêmes qui étaient  déjà au pouvoir c'est-à-dire les intérêts des plus riche et des exploiteurs de ce monde. Mais ils ont le courage de reprendre cette rue qui est la leur pour redire « NON» à ce monde qui réduit l’homme à un  consommateur de produit capitaliste. Nous soutenons donc le peuple égyptien dans  son action afin de reprendre sa liberté en main. En espérant que ce coup ci il ne se fera plus voler sa victoire et sa liberté.  Ce qui permettra de montrer au monde que le courage et l’action contre ce monde aux mains  du capitalisme est possible.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!



lundi 21 novembre 2011

Des policiers aspergent des indignés de lacrymogène au USA

On dit que les Etas Unis sont le pays de la liberté d’expression. Mon c… oui !!! Vous pouvez decouvrir dans la vidéo ci-dessous les indignés d'un campus de l'Université de la Californie qui se sont fait aspergés de poivre de Cayenne en plein visage par des policiers. Quelques soit le pays les perdreaux eux ne changent pas de camps et comme disait le Marechal des logis de Brive-La- Gaillarde (cité par Georges Brassens) « Mort aux vaches, mort aux lois, vive l’Anarchie »


Billet d'humeur du lundi 21 novembre 2011 (Un salarié d'un hypermarché Carrefour avait accepté deux cageots de laitues offerts par un fournisseur)


En ce lundi 21 novembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Pour avoir accepté douze salades d’un fournisseur, un salarié d’un hypermarché Carrefour, situé à Angers (Maine-et-Loire), a été licencié pour «faute grave» par son employeur en 2009. Mercredi, les prud’hommes ont confirmé le licenciement, mais seulement en «cause réelle et sérieuse. German Pintando pourrait ainsi récupérer plus de 10.000 euros d’indemnités légales si le distributeur ne fait pas appel dans le mois qui vient. Pas de quoi le satisfaire. Plus de deux ans après les faits, il ne comprend pas comment il a pu en arriver là. «Je ne vois toujours pas ce que j’ai fait de mal», dit-il.

Ce samedi 27 juin 2009, il réceptionne une commande de fruits et légumes qui comporte deux cageots de laitues en plus. Une gracieuseté du fournisseur pour lui et un de ses collègues. Il met les douze salades à l’arrière de son véhicule. Seul hic, la scène est filmée au même moment par un vigile avec qui il a eu maille à partir. «Menotté à la sortie de son travail, placé en garde à vue, le réceptionnaire est mis à pied et licencié ».




Le conseil des prud’hommes lui reproche d’avoir quitté son poste sans en référer à sa hiérarchie et d’avoir accepté un cadeau de la part d’un fournisseur, ce qui est interdit par le règlement intérieur de l’établissement. Pourtant selon la CFDT, cette pratique avait régulièrement cours et se poursuit toujours à l’extérieur du magasin.

La direction de l’hypermarché n’en démord pas. Ce geste constitue bel et bien un vol, peu importe qu’il s’agisse d’une télé ou d’une salade. «Les surplus sont destinés à la Banque alimentaire», précise Joël Suzanne, le patron du Carrefour Grand Maine. Ce qui nous laisse bien rire car il est connu que les patrons de super ou hypermarché reçoivent nombreux pots de vin pour que les produits X ou Y soit mieux placé en rayonnage.




Il semble bien que les hypermarchés soient partisans d’une ligne dure à l’égard de leurs employés. Le mois dernier, une caissière du Cora de Mondelange a failli être licenciée pour faute grave après avoir récupéré un ticket de caisse au dos duquel se trouvait une offre promotionnelle. La direction s’est finalement ravisée après que l’information a suscité une vive émotion.

Il «existe chez les grandes enseignes une suspicion forte de vol à l'égard des employés, qui se traduit par une politique intransigeante… Ce n'est pas l'entreprise qui décide de considérer que les caissières sont des voleuses. Mais les managers de chaque magasin sont soumis à une telle pression qu'ils regardent chaque matin leurs chiffres d'affaires et leurs marges, en les comparants avec ceux des autres magasins de la même enseigne… Ils savent que leur avenir professionnel en dépend, car s'ils peuvent monter très vite, ils peuvent aussi se faire mettre à la porte très rapidement. C'est donc un effet de système, de ricochet, où la caissière arrive en bout de chaîne, expliquait récemment Christophe Vignon, maître de conférences à l'IAE de Rennes - Université de Rennes 1.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!!!