samedi 31 décembre 2011

Calais La frontière a encore tué


Calais a tué une personne, un jeune homme éthiopien, qui a passé quelque temps à Calais et etait connu de beaucoup de personnes ici. Il a été trouvé au bas d’un pont dans le centre de Calais dans les premières heures du jeudi 22 Décembre.

La raison de la mort d’Ismael n’est pas claire, ni ce qui s’est passé ni pourquoi. La police a immédiatement tenté de classer l’affaire comme un suicide, sa mort étant insignifiante pour eux. Il n’y a pas eu d’autopsie et une enquête plus poussée a été refusée. Ses amis se sont vu refuser l’autorisation d’identifier le corps, ils ont tenté à deux reprises de se présenter au poste de police central, car Ismael était très important pour eux, mais ils ont été menacés de la venue la police des frontières (PAF) si ils ne quittaient pas les lieux. Seule une personne de Calais a été autorisée à identifier le corps.

Il est clair que la police ne le trouve pas assez important pour enquêter sur sa mort, mais préfère passer son temps à harceler les étrangers, avec et sans papiers. Le jour même de la mort d’Ismael les policiers ont continué à dévaster les abris de ces gens, comme d’habitude. Alors, quel est le travail de la police ? oeuvrer pour éviter la mort, ou créer la mort ? Une question rhétorique.

A Calais le pouvoir fasciste s’occupe plus de la santé de ses fleurs et des plantes de ses parcs, que de celle des gens. Ce n’est pas la première fois qu’une personne a été tuée par le système des frontières, et tant qu’il restera en place ce ne sera pas la dernière. Une veillée a eu lieu avec de nombreuses personnes sur le site où Ismael est décédé dimanche soir.




Source : Lutte en Nord

Billet d'humeur du samedi 31 décembre 2011 (Taxe sur les étudiants étrangers à partir de Janvier 2012)


En ce samedi 31 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? En psychiatrie, on appellerait ça une névrose obsessionnelle. Après la circulaire du 31 mai 2011 relative à la maîtrise de l’immigration professionnelle, dite « Circulaire Guéant », bras armé d’une politique du chiffre en matière d’immigration légale, après le décret  du 6 septembre 2011 (pris pour l’application de la loi  du 16 juin 2011 relative à l’immigration, l’intégration et la nationalité et relatif aux titres de séjour) qui augmente de 30% les ressources exigées pour obtenir un titre de séjour étudiant, le Gouvernement a créé dans la loi de finances pour 2012, promulguée hier, une nouvelle taxe sur les étudiants étrangers…

Gratuit jusqu’en décembre 2008, le renouvellement d’un titre de séjour étudiant est actuellement soumis à une taxe comprise entre 55 et 70 euros. A partir du 1er janvier, la taxe variera entre 200 et 385 euros. A cela s’ajoute une nouvelle contribution de 110 euros payable dès le dépôt de la demande et non remboursable même en cas de refus. Alors qu’une politique intelligente d’attractivité universitaire supposerait d’investir ou au moins d’inciter les meilleures étudiants étrangers à venir étudier et travailler en France, c’est exactement le contraire qui se passe.




Depuis la décision de Nicolas Sarkozy d’octroyer la gratuité de l’enseignement aux Français expatriés, les frais de scolarité des lycées français à l’étranger ont explosé pour les élèves étrangers. Pour venir étudier en France, il leur faut ensuite, depuis septembre 2011, justifier de 615 euros minimum de ressources mensuelles pour obtenir un titre de séjour étudiant. Les demandes et les renouvellements de titres de séjour seront ensuite, à partir du 1er janvier 2012, surtaxés à chaque nouvelle année scolaire. Une fois diplômé, le matraquage continue : s’il arrive à obtenir auprès des directions régionales de l’emploi son changement de statut, l’étudiant devenu salarié devra demander à son employeur de verser une taxe, réévaluée par la circulaire du 11 mars 2011 (relative aux taxes liées à l’immigration et à l’acquisition de la nationalité) à 50 % de la rémunération brute mensuelle, dans la limite de 2,5 fois le SMIC la première année, et de 160 euros les années suivantes.

Ces taxes servent-elles à financer les universités, la recherche, les instituts culturels français ? Sont-elles affectées au désendettement ? Non, elles servent à payer les factures l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII), une agence publique dirigée par Arno Klarsfeld, ancien avocat brillant, reconverti dans le sarkozysme primaire, qui a succédé en 2011 à Dominique Paillé, ancien porte-parole adjoint de l’UMP, reconverti dans l’écriture de romans d’anticipation. Et l’OFII sait habilement dépenser cette manne financière : sa dotation lui sert en bonne partie à payer les aides au retour volontaire de migrants roumains, puis à acheter sur place des troupeaux de moutons à ces paysans sans terre , une politique totalement inefficace, condamnée par le Conseil de l’Europe…

Pour des raisons électoralistes et idéologiques, le Gouvernement était prêt à sacrifier une génération entière d’étudiants étrangers, avant la mobilisation du Collectif du 31 mai, relayée par les syndicats d’étudiants, de salariés, le patronat, les universités, les Grandes écoles, les lycées français à l’étranger, les associations de défense des étrangers, les associations de défense des droits de l’Homme, les chercheurs, les intellectuels, les partis politiques, etc...




Malgré le revirement récent le mal est fait et l’image de la France à l’étranger est déjà écornée. Cela se traduit déjà par les chiffres de préinscription d’étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur en France. A moins d’un coup de barre fort dans la direction opposée, cet effet risque d’être durable. Les revendications du Collectif du 31 mai sont simples, un retrait immédiat de la circulaire et l’association systématique de toutes les parties prenantes à la définition de nouvelles règles. A terme, il faudra prévoir une autorisation provisoire de séjour automatique d’un an à la fin des études, afin de laisser le temps à l’étudiant de trouver un travail ou de créer son entreprise en France. Un titre de séjour de cinq ans renouvelable pour les étudiants qui deviennent salariés pourrait ensuite être créé.

De plus, la simplification et la dématérialisation de toutes les démarches administratives pour les étudiants étrangers est indispensable. Il n’est pas admissible que des étudiants en période de partiels dorment la nuit devant les préfectures pour pouvoir déposer leurs dossiers. Il faudra ensuite supprimer les taxes servant à financer des administrations dont la seule raison d’être est de percevoir ces taxes. Voici pour 2012 des propositions clés en main pour facilement diminuer les dépenses de l’Etat, stimuler la croissance et faire de nouveau rayonner la France à l’étranger. Aux candidats républicains de s’en saisir.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!



vendredi 30 décembre 2011

Les agents de sécurité dans les HLM autorisés à être armés de "tonfas"


Un décret du ministère de l'Intérieur, paru ce vendredi au Journal officiel, autorise les  gardiens d'immeubles HLM à être armés de bâtons de défense type "tonfa" et d'aérosols incapacitants ou lacrymogènes.

Ce décret d'application de la loi du 2 mars 2010 (dite "loi Estrosi" sur les violences en bandes) entrera en vigueur dès demain.Sont concernés uniquement "les agents chargés d'assurer la sécurité dans les immeubles de type HLM", comme par exemple les hommes du GPIS (Groupement parisien inter-bailleur de surveillance), et non les gardiens d'immeubles (concierges). Ils devront toutefois en passer par une formation spécfique, comprenant un "module théorique sur l'environnement juridique du port d'arme" et un module pratique.

La décision est fraîchement accueillie par les bailleurs sociaux  "Je pense que cette décision est négative car elle va faire apparaître les gardiens comme "armés" auprès des jeunes malveillants. Cela va faire plus monter les tensions que pacifier les situations", déclare Marie-Noëlle Lienemann, vice-présidente de l'Union sociale pour l'habitat (USH), qui regroupe les organismes HLM.

Le "tonfa" est une arme de 6ème catégorie qui se compose d'une matraque, à laquelle une poignée latérale perpendiculaire a été ajoutée à son premier tiers. Elle est utilisé par les policiers ou les agents de sécurité du métro. Il est interdit d'en posséder un sans autorisation administrative et son transport est réglementé.



Billet d'humeur du vendredi 30 décembre 2011 (Houria jugée à cause d'un mot)


En ce vendredi 30 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Le néologisme «souchien» pour Français de souche est-il injurieux? C'est la question sur laquelle le tribunal correctionnel de Toulouse s'est penché pendant près de quatre heures le 14 décembre. L'Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l'identité française et chrétienne (Agrif), encore une association de « facho » prête à tous mais bon  à rien, avait déposé une plainte en 2008 contre Houria Bouteldja pour «injure raciale». Les faits remontent au 21juin 2007, date à laquelle la porte-parole du Parti des Indigènes de la République (PIR) a employé le terme «souchien» pour parler des Français de souche, en direct dans l'émission de France 3 « Ce soir ou jamais ».



 Houria Bouteldja


«Il ne s'agissait en aucun cas d'un jeu de mots avec sous-chiens mais d'un néologisme qui avait par ailleurs déjà été employé par Monsieur Borloo dans une autre émission», a plaidé la militante antiraciste, qui s'est montrée sereine face à une accusation qu'elle estime «ridicule». Selon son avocat, Me Braun, Houria Bouteldja a voulu «dénoncer la montée du racisme et la crispation sur l'identité française mythique qui entretient l'idée qu'il y aurait de vrais Français et les autres».

Un argument réfuté par la partie adverse qui affirme que la porte-parole du PIR a tenu un discours délibérément injurieux et «anti-blancs». «En nous traitant de sous-chiens, elle blesse tous les Français», a protesté à la barre Bernard Antony, président de l'Agrif et ancien député européen F-Haine. Dans sa plaidoirie, l'avocat de l'association, Me Bonneau, a dénoncé un «dérapage subtil» et des «propos inacceptables».




De son côté, le parquet a souligné «l'ambiguïté sur le sens réel» des termes employés par Houria Bouteldja, mais a décidé de s'en remettre à la décision du tribunal. «Une conviction ne peut être considérée comme une preuve», a indiqué le procureur Patrice Michel. La jeune femme risque six mois de prison et une amende pouvant aller jusqu'à 3600euros. Le tribunal rendra son jugement le 25 janvier prochain. Affaire à suivre donc avec grand intérêt. Car nous espérons que la justice voit le stupide de ce procès et ne réponde pas présent aux chants des sirènes fascistes.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!



jeudi 29 décembre 2011

Calais et les chiens de la Police aux Frontières


A Calais, les arrestations de militant(e)s reprennent de plus belles en cette fin d’année. Le 20 décembre dernier, suite à un contrôle policier dans un squat Calaisien, trois militants se retrouvent en GAV. Deux sont libérés quelques heures plus tard. Le dernier, après le renouvellement de sa GAV est envoyé directement au tribunal dans le cadre d’une comparution immédiate. L’accusation porte alors sur une soit disant violence volontaire aggravée contre un agent de la police aux frontières. Cette comparution immédiate s’est soldée par 1 an de sursis, un mois d’interdiction de présence sur le territoire de la région Nord Pas de Calais et des dommages et intérêt a hauteur d’environ 300€ pour la personne inculpée.

Outre le fait que ces arrestations et accusations sont depuis quelques mois monnaie courante dans cette zone de non droit, les dernières inculpations font ressortir un changement de stratégie dans les méthodes de répression.

Après les échecs judiciaires de la PAF Coquelles en Juillet dernier ainsi que les (multiples) enquêtes liées à leurs exactions quotidiennes envers les communautés de migrants, la comparution immédiate devient l’outil idéal. Cet instrument répressif de l’État a une logique expéditive qui annihile toutes possibilités de défense face à une justice aux bottes du pouvoir et du patronat. De plus, elle permet d’éviter à la PAF d’être confrontée à de nouvelles remises en question de sa toute puissance. Toute tentative de rébellion est ainsi mise à bas. Le tout assurant un camouflage parfait des abus quotidiens de ces forces de l’ordre.

Pour autant, si la répression à l’encontre des militant(e)s du réseau No Border est bien présente, elle n’est que la partie visible de ce qui se déroule à Calais, comme dans d’’autres villes de France et d’Europe. Le harcèlement des populations permet de créer un ennemi factice et médiatique. Avec ou sans papiers, avec ou sans travail, sa stigmatisation se perpétuera tant que perdurera le système capitalisme et les frontières qu’il fabrique.




Source : Lutte en Nord

Billet d'humeur du jeudi 29 décembre 2011 (L'Assemblée nationale vote une loi pour jeter à la rue des milliers de pauvres)


En ce jeudi 29 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? La caravane ou le mobile home représentent pour un certain nombre de français, la seule façon de se loger toute l'année. Or, une proposition de loi adoptée par l'Assemblée Nationale, risque pourtant de jeter à la rue des milliers de personnes. Dans les faits, vivre à l'année dans un camping est illégal. Les associations de lutte contre la pauvreté et l'exclusion estiment toutefois que, 70 000 à 120 000 personnes, y résident de cette façon.

Une bonne partie des locataires de ces  « habitats légers de loisirs et à l’hébergement de plein air » sont des travailleurs pauvres qui par la faiblesse leurs revenus n'ont pas la possibilité d'accéder à un vrai logement.  C'est était trop pour quatre députés UMP, qui ont, dans le plus grand silence médiatique, initié une proposition de loi  relative aux habitats légers de loisirs et à l’hébergement de plein air et portant diverses dispositions relatives au tourisme, votée à l'unanimité  par l'Assemblée Nationale, le 16 novembre 2011.





Que dit cette proposition de loi, qui va revenir bientôt, en deuxième lecture, au Sénat ?  Cette proposition de loi a pour but de  « (...) différencier la clientèle de passage de la clientèle résidentielle (...) » et d'éviter que ceux qui y habitent toute l'année ne puissent, à terme, plus le faire ! En effet, ce texte définit notamment  « (...) qu'en cas de location dans un terrain de camping et caravanage ou un autre terrain aménagé à cet effet d'un emplacement, équipé ou non d'un hébergement, pour une durée supérieure à trois mois, le locataire fournit au loueur un justificatif de domicile de sa résidence principale datant de moins de trois mois (...) » Ce qui vous l'avouerez est impossible pour ceux dont c'est le seul logement !  Le but final étant de : (...) s'assurer que cette clientèle n'élit pas de facto domicile dans leur camping (...) » explique Le Monde , qui précise que la proposition de loi, prévoit notamment : « (...)d'obliger les exploitants des terrains de camping à déclarer chaque année en mairie le nombre d'emplacements concernés par cette pratique. Il renforce aussi les pouvoirs du maire, qui pourra inspecter même inopinément les terrains en vue de vérifier l'exactitude des déclarations (...) »

Si du côté des députés UMP, tout en réfutant le fait de s'en prendre aux pauvres et précaires, en déclarant tout de même que : « (...) le texte permettrait de prévenir d'éventuelles dérives liées à la sédentarisation (...) » On affirme : « (...) Nous avons vu des cas de campings qui tournent pratiquement aux bidonvilles, et sur lesquels les maires n'ont aucune prise. (...) »  Eh oui, le pauvre ou le précaire, c'est bien connu, se complaisent dans les immondices et la saleté ! Généralisation scandaleuse lorsqu'on apprend qu'il n'y a qu'environ 2 % du parc qui pose de réels problèmes de salubrité.

Or si la proposition de loi était définitivement adoptée, elle pourrait créer de nouveaux bidonvilles ... individuels. En effet, explique Le Monde, elle développerait la : « sédentarisation, sur des parcelles privées ou dans la nature, de précaires pour qui la location d'un emplacement dans un camping est devenue impossible ». Dans des conditions bien pires, puisque les populations exclues des campings ne disposeraient plus de points d'eau, d'électricité, de sanitaires ou de collecte des ordures ménagères !





Le collectif Alerte de l’Uniopss, qui regroupe 35 fédérations et associations nationales de lutte contre la pauvreté et l'exclusion, pousse un vrai coup de gueule contre le raisonnement simpliste et odieux des députés.  Il dénonce  un texte qui : « (...) risque de jeter à la rue les milliers de familles contraintes de vivre à l'année sur un terrain de camping (...) désormais, on pourrait expulser les plus pauvres de leur campement au bout de trois mois ! Et cela même en plein hiver ! Et même s'ils payent leur redevance ! (...) Ainsi, au total, grâce à cette généreuse proposition de loi, on est encore moins protégé quand on vit dans une tente ou une caravane sur un terrain de camping faute de logement décent (...) » .Et le collectif d'ajouter : « L’inacceptable est dépassé ! » Parfaitement d'accord !

Et voila encore les députés en flagrant délit de loi ignoble.  Pas mal pour des soit disant représentant du peuple non ???? Au lieu de cela messieurs les conseilleurs vous auriez mieux fait de reprendre le parc  immobilier et  le distribuer  car combien de logement reste vide pour la spéculation ???? Le Logement est un droit et il se doit d’être gratuit.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!



mercredi 28 décembre 2011

Apnée ou la nouvelle arme antiémeute pour gêner la respiration


Les policiers antiémeutes pourraient prochainement voir leur arsenal renforcé d'un nouveau bouclier aux propriétés technologiques surprenantes. Le prototype, breveté par l'entreprise de défense américaine Raytheon, produit en effet des ondes à basse fréquence qui interfèrent directement avec la respiration humaine.

L'appareil, "qui d'aspect extérieur ressemble à tous les autres boucliers" note le New Scientist, provoque ainsi, selon l'intensité avec laquelle on l'utilise, une sensation de gêne au niveau de la respiration, voire une "incapacité temporaire" de respirer.

Le brevet évoque aussi la possibilité de créer un "mode cohorte" qui pourrait permettre, "à la manière des légionnaires romains", de faire fonctionner en réseau les boucliers. "Un bouclier agirait comme un maître qui contrôle les autres boucliers, afin que les faisceaux acoustiques puissent se combiner efficacement", explique le New Scientist, repris par le site spécialiste des innovations technologiques Gizmodo.

"La police américaine utilise déjà des appareils fonctionnant sur le son pour contrôler la foule, mais ceux-ci émettent des bruits très forts et très désagréables" note le magazine scientifique, mais un tel usage des ondes pulsées serait une première.

Quelle est la dangerosité d'un tel dispositif ? "Nous n'avons pas de détails techniques suffisants pour savoir s'il existe des effets secondaires cachés, explique Steve Wright, de l'université britannique Leeds Metropolitan. Il y a toujours des inquiétudes en fonction de la sensibilité des gens, notamment au niveau de l'audition, ou même pour les asthmatiques." L'entreprise Raytheon n'a pas donné plus de précisions sur ce prototype.






Des détenus handicapés font condamner l'Etat



La condamnation infligée à l'Etat n'est pas une première. Mais c'est la première fois que la justice, en l'occurence ici le juge des référés, dispense autant de peines d'un coup à l'encontre d'une prison de première importance. Sept détenus handicapés de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), circulant en fauteuil roulant, ont obtenu des dommages et intérêts allant de 1 000 à 1 500 euros euros pour manquement au respect de la personne humaine.

L'ordonnance du juge pointe tout un tas de dysfonctionnements allant des locaux (parloirs, bibliothèque, sanitaires...) inaccessibles à la taille des cellules jugée trop petite pour les fauteuils. «Que les parloirs, les locaux de soins, la bibliothèque, la salle de culte et les installations sanitaires complétant la salle de sport et de détente sont inaccessibles aux détenus en fauteuil roulant», écrit notamment le juge.

«Cela montre que les prisons ne sont pas adaptées et pose la question de la détention des personnes handicapées», a commenté Me Etienne Noël, administrateur de la section française de l'Observatoire international des prisons (OIP). «Ne peut-on pas réfléchir à d'autres peines, telles qu'une assignation à domicile?», s'est-il interrogé.

En juin et juillet, des décisions de justice avaient sanctionné des manquements aux conditions de détention dans quatre établissements pénitentiaires. Un détenu des Baumettes à Marseille, circulant en fauteuil roulant, avait déjà obtenu une condamnation de l'Etat.



Billet d'humeur du mercredi 28 décembre 2011 (Les Restos du Cœur ont besoin de 5 millions d'euros)



En ce mercredi 28 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ???  Les Restos du Cœur auront besoin d'au moins 5 millions d'euros de plus en 2011-2012 pour répondre à une demande en hausse de 5% à 8% depuis le début de leur campagne d'hiver, a alerté lundi le président de l'association Olivier Berthe, en lançant un appel à la générosité nationale.

"Sur les trois dernières années, nous avons malheureusement constaté une hausse de 25% des personnes accueillies. Et depuis le début de cette campagne, nous enregistrons encore de l'ordre de 5 à 8% de personnes supplémentaires, avec parfois, dans certains départements, des pics pouvant atteindre jusqu'à 15%", a-t-il expliqué dans un entretien à l'AFP. "Aux Restos du Cœur, un repas coûte environ un euro. L'an dernier, on a servi 109 millions de repas à 860.000 bénéficiaires. Si on devait constater 5% de personnes en plus durant toute la durée de la campagne, soit l'hypothèse basse, cela représenterait 5 millions d'euros de besoins en plus", a-t-il estimé. "Etant donné la situation économique dans ce pays, le chômage qui dure, les problèmes de minima sociaux, les personnes qui ont besoin des Restos du Cœur ou de l'aide d'autres associations humanitaires pour se nourrir et vivre correctement sont de plus en plus nombreuses", a-t-il fait valoir.




Parallèlement, "on a sauvé l'aide européenne (Programme européen d'aide aux plus démunis, ndlr) mais celle-ci reste au même niveau qu'il y a deux ou trois ans. Quant aux finances publiques, elles sont très mal en point. Conclusion, on doit faire plus avec moins", a déploré le président des Restos du Cœur. "Nous en appelons à la générosité nationale, publique et privée, pour nous aider à compenser, car aujourd'hui le compte n'y est pas", a-t-il conclu. L'activité des Restos du Cœur (aide alimentaire, actions d'insertion) est financée pour un tiers par des financements publics et aux deux tiers par des apports privés (dons, legs, revenus générés par les Enfoirés), a-t-il rappelé.

La pauvreté avance a grand pas dans nos contrées, les gens ont faims pendant que les capitaliste de tout poil  grossisse en devant surveille leurs cholestérols. Rappelons que Zebulon 1er touche 19 331,00 euros par mois, qu’un Sinistre environ 15 000 euros, quant au grand vizir Fillon, lui prend une part du gâteau à 21 000 mensuel. Mais  sans oublier députés et sénateurs qui passent au tiroir caisse  pour environ 15 000 euros par mois. Soit disant que tous ces fennecs sont les représentants du peuple et bin qu’ils payent, ils devront pas avoir du mal à réunir les 5 Millions ???? Mais non c’est encore les petits  qui iront porter leurs petits deniers par solidarité. Ah j’allais en oublier un. David Beckham  et ses 800 000 euros mensuel pour venir au PSG…. Tous est dit enfin non mais on n’ira pas plus loin, on n’aime pas vexer…

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!



mardi 27 décembre 2011

Encore des actes racistes à Carcassonne


« La France aux Français, les Arabes dehors », « les Arabes, dégagez » ou même « sales Arabes » et « sales juifs ». Voilà le type d'inscriptions racistes qui ont été découvertes ce lundi au cimetière de Carcassonne. Une profanation du même genre avait déjà eu lieu le 10 septembre. Une trentaine de tombes d'anciens combattants musulmans portaient ces stigmates.

Abdallah Zekri, vice-président du Conseil régional du culte musulman (CRCM) a condamné cette profanation de tombes de soldats algériens et s'est alarmé de « l'augmentation très importante et très inquiétante » des actes islamophobes en France. Il a relevé une hausse de 34% en 2011 des actes islamophobes (agressions, insultes verbales, incendies visant des lieux de culte ou profanations). Les inscriptions ont aussitôt été effacées par les services municipaux, après que la police scientifique eut procédé aux relevés d'usage.

Le 10 septembre, des inscriptions xénophobes ou des croix gammées avaient été tagguées sur 29 stèles musulmanes du carré militaire du même cimetière à Carcassonne. Une enquête a été ouverte, mais les auteurs n'ont pas été arrêtés.

« Il y a un ras-le-bol de la communauté musulmane, les discours se font de plus en plus durs vis-à-vis de notre communauté, le climat est inquiétant, on entend "la France est en danger", c'est à qui tape le mieux sur le bougnoul pour gagner plus de voix », s'indigne Abdallah Zekri. Au cours du seul mois de novembre, souligne-t-il, six incendies ont visé des mosquées et 135 plaintes pour des actes islamophobes ont été déposées cette année. 




Billet d'humeur du mardi 27 décembre 2011 (Le chômage au plus haut depuis 1999)


En ce mardi 27 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ???  Fin d’année très morose pour l’emploi en France. 29.900 personnes sont venues rejoindre en novembre la cohorte des chômeurs de catégorie A (ceux qui n’ont pas travaillé du tout), soit une augmentation de 1,1% comparée à octobre. Ils sont désormais 2.844.800 dans l’Hexagone, un record depuis novembre 1999. C’est la quatrième progression consécutive du nombre de demandeurs d’emploi. La hausse sur un an se monte à 5,5%.

En incluant les demandeurs d’emploi qui ont exercé une activité réduite (catégorie B et C), le nombre de chômeurs a progressé, le mois dernier, de 1,2% pour atteindre les 4.510.500  en France (DOM inclus). La hausse du chômage en novembre a fortement touché les moins de 25 ans (+2,2%) et les plus de 50 ans (+1,5%). Dans un communiqué, Xavier Bertrand, le Sinistre du Travail a pris acte de cette progression «conséquence directe du ralentissement de l’activité économique».




Il souhaite «que tout soit mis en œuvre pour garantir la réactivité du service public de l’emploi face aux difficultés des entreprises et des salariés, en organisant la veille au niveau local, en mobilisant l’activité partielle autant que nécessaire, et en accompagnant au mieux les salariés touchés par un plan de sauvegarde de l'emploi». C’est beau les paroles de politiciens non ??? C’est bête que les actes restent lettre morte comme toujours quand on est aux mains du capital.




Le Sinistre a désormais les yeux tournés vers le sommet pour l'emploi du 18 janvier promis par le Président de la République. Pour le préparer, Xavier Bertrand rencontrera entre le 5 et le 12 janvier l’ensemble des partenaires sociaux. Que feront ces partenaires (dans le mot partenaire tout est déjà dit) certainement comme pour la grève des agents de sécurités des aéroports dans un premier temps hurler au loup et après  rétropédaler  pour trouver un soit disant accord comme pour les retraites ou nous nous sommes fait b….

L'Insee a annoncé le 1er décembre que le taux de chômage au sens du Bureau international du Travail (BIT) avait augmenté de 0,2 point au troisième trimestre à 9,3% en métropole (9,7% en incluant les départements d'outre-mer).  Dans sa note de conjoncture publiée le 15 décembre, l'institut de la statistique estimait que le taux de chômage pourrait atteindre 9,6% fin juin 2012 en métropole et dépasser 10% sur la totalité du territoire.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!


lundi 26 décembre 2011

Journée de mobilisation antifasciste samedi 14 janvier 2012 à Lille-Fives


Journée de mobilisation antifasciste
Samedi 14 janvier 2012
Lille-Fives


Dans un contexte de crise, l’extrême droite progresse en Europe.

En France, le gouvernement actuel, plus encore que les précédents, fait le jeu de ces mouvements en banalisant leur discours raciste et autoritaire jusqu’au sommet de l’Etat et en brisant nos solidarités : destruction des acquis sociaux ; répression du mouvement social, des sans-papiers, des chômeurs, des précaires ; mise en lien de l’immigration et de la délinquance ; flicage de la société …

Sous l’impulsion de Marine Le Pen, le Front National tente de récupérer l’électorat populaire tout en se donnant un visage respectable (républicain, laïc, social…) loin des excès du passé.


Le F-Haine n’est PAS un parti comme les autres !
Le racisme n’est PAS une opinion !


Le FN garde des liens étroits avec l’extrême droite radicale violente, et malgré ses tentatives de récupération des symboles du mouvement ouvrier, il reste un parti antisocial au service du grand patronat. Fondé sur des valeurs racistes, d’apartheid social et d’ordre moral réactionnaire, le FN reste un danger.

Afin de mieux comprendre ces mouvements fascistes pour mieux les faire reculer, et faire avancer nos valeurs de solidarité, d’égalité des droits et de justice sociale, le collectif antifasciste de Lille organise une journée de mobilisation à Fives le samedi 14 janvier à partir de 14 h.

Vous trouverez à cet endroit le programme de cette  journée.





Déjà cinq semaines de détention « provisoire » pour les inculpé-e-s de Labège



Le 14 novembre dernier à Toulouse, une dizaine de personnes ont été interpellées au cours de la rafle menée par une centaine de gendarmes mobiles dans sept lieux d’habitation, et quatre d’entre elles sont depuis incarcérées à la maison d’arrêt de Muret.

Ils et elles sont, avec une autre jeune femme, poursuivis pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destruction ou de dégradations de biens » ; « violence commise en réunion sans incapacité » ; « dégradation ou détérioration du bien d’autrui commise en réunion ». Des chefs d’inculpation très lourds, au regard des faits qui leur sont imputés, et pour lesquels ils et elles nient toute participation  l’action réalisée à la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) de Labège, le 5 juillet dernier, par une dizaine de personnes qui ont déversé des excréments sur des bureaux et des ordinateurs, et laissé sur les lieux des tracts dénonçant à juste titre l’accentuation de la répression à l’encontre des mineur-e-s.

Depuis, quatre des personnes inculpées demeurent ainsi détenues sans que l’on sache pour combien de temps encore, et alors que le soutien matériel (argent, livres, vêtements, courrier) qui leur avait aussitôt été apporté est resté bloqué en tout ou partie pendant des semaines, de façon à les couper du monde extérieur et à faire pression sur elles pour les faire craquer. Par ailleurs, des prélèvements de leur ADN ont été effectués contre leur gré pendant leur garde à vue – le refus qu’elles y ont toutes opposé leur vaudra un procès le 9 mai prochain –, et le tribunal prétexte attendre le résultat de ces prélèvements pour les maintenir en détention en se gardant d’avancer la moindre date concernant leur libération.




La situation des « inculpé-e-s de Labège » rejoint en fait celle de nombreuses autres personnes placées en détention « provisoire » dans diverses geôles françaises pendant des mois et des mois (dernièrement à Paris et à Nantes). Les innombrables lois sécuritaires votées depuis une dizaine d’années – et appliquées en particulier à l’encontre d’une certaine jeunesse criminalisée sous les étiquettes « ultra-gauche » ou « mouvance anarcho-autonome » – permettent en effet à l’Etat français de s’asseoir désormais en toute légalité sur la « présomption d’innocence » censée être à la base de sa justice, créant un véritable délit d’opinion dans un silence presque parfait.

La solidarité montrée aux personnes qui se trouvent jetées dans le collimateur policier et judiciaire fait de plus facilement l’objet d’une répression violente. D’imposantes forces de gendarmerie mobile ont par exemple encerclé la manifestation organisée à Toulouse le 17 décembre en soutien aux « inculpé-e-s de Labège » en voulant disperser brutalement ses quelque 200 participant-e-s après les avoir soumis-e-s à un contrôle d’identité. Que cette manifestation ait malgré tout et heureusement pu se tenir un peu plus tard prouve combien il est important de ne plus laisser faire.


Libération et arrêt des poursuites
pour les « inculpé-e-s de Labège » et d’ailleurs !






Billet d'humeur du lundi 26 décembre 2011 (Un jeune autiste en rétention depuis un mois)


En ce lundi 26 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ???  Shouaid Benhachiche est un jeune homme autiste de vingt ans. D’origine algérienne, il est suivi par l’Aide sociale à l’enfance depuis ses seize ans et bénéficie d’un contrat jeune majeur, qui lui permet d’être logé dans un foyer de jeunes travailleurs à Paris. Malgré ses troubles du comportement d’allure autistique, Shouaid a obtenu, en juin dernier, son CAP dans la restauration.




Mais, alors que l’État lui assure sa protection d’un côté, de l’autre, il lui refuse un titre de séjour. Shouaid est donc sans papiers, sous le coup d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière. En d’autres termes, le préfet de Paris décide d’expulser un jeune placé sous protection de l’État depuis quatre ans... De la logique de la politique du chiffre.

Depuis le 21 novembre, Shouaid est donc enfermé au centre de rétention de Vincennes dans l’attente de son expulsion. « Il est très calme, posé, parle un français impeccable et a manifesté, à de nombreuses reprises, sa volonté de rester en France », selon les intervenants de l’Assfam qui ont pu lui parler. La semaine dernière, toujours dans le calme, Shouaid a refusé d’embarquer dans l’avion qui devait le ramener en Algérie.




Le juge des libertés et de la détention a rejeté hier, en appel, sa remise en liberté après trente jours de rétention. Shouaid peut donc rester encore quinze jours dans cette situation ou être expulsé avant, par le premier vol vers l’Algérie. «Il n’a aucune famille là-bas, souffle son avocate, qui avait épuisé hier toutes les voies de recours. Il va atterrir et simplement errer dans Alger... Dites obersturmführer Guéant, vous en avez encore beaucoup de conte de noël comme cela ??? C’est pour les  inscrire dans mon pti facho illustré.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!



dimanche 25 décembre 2011

Message du père noël










Billet d'humeur du dimanche 25 décembre 2011 (Les keupons du monde se rebiffent suite aux punks arrêtés en indonesie)


En ce dimanche 25 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Souvenez vous, mi decembre 64 punks sont arrêtés lors d'un concert punk à Banda Aceh, seule province d'Indonésie à appliquer la Charia. Motif : Ils sont punks. Ces 59 jeunes hommes et cinq femmes sont transférés dans une école de police pour y être rééduqués.

Le chef de la police qualifie ces punks de « maladie sociale » et décrit au Jakartaglobe le programme qui les attend  « Il y aura une cérémonie traditionnelle. D'abord leurs cheveux seront rasés. Ensuite, ils seront jetés dans une piscine. Les cheveux des femmes seront coupés par une de nos officiers de police. » Récupération des piercings, rasage de tête, bain rituel... Une vidéo postée par le site d'information belge Le Soir montre les premières mesures de « rééducation » prises par les autorités.




Il ne fait pas bon être punk à Aceh


« Nous allons leur donner une leçon », résume le chef de la police. Ce qui passe par un relooking forcé  « Nous allons changer leurs vêtements dégoûtants. Nous allons les remplacer par de beaux vêtements. Nous allons leur donner des brosses à dents, dentifrice, shampoing, des sandales et des instruments de prière. » En Indonésie, le mouvement punk s'enracine dans la communauté des enfants des rues. Selon le Jakarta Post, certains jeunes se seraient échappés du centre de rétention, avant d'être capturés à nouveau.




Pourquoi  les enfants d’indonesie sont fous de punk (en anglais)


 Depuis, l'indignation remue les punks de la planète, et prouve, s'il le fallait encore, que le mouvement bouge encore. En marge de manifestations à Jakarta, et d'actions menées par des groupes indonésiens comme Komunitas Bendera Hitam ou Superman Is Dead, des micro-actions pullulent dans le monde et sur la toile au sein du Punk mondial. Un groupuscule « arnarcho-punk » moscovite a tagué son soutien aux punks d'Aceh sur les murs de l'ambassade d'Indonésie à Moscou, la semaine dernière et posté une vidéo. 




Inscription sur les murs de l’ambassade d’indonésie à Moscou


A Los Angeles, une bande de très jeunes punks témoignent de leur solidarité devant l'ambassade d'Indonésie. Le groupe allemand Red Tape Parade invite ses fans, via Facebook à envoyer CD, T-shirt et autres objets aux punks d'Aceh. Leur page suit quotidiennement les collectes. Sur leur site, le groupe canadien Propagandhi dénonce « une violation des droits de l'homme » et déclare son empathie pour les punks d'Aceh, imaginant « leur rage et leur isolement ». Pendant que les punks indonésiens inspirent des vidéos musicales ou commentées aux punks du monde, le label Aborted Society prépare une série de mixtapes. Sur le Web, une pétition a réuni 9 000 signatures en une semaine, et les appels à manifester fleurissent de New York à Londres.



Punk d'indonésie


Nous tenons à stipuler que ce billet n’a pas pour but de stigmatiser tel ou tel religion car pour nous toutes religions est une aberration humaine. De toute manière ce qui arrive en indonesie n’est qu’une preuve de plus des méfaits du fascisme politique ou religieux peut importe d’où il provient.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!




samedi 24 décembre 2011

Le Vatican a trouvé sa valeur refuge


La charité chrétienne, c’est bien joli, mais ça ne nourrit pas son évêque. Les rosaires, en revanche, si. Surtout ceux fabriqué au fin fond de l’Albanie par des petites mains féminines payées sept centimes pièce, et qui seront revendus de quinze à vingt euros chez les marchands de souvenirs dépendant directement du Saint-Siège. 

La Repubblica (quotidien italien) a fait le calcul cela ne fait pas loin de trois cents fois la culbute…

Pour ce prémunir contre les retombées de la crise, le Vatican n’a même pas besoin d’acheter de l’or. Ses bondieuseries en toc, son sens des affaires divin et ses relations avec les mafias des Balkans suffisent.


Billet d'humeur du samedi 24 décembre 2011 (L’histoire d’ alexandra ou le conte de noël roumain de l’obersturmführer Guéant)


En ce Samedi 24 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ???  Le 8 décembre, en rentrant de l’école Marie-Curie de Bobigny (93), Alexandra Cioban, petite roumaine de 10 ans, apprend que ses parents ont été emmenés par la police. Le même jour, son père est expulsé. Le lendemain, sa mère est envoyée en rétention avant d’être expulsée a son tour, le 14 décembre.

Alexandra n’aurait jamais du se retrouver seule car le terrain ou elle vivait avec ses parents appartient à Séquano Amenagement. En mars dernier, il a été mis à la disposition des familles expulsées du terrain du pont de Bondy, à la demande de la ville de Bobigny. Ni Séquano, ni la municipalité n’ont demandé l’intervention des forces de l’ordre, qui ont pénétré en dehors de toute légalité sur un terrain privé pour en faire sortir des familles afin de leur remettre, en septembre, une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) et les interpeller le 8 décembre.



Gabriela, la mère d’Alexandra, a obéi à l’OQTF car elle est rentrée en Roumanie, avant de revenir en France. Elle a aussi introduit un recours. Le tribunal l’a débouté prétendant que les tampons apposés par la police roumaine sur l’OQTF « sont facilement dupliqués, et c’est fréquent chez lez Roumains… » Gabriela a fait appel de la décision. Cela n’a pas empêché son expulsion.

Désormais seul avec son frère de 23 ans, Alexandra n’ose plus mettre les pieds dans la caravane familiale et dort sur un matelas posé à même le sol, sous quelques planches. Dans son abri de fortune, elle rêve au retour de sa mère.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!




Source du billet : Education sans frontières

vendredi 23 décembre 2011

Le Monde Libertaire Hors-série numéro 43 du 22 Décembre 2011 au 22 Février 2012


Sommaire du Monde Libertaire Hors-série n°43 du 22 Décembre 2011 au 22 Février 2012

Actualité

Les marchands de mensonges, par M. Silberstein, page 3
L’assistance sexuelle en question, par H. Hernandez, page 7
Entretien avec le sociologue Laurent Muchielli, par V. Rasplus, page 10

Histoire

L’AIT et la rupture Marx-Bakounine, par R. Berthier, page 13

Dossier : Printemps arabes et indignation mondiale

Où en est la Tunisie ?, par Mohamed, page 17
Retour sur l’indignation espagnole, par R. Pino, page 19
Israël indigné, par P. Sommermeyer, page 22
Indignés d’outre-Atlantique, par Stéphane, page 24
Considérations sur « Occupy X », par A. Rowe, page 25
Indignés de Hong-Kong et autres, par Julien, page 27

International

Que devient le Sup Marcos ?, par G. Goutte, page 31

Culture

L’Athénée populaire de Barcelone, par M. Aisa, page 34
Entretien avec l’éditeur Marc Tomsin, par G. Goutte, page 38

Mouvement

Salon du livre libertaire 2012, par Wally, page 42
Rencontre de l’anarchisme 2012, page 43
Vive l’anarchie et mort aux flics, page 44

La Fédération anarchiste

Liste des groupes, page 45
Grille des émissions de Radio libertaire, page 48

Editorial du Monde Libertaire Hors-série n°43 du 22 Décembre 2011 au 22 Février 2012

« La Fédération anarchiste

La Fédération anarchiste est un groupement de militants politiques organisé sur le principe du libre fédéralisme (c’est-à-dire la libre association) garantissant aux groupes et aux individus qui la composent la plus grande autonomie afin de permettre le pluralisme des idées et des actions, dans le cadre d’un pacte associatif que nous appelons nos « principes de base » (disponibles sur demande). C’est notre outil de lutte qui doit être fonctionnel et rationnel. Nous rejetons en effet tout fétichisme d’organisation. Pas de hiérarchie, donc pas de chefs chez nous ! C’est à tous les militants et militantes qu’il appartient de faire progresser leur organisation. Nous ne reconnaissons pas la division dirigeants/exécutants, la participation effective des militants et militantes aux structures collectives de l’organisation est un principe d’éthique et de solidarité. Ces structures fédérales sont : le Monde libertaire hebdomadaire, Radio libertaire, hier parisienne, aujourd’hui planétaire, et la librairie du Monde libertaire, à Paris également. En dehors de ces oeuvres fédérales, les groupes ont aussi des locaux, souvent des librairies, éditent des revues, menant ainsi leur propre activité au niveau local.

Les buts de la FA

Nous sommes pour une révolution radicale et globale, à la fois économique, sociale et politique ; pour détruire la société fondée sur la propriété privée ou étatique des moyens de production et de consommation ; pour la suppression de toutes les formes d’exploitation, de hiérarchie, d’autorité. Cette phase de destruction est nécessaire et c’est sans doute pour cela que certains ne voient ou ne veulent voir les anarchistes que comme des partisans fanatiques du désordre. Qu’ils regardent autour d’eux et qu’ils nous expliquent comment faire pire ! Les anarchistes sont, au contraire, partisans d’une société organisée d’une manière beaucoup plus rationnelle et logique que la jungle capitaliste ou les dictatures marxistes-léninistes. Il s’agit, dans le cadre d’une société libertaire, non pas de gouverner les hommes mais d’administrer les choses au profit de la collectivité tout entière. Nous voulons construire une société libre sans classes ni État, sans patrie ni frontières, avec comme objectifs : l’émancipation des individus ; l’égalité sociale, économique et politique ; la liberté de création ; la justice ; l’éducation libertaire et permanente ; l’organisation sociale sur les bases de la libre fédération des producteurs et des consommateurs (autogestion) ; la démocratie directe ; une économie tournée vers la satisfaction des besoins ; l’abolition du salariat ; l’écologie ; la libre union des individus ou des populations ; la liberté d’expression ; la libre circulation des individus. Voilà en quelques lignes un aperçu de ce que veulent construire les militants et militantes de la Fédération anarchiste. Rendre possible l’édification d’un ordre social fondé sur l’entraide, la solidarité, sur le respect absolu de l’intégrité physique et morale de l’individu, voilà l’idéal qui nous anime et que nous souhaitons partager avec le plus grand nombre pour un monde meilleur.»

Pour savoir où trouver votre journal cliquez ici.



La situation à l’usine Sevelnord à Hordain (59)


Pendant que les syndicats collaborateurs et la direction de l’entreprise baladent les différents comités et commissions créés à l’initiative des élus et représentants de tous bords qui se mobilisent pour prévoir un avenir au site, la répression continue : suppressions de postes, mutations forcées, licenciements individuels, mauvaise volonté à trouver un poste aux nombreux salariés soumis à restriction médicale…

Alors que le groupe PSA dispose de 11 milliards d’euros de sécurité financière, la mauvaise gestion du site au niveau social et au niveau des projets industriels prive des centaines de salariés du site de leur travail et plonge des milliers d’autres avec leurs familles dans le stress, l’angoisse et l’anxiété. Quant à la vérité sur les réelles intentions des dirigeants du groupe, elle est cachée aux salariés.

Concernant la mutuelle collective, une réduction de 25% de la future cotisation a été négociée entre les syndicats collaborateurs et la direction du groupe. Mais, en y regardant de plus près, cette cotisation – qui dépend bien sûr de la composition du foyer à protéger – ne fera gagner aux salariés que quelques euros car ce sont les options que prendront les salariés par la suite qui rendront cette mutuelle efficace. Du coup, celle-ci devient beaucoup moins intéressante. Conclusion : négociations bidons et résultat nul !

Concernant les horaires de travail, la direction du site applique l’over-time PSA : « Restez chez vous ! Téléphonez pour savoir si vous bossez ! Venez en heures sup ! Revenez bosser ! Obéissez ! », tous ces ordres étant validés en CE (comité d’entreprise) par les syndicats qui y sont représentés…




Pour contacter la section syndicale CNT de Sevelnord : écrire au syndicat CNT des travailleurs de l’industrie et des services du Nord (STIS 59).
D’après le tract de la section CNT distribué aux portes de l’entreprise le 14 décembre 2011 à Hordain (près de Valenciennes).

Billet d'humeur du vendredi 23 décembre 2011 (L’obersturmführer Guéant prône des "mesures spécifiques" contre la délinquance étrangère)


En ce vendredi 23 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ???  L’obersturmführer Guéant a annoncé hier soir des "mesures spécifiques" sur un phénomène qu'il espère voir "bientôt" quantifié". L’obersturmführer veut proposer un projet de loi ciblant spécifiquement les étrangers

L’obersturmführer Guéant  entend faire adopter dans les prochains mois une loi qui permettrait de priver de titre séjour un étranger qui se rendrait coupable d'un délit grave, dès lors qu'il vit en France "depuis peu de temps" et qu'il n'y a "pas d'attache familiale". C’est cela et il croit que l’on va le croire car après un temps très court, un petit décret bien puant viendra généraliser cette mesure. L’obersturmführer Guéant  nous prend vraiment pour des baudruches.




Ces personnes "en commettant un acte de délinquance montrent qu'elles ne s'inscrivent pas dans un processus d'intégration", a-t-il ensuite commenté.  A l'automne, L’obersturmführer  avait déjà suscité un tollé, accusé d'établir un lien entre délinquance et immigration, quand il s'était inquiété de la "délinquance commise par des Roumains" en France, "particulièrement cruelle puisqu'elle utilise beaucoup les enfants".




Des propos qui interviennent alors que l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) doit rendre public en janvier prochain une enquête sur les actes de délinquance commis par des ressortissants étrangers. L’obersturmführer Guéant  estime, sans attendre les conclusions de l’ONDRP que cette délinquance est "supérieure à la moyenne".

L’UMP et Zebulon 1er  pourront toujours se démener en nous expliquant qu’ils ne sont pas xénophobes.  Mais forces et de constater encore une fois  que le sang contaminé du F-Haine coule bien dans les veines de ses tristes sires. Restons donc sur nos gardes avant que l’épidémie contamine le plus grand nombre.

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!



jeudi 22 décembre 2011

Corée du Nord ou Crevure 2 est mort, à bas Crevure 3


Après le règne de « Grand Leader Président Eternel » Kim Il-Sung, puis celui de « Cher Dirigeant Soleil De La Nation » Kim Jong-Il, voici venir le règne de « Brillant Camarade » Kim Jong-Eun…

Dictature népotiste du parti unique, culte de la personnalité, bourrage de crâne avec l’idéologie du « juche« , censure, corruption, interdiction de manifester, interdiction de circuler, camps de concentration condamnant 200.000 personnes au travail forcé, militarisme exacerbé, stérilisation des nains, fermeture des frontières, famines dévastatrices, nucléocratie, pollution massive et déforestation, persécutions religieuses, faible espérance de vie, voici le brillant tableau de l’Etat à la sauce nord-coréenne, dont le totalitarisme décérébrant n’a rien à envier aux autres systèmes autoritaires capitalistes.

La Corée demeure hélas sous le joug des dictatures les plus diverses. Après les horreurs de l’occupation japonaise (massacres et viols de masse), elle est aujourd’hui divisée entre la dictature pseudo-communiste du nord, soutenue par la Chine… et la pseudo-démocratie capitaliste au sud, soutenue par les Etats-Unis qui y ont toujours leurs bases militaires, et actuellement dirigée par les conservateurs libéraux menant une politique de rouleau-compresseur sur le plan social.

Souhaitons aux Coréen-ne-s de se débarrasser un jour de tous leurs gouvernants, et de renouer avec leur histoire révolutionnaire anti-autoritaire !



Lire à ce sujet cet article : http://www.anarkismo.net/article/20947
Source  :  Groupe Pavillon Noir (Fédération Anarchiste 86)

Billet d'humeur du jeudi 22 décembre 2011 (A peine sorti de prison, le blogueur russe Alexeï Navalny critique Poutine)


En ce jeudi 22 décembre 2011, quoi de neuf en ce monde ??? Le blogueur russe pourfendeur de la corruption Alexeï Navalny, sorti de prison mercredi après 15 jours de détention à Moscou pour avoir participé à une manifestation de l'opposition, a aussitôt critiqué Vladimir Poutine dans la perspective de la présidentielle de mars.

Devenu ces derniers mois une figure populaire de l'opposition, Alexeï Navalny a été libéré avec une dizaine d'autres opposants parmi lesquels Illia Iachine, un des dirigeants du mouvement d'opposition libérale Solidarnost, a indiqué ce mouvement.

Ils avaient été interpellés lors d'une manifestation à Moscou qui avait réuni quelques milliers de personnes le 5 décembre pour dénoncer des fraudes massives aux législatives remportées la veille par le parti du Premier ministre Vladimir Poutine. Ils avaient ensuite été condamnés pour refus d'obtempérer aux injonctions de la force publique.



 Alexeï Navalny


Ce qui s'est passé est extraordinaire. Nous avons été emprisonnés dans un pays et à notre libération, nous nous trouvons dans un autre pays, a déclaré Navalny à sa sortie de prison, en référence à la manifestation sans précédent de l'opposition qui a réuni plus de 50.000 personnes le 10 décembre à Moscou, du jamais vu depuis l'arrivée au pouvoir en 2000 de Vladimir Poutine.

Maintenant, le parti des escrocs et des voleurs a désigné pour la présidentielle son plus grand escroc et voleur, a-t-il ajouté en référence à Vladimir Poutine, candidat du parti Russie unie au scrutin du 4 mars, selon les propos diffusés sur une vidéo postée sur le site de la radio Echo de Moscou.

Alexeï Navalny a critiqué l'organisation de la présidentielle dans sa forme actuelle, réclamant une élection à laquelle tout candidat pourrait participer et pour laquelle chaque parti d'opposition pourrait être enregistré.

La commission centrale électorale a déjà rejeté la candidature à la présidentielle de l'écrivain controversé et opposant nationaliste Edouard Limonov. Les autorités avaient refusé d'enregistrer le mouvement d'opposition Parnas de l'ancien ministre Boris Nemtsov pour les législatives du 4 décembre.

Après ce qui s'est passé le 4 décembre, l'élection présidentielle ne se déroulera pas dans des conditions normales, a estimé Navalny, exigeant un scrutin libre pour tous. Dans ce cas, beaucoup de gens y participeraient, et peut-être moi aussi, a-t-il dit.




L'opposition, qui exige notamment l'annulation des législatives du 4 décembre entachées de fraudes et remportées par le parti Russie unie de Vladimir Poutine, organise une nouvelle grande manifestation le 24 décembre, autorisée pour 50.000 personnes.

Je suis sûr que le mouvement de protestation se poursuivra. Nous continuerons de descendre dans la rue tant que nos revendications ne seront pas satisfaites, a averti  Navalny.

 Mais ne soyons pas dupe des résultats des élections car quelques soit le pays nous savons qu’elles conduisent nulle part. Donc aidons le peuple russe à crier haut et fort « Élections, non ! Autogestion, oui ! ».

Voila encore un jour en ce beau monde….allez allez circulez il y a rien à voir !!!